OUVRIR LA VOIX J+30 : "Vous serez ébloui.e.s par ma joie!" (part.1)

Bienvenue dans ma chronique erratique de la sortie en salles d’#OuvrirLaVoix. Après 4 ans de larmes, de sueur et de sang, une obtention de visa d'exploitation encore inconcevable l'an dernier et la création d’une boite de production/distribution : Bras de Fer. Nous y voilà, enfin presque, il faut tenir jusqu'au 11 octobre. Ouvrir La Voix sort bel et bien en salles en France!

Nous sommes donc un mois après la sortie nationale d' Ouvrir La Voix (en France puis en Suisse) et si l'on compte la semaine d'avant-premières, je viens d'enchaîner :

24 projections-débats tous publics (de la Guadeloupe à Bern, en passant par Roanne, St-Jean-de-Luz, etc., etc.) ;

5 projections scolaires (les gônes de Stains, St-Denis, Aubervilliers et Grenoble, changez rien, vous m'avez redonné vie, vous êtes le meilleur public, sans filtre et plein.e.s de surprises!)

Des dizaines d'interviews, de Paris Match au magazine de la CGT, en passant par Télérama et Têtu, film de niche qu'y disaient! Mate ma revue de presse et dis-moi si cela ne reflète pas l'universalité de mon propos!

Ouvrir La Voix est à l'affiche à Paris et en France depuis 5 semaines (car ce mercredi 8 novembre, nous avons entamé notre 5ème semaine d'exploitation, pour un DOCUMENTAIRE DE CRÉATION, un film de "têtes parlantes, de 2h et SANS MUSIQUE !!!).

Et j'ai quand même reçues des injonctions à l'élégance et l'humilité... Mais  quelqu'un.e peut-iel me pointer la dernière personne qui a auto-produit, auto-distribué, auto-marketé, auto-publicisé, son premier long métrage documentaire, pour lequel elle est allée chercher 4 SORTIES NATIONALES (France ; Suisse ; Belgique et Canada)?!!! Quelqu'un.e? Non, personne ne peut. Et pour cause, je suis la première personne, de l'histoire du cinéma français, tous genres et toutes races confondues, à accomplir cet exploit. Je ne suis ni mégalomane, ni arrogante, j'ai conscience du tour de force accompli et j'en suis fière. Mais je ne suis qu'une femme et une Noire en plus, quelle audace de ne pas rester à ma place et oser bomber le torse! C'est finalement une mise en abyme intéressante par rapport aux thématiques abordées dans le film et comme l'avait si bien dit Fanny dans une séquence que nous avons coupée : "Vous serez ébloui.e.s par ma joie". L'art de la joie et de la tête haute face à l'adversité, prendre les victoires à bras le corps quand on appartient à l'Histoire des vaincu.e.s, c'est notre forme de résilience et je sais que ça pique, mais va falloir vous y faire :

Tu Vas Etre Ebloui.e Par Ma Joie © Amandine GAY

Et la plus belle victoire, celle qui me permettra de ne plus jamais avoir à subir des "Les Noir.e.s ne vont pas au cinéma" ; "C'est un film de niche" ; "Vous pensez que ce film peut tenir une sortie nationale?", ce sont nos 9233 ENTRÉES !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

 

SUIVI DES ENTREES_Semaine avant-Premieres SUIVI DES ENTREES_Semaine avant-Premieres

 

SUIVI DES ENTREES_Semaine 1 SUIVI DES ENTREES_Semaine 1
SUIVI DES ENTREES_Semaine 2 SUIVI DES ENTREES_Semaine 2
SUIVI DES ENTREES_Semaine 3 SUIVI DES ENTREES_Semaine 3
SUIVI DES ENTREES_Semaine 4 SUIVI DES ENTREES_Semaine 4

9233 ENTRÉES est un chiffre conservateur car on a pas tous les chiffres de la 4ème semaine (et qu'on a pas comptabilisées les entrées suisses), mais pour vous donner un ordre d'idée : 80 documentaires français sont sortis en France en 2016 dont 50% ont fait moins de 3 000 entrées et 65% ont fait moins de 10 000 entrées (au TOTAL de leur exploitation). Encore plus fort, depuis 1945, 800 documentaires français sont sortis en salles, dont 50% ont fait moins de 5 000 entrées. **

Vous comprenez maintenant mieux pourquoi je parle de tour de force : en 1ère semaine de sortie nationale, 3 copies du film, seulement 8 villes , très peu de séances et souvent à des horaires de basse fréquentation... Et près de 10 000 entrées!!! NOUS AVONS DONC TOUT DÉFONCÉ !!!!!!!!

#OuvrirLaVoixEtCasserLeBoxOffice

Certains films sortis en dizaines de copies avec 24 séances/semaine aux meilleurs horaires ont fait à peine mieux que nous. Et c'est bien en partie grâce aux Noir.e.s qui se sont mobilisé.e.s pour aller voir ce film et organiser des projections dans leurs villes et ont largement fait passer le mot, prouvant ainsi ma théorie : si nous ne fréquentons pas les salles d'art et essai, ce n'est pas parce que nous sommes imperméables aux films d'auteur.e.s, C'EST PARCE L'OFFRE DE FILMS NE NOUS CONCERNE PAS. Dès que nous sommes représenté.e.s, on se déplace massivement (encore faut-il que le film trouve des salles souhaitant l'accueillir, mais ça, c'est une autre histoire).

Ce qui m'amène à ma deuxième théorie vérifiée : représenter des femmes noires c'est représenter des êtres humains auxquels tout le monde peut s'identifier, Y COMPRIS LES BLANC.HE.S! Les films avec des Noir.e.s dedans ne sont pas des "films de Noir.e.s", ce sont DES FILMS, auxquels tout le monde peut adhérer, à moins de ne pas être en mesure de reconnaitre notre humanité, mais alors là, c'est vous qui avez un problème. L'universel mélaniné vient de remporter sa première victoire au box-office! On attend désormais que les films représentant toutes les composantes de la société française : les personnes racisées, les personnes en situation de handicap, les personnes queer et trans, etc., etc. deviennent une banalité.

Demain ou dès que j'aurai le temps, je vous expliquerai pourquoi cette victoire pour le cinéma-guérilla, les femmes noires et toutes les personnes aspirant à la justice sociale a un coût monstrueux sur ma vie (psychique, financière, etc,) ; mais pas aujourd'hui, aujourd'hui mon coeur est à la fête!

Comme le dit le mot-clic (je suis de retour au Québec depuis mercredi) : #BlackWomenDidThat

Et je vous laisse avec celle dont je suis amoureuse depuis plusieurs décennies et dont l'attitude représente le mieux mon état d'esprit actuel :

 

BOOM SHAKALAKA BOOM SHAKALAKA

 

 

 

 

 

 

** Source CBO Box-Office

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.