amb-263
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 oct. 2020

Collègue assassiné à Paris : La souffrance sociale interdit la réflexion critique

Un collègue parisien est mort suite à un geste crapuleux. Historien à la fleur de l’âge. Son crime ? Enseigner la liberté d’expression à de jeunes adolescents. Quand les extrémismes religieux et non-religieux s'interfécondent. Abdelwahed Mekki-Berrada Professeur en anthropologie de l’islam et en anthropologie de la santé mentale Québec Qc., Canada

amb-263
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un collègue parisien est mort suite à un geste crapuleux. Historien à la fleur de l’âge. Son crime ? Enseigner la liberté d’expression à de jeunes adolescents.

Endeuillé en tant que professeur car, même s’il m’est inconnu, le défunt était encore mon collègue il y a quelques jours à peine. Aussi en tant que papa de jeunes adolescents : l’assassin décédé avait 18 ans. À ce double deuil se rajoute l’angoisse de voir lessuprémacistes blancs, les extrême-droitistes élus ou improvisés, les «Proud White Angry Males» en quête de boucs émissaires,des chroniqueurs et autres essayistes en mal de reconnaissance profiter de l’occasion pour broyer du musulman (mais aussi du réfugié puisque tel était le statut de l’adolescent-tueur), des «loups solitaires» dépoussiérant leurs armes semi-automatiques acquises dans l’illégalité du «dark web» pour éliminer du musulman (et du réfugié) dans les mosquées ou dans les rues. C’est que le jeune assassin a revendiqué son crime crapuleux au nom de l’islam : Une manne pour les racistes et autres islamophobes de ce monde. L’extrême-droite française en fait déjà un prétexte politique jouissif en vue des élections présidentielles de 2022. Agressions, vandalisme et mise au silence envers des musulam.es, en France comme au Québec et bientôt ailleurs, sont déjà des réponses haineuses à un meurtre tout aussi haineux. Les extrémismes religieux et non-religieux s’interfécondent.

La souffrance sociale que réveille ce meurtre chez l’immense majorité des concitoyens musulmans et non-musulmans relève de l’indicible. Et quand elle est aigüe, cette souffrance pourrait se transformer en une douleur dont l’intensité interdit la raison et la réflexion. Or sans réflexion critique et constructive, on répondrait au sang par le sang, à la violence par la violence, à la haine par la haine, dans une spirale éternelle. L’heure est donc au deuil dans la retenue et la raison, et c’est possible même si cela relève d’un effort presque surhumain : les musulman.es de Québec et de Christchurch l’ont démontré, non sans une souffrance tue et transformée en force grâce à la spiritualité mais aussi à la solidarité des concitoyen.nes de toutes obédiences politiques et religieuses. Une solidarité créatrice de nouveaux liens sociaux. Grâce aussi aux systèmes judiciaires du Québec et de Nouvelle-Zélande qui ont fait de leur mieux dans les circonstances. L’heure n’est pas à la vindicte populaire des uns à laquelle répondrait sans doute celle des autres.

Si le jeune assassin de Paris était musulman, son crime ne l’est pas. Si le jeune assassin de Québec est «Québécois de souche»,son crime ne l’est pas. Ce sont des assassinats de souffrance et de douleur invivables, transcendant les appartenances : Quen’avons-nous pas su faire comme parents, comme éducateurs et enseignants, comme intervenants et comme élus pour que lasouffrance de ces jeunes soit intolérable au point que seule la mise à mort de soi et de l’autre puisse les «apaiser»?

La liberté d’expression, qui a coûté la vie à mon collègue parisien, est tout simplement non négociable. Ce que le jeune assassin n’a pu comprendre est que cette liberté d’expression est la première raison d’être de la démocratie. Ce que le vieil occident hypermoderniste semble incapable de saisir est que même les libertés les plus laïquement sacralisées peuvent aussi provoquer des douleurs assassines. Où tracer alors la ligne pour, comme le déclinait Roland Barthes, savoir : «À quelle distance dois-je metenir des autres pour construire avec eux une sociabilité sans aliénation?» En attendant des réponses à cette question complexe, pensées et solidarité chaleureuses vont aux proches de mon collègue si brutalement assassiné. Ils auront besoin de tant de courage. Un courage que les 60 familles, touchées en plein cœur par les tueries de masse de Québec et Christchurch, essaient encore de trouver. Sans compter les millions de corps et d’esprits, musulmans ou non, profondément blessés.  Le chemin sera long, dans notre monde en cours d’aquamation.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Agriculture
« Le recul démographique du monde agricole n’est pas une fatalité »
Moins 100 000 fermes en dix ans : c’est le résultat du recensement rendu public le mois dernier par le ministère de l’agriculture. Face à l’hémorragie, le retour à un pilotage par l’État et à des politiques publiques volontaristes est nécessaire, selon la sociologue Véronique Lucas.
par Amélie Poinssot
Journal — Europe
Dans leur bastion de l’Alentejo, les communistes portugais résistent au déclin
Lors des législatives anticipées qui se déroulent dimanche, le Parti communiste, tout juste centenaire, espère limiter la casse, malgré la poussée socialiste dans certains de ses bastions, dont l’Alentejo. En embuscade, l’extrême droite de Chega lorgne vers d’anciens électeurs du PCP.
par Ludovic Lamant
Journal
En Syrie, la plus grande prison au monde de djihadistes tombe aux mains… des djihadistes
L’État islamique s’est emparé pendant une semaine d’un centre de détention à Hassaké, obligeant l’armée américaine à intervenir. Des dizaines de prisonniers sont en fuite. Pour les Forces démocratiques syriennes, le retour du phénix djihadiste est une très mauvaise nouvelle.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier