AMANDINE GAY
Réalisatrice, Auteure, Chercheure
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 sept. 2017

OUVRIR LA VOIX J-29

Bienvenue dans ma chronique de la sortie en salles d' #OuvrirLaVoix. Après 4 ans de larmes, de sueur et de sang, une obtention de visa d'exploitation encore inconcevable l'an dernier et la création d'une boite de production/distribution : Bras de Fer. Nous y voilà, enfin presque, il faut tenir jusqu'au 11 octobre. Ouvrir La Voix sort bel et bien en salles en France!

AMANDINE GAY
Réalisatrice, Auteure, Chercheure
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Aujourd'hui c'était la projection presse!

Si vous n'avez jamais sorti de film en salles -comme moi, en fait-, imaginez un peu la "boom" de 3ème : vous aimeriez bien vous en foutre, mais si personne ne se pointe à votre fête, vous vous vengerez sur le saladier de fraises Tagada en chialant votre vie. Heureusement, (presque) tous les journalistes qui avaient confirmé sont venus, 17 en tout! Et surtout, le "Graal" absolu quand tu as fait un film indépendant sur un sujet politique: des journalistes "culture" et "cinéma" étaient là!

Car c'est bien mon angoisse depuis cet hiver, arriver à passer des pages "Société" aux pages "Culture", et si possible "Cinéma". Pourquoi me direz-vous? Et bien parce que la dimension la plus politique de ce film est celle dont on a le moins parlé jusqu'ici : Ouvrir La Voix est un documentaire aussi audacieux au niveau de la forme que du fond. Toutes ces heures de tests d'optiques, toutes ces réflexions sur le meilleur cadre pour filmer les protagonistes, tout ce soin porté à la mise en valeur des peaux noires en lumière naturelle et caméra portée (ce film est certifié 100% sans pied de caméra!), toute cette attention portée à la création d'un rythme, sans musique ajoutée, bref, tout ce qui fait qu'au-delà du film d'entretiens, Ouvrir La Voix est un documentaire de création.

Mais les voix qui s'élèvent ont été absent.e.s si longtemps de l'espace public que le travail esthétique est estompé par la lame de fond politique que provoque cette parole libérée. La militante en moi est ravie, mais la réalisatrice qui espère depuis le début de cette aventure que le film sera ma carte de visite de "professionnelle de la profession", s'inquiète un peu. Cette angoisse a été accentuée par le mépris de classe, de race et de genre de quelques charmant.e.s, productrices, distributrices, exploitantes -pour des raisons de fluidité du texte, le féminin l'emporte ;) qui ont pris un malin plaisir à m'expliquer que "je ne sais pas si on peut mettre beaucoup de cinéma dans un film d'entretiens, hein..." ; "ça se voit que ton film n'a pas été accompagné, en production j'veux dire, parce que moi, je l'aurai fait descendre en dessous de 2 heures, les exploitant.e.s sont très frileux.ses, les films de deux heures, ça se programme mal" ; "c'est un film de niche, vous arrivez à le programmer?" ; "je ne programme pas de films militants" ou mon préféré : "le sujet est intéressant mais je pense pas que ce soit un film pour le cinéma, sa place est plutôt en télé".

Dans ces moments, j'aurai voulu casser mon téléphone (mais j'ai pas les moyens), hurler "Et Errol Morris qui prend l'Oscar du meilleur documentaire pour The Fog of War en 2003, c'était ptêt pas un film d'entretiens?!!! Quand vous vous touchez sur Kieslowski et "Têtes Parlantes" c'est ptêt pas un documentaire d'entretiens? On peut savoir pourquoi quand c'est moi, c'est pas du cinémaaaaaaa?!!!". Bien entendu, j'ai mordu ma langue en me disant qu'on allait voir si je ne peux pas prétendre, moi aussi, au statut d'auteure!

Et surtout, j'ai doucement ri en repensant aux personnes qui me prenaient de haut à mon arrivée à Sciences-Po, en mode "Tu connais pas Pina Bausch, haaaaan?". J'avais 17 ans et je croyais encore que la culture bourgeoise valait plus que celle de mes parents. Je me laissais impressionner par les personnes qui me snobaient et ce genre de commentaires me donnaient vraiment l'impression que je n'étais pas à ma place.

Mais ça, c'était avant.

Parce qu'après Sciences-Po Lyon, le Conservatoire d'art dramatique du 16è arrondissement et moult péripéties dans des mondes qui n'étaient pas les miens, je suis plus du genre à me laisser impressionner facilement.

Bref, j'ai divagué, mais voici ce que j'aurai pu dire en une phrase: j'ai hâte que les conversations sur le film abordent aussi la réussite formelle qu'est Ouvrir La Voix.

Existence is Resistance

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Le double « je » de Macron au Parlement européen
Mercredi, à Strasbourg, Emmanuel Macron et ses adversaires politiques ont mené campagne pour la présidentielle française dans l’hémicycle du Parlement européen, sous l’œil médusé des eurodéputés étrangers. Le double discours du chef de l’État a éclipsé son discours sur l’Europe.
par Ellen Salvi
Journal — Médias
Bolloré : la commission d’enquête se mue en café du commerce
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches patriotiques ou nationalistes.
par Laurent Mauduit
Journal — International
Corruption en Afrique : le protocole Bolloré
Mediapart révèle de nouveaux éléments qui pointent l’implication personnelle de Vincent Bolloré dans l’affaire de corruption présumée de deux chefs d’État pour obtenir la gestion de ports africains. Après l’échec de son plaider-coupable, le milliardaire est présumé innocent en attendant son futur procès.
par Yann Philippin
Journal — Migrations
Dans le sud de l’Espagne, ces Algériens qui risquent leur vie pour l’Europe
En 2021, les Algériens ont été nombreux à tenter la traversée pour rejoindre la péninsule Ibérique, parfois au péril de leur vie. Le CIPIMD, une ONG espagnole, aide à localiser les embarcations en mer en lien avec les sauveteurs et participe à l’identification des victimes de naufrages, pour « soulager les familles ».
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Présidentielles: penser législatives
La ficelle est grosse et d'autant plus visible qu'elle est utilisée à chaque élection. Mais rien n'y fait, presque tout-le-monde tombe dans le panneau : les médias aux ordres, bien sûr, mais aussi parfois ceux qui ne le sont pas, ainsi que les citoyens, de tous bords. Jusqu'aux dirigeants politiques qui présidentialisent les élections, y compris ceux qui auraient intérêt à ne pas le faire.
par Liliane Baie
Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report
Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche
Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille