Ambassade du Pakistan en France
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 sept. 2021

Ambassade du Pakistan en France
Abonné·e de Mediapart

L’histoire ne doit pas se répéter en Afghanistan

L’Afghanistan se trouve une fois de plus à la croisée des chemins. La communauté internationale craint que les talibans ne dirigent le pays d’une main de fer, comme ils l’ont fait entre 1996 et 2001. Les pays voisins ont un rôle majeur à jouer pour une paix durable en Afghanistan.

Ambassade du Pakistan en France
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

M. Muhammad Amjad Aziz Qazi, chargé d’affaires de l’ambassade du Pakistan à Paris

Par Muhammad Amjad Aziz Qazi, chargé d’affaires de l’ambassade du Pakistan à Paris.

L’Afghanistan se trouve une fois de plus à la croisée des chemins. Les talibans ont repris l’ascendant. À première vue, l’histoire semble se répéter. La communauté internationale, en particulier l’Occident, craint que les talibans ne dirigent le pays d’une main de fer, comme ils l’ont fait entre 1996 et 2001.

Les talibans soutiennent que ce nouveau régime respectera les droits humains fondamentaux, y compris les droits des femmes, et qu’il n’entravera pas l’éducation des jeunes filles. Ils se sont engagés à garantir que le territoire afghan ne soit pas utilisé pour abriter des terroristes menaçant un quelconque pays. Ils ont également autorisé les recrues afghanes ayant travaillé pour les forces de la coalition à quitter le pays. 

Le peuple afghan se trouve pris entre les appréhensions de l’Occident et les promesses des talibans, oscillant entre espoir et désespoir. L’Occident, manifestant sa volonté de venir en aide à ceux qui ont aidé la coalition en Afghanistan, pourrait évacuer les Afghans par milliers. Il n’empêche que des millions resteront dans ce pays — leur partie, où leurs ancêtres reposent et où naîtront leurs enfants. Qu’adviendra-t-il d’eux ? 

Après quatre décennies de conflit et de souffrances, ils ont désespérément besoin de paix et de stabilité pour mener une vie normale, sans luttes intestines entre les factions afghanes, dans un pays en paix avec lui-même et avec ses voisins, offrant un avenir prospère à la jeune génération afghane. Cet élément crucial risque d’être ignoré alors que la situation en Afghanistan évolue rapidement.

Les pays voisins ont un rôle majeur à jouer pour une paix durable en Afghanistan. Le Pakistan, deuxième pays le plus touché après l’Afghanistan au cours des vingt dernières années, mesure pleinement la valeur et l’importance de la paix en Afghanistan. Le conflit en Afghanistan a coûté la vie à plus de 80 000 Pakistanais. Les pertes économiques du Pakistan s’élèvent à plus de 150 milliards de dollars, et il accueille toujours environ 4 millions de réfugiés afghans.

Le Pakistan a longtemps maintenu qu’il n’y avait pas de solution militaire au conflit afghan et qu’un règlement politique négocié incluant toutes les factions afghanes était la seule voie possible. Le Pakistan plaide en faveur d’un règlement politique inclusif et d’un consensus régional, en exhortant les autres pays voisins de l’Afghanistan à adopter une approche coordonnée pour faire face à la situation. État responsable, le Pakistan a contribué à la récente évacuation d’Afghanistan de plus de 12 000 personnes de diverses nationalités.

Le Pakistan insiste également auprès de la communauté internationale pour qu’elle reste pleinement engagée aux côtés de l’Afghanistan. Cet engagement doit être soutenu et considéré comme une responsabilité partagée pour assurer la paix, la stabilité et la prospérité en Afghanistan. Les erreurs du passé ne doivent pas être répétées. Elles ont coûté cher à la communauté internationale.

À l’instar de l’Afghanistan, la communauté internationale se trouve à la croisée des chemins. Une approche manquant de vision lui ferait courir le risque de voir l’histoire se répéter, avec de sérieuses ramifications dans les années à venir, alors qu’elle peut œuvrer à la préservation de la paix en Afghanistan. Certains sont tentés de s’engager sous conditions. Le peuple afghan mérite mieux. Le Pakistan se tient à ses côtés pour donner une chance à la paix.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Viols, tortures et disparitions forcées : en Iran, dans le labyrinthe de la répression
Pour les familles, l’incarcération ou la disparition d’un proche signifie souvent le début d’une longue recherche pour savoir qui le détient et son lieu de détention. Le célèbre rappeur Toomaj, dont on était sans nouvelles, risque d’être condamné à mort.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Outre-mer
Karine Lebon, députée : « Ce qui se passe à La Réunion n’émeut personne »
La parlementaire de gauche réunionnaise dénonce le désintérêt dont les outre-mer font l’objet, après une semaine marquée par le débat sur les soignants non vaccinés et le non-lieu possible sur le scandale du chlordécone. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal
Loi « anti-squat » : le gouvernement se laisse déborder sur sa droite
En dépit de la fronde des associations de mal-logés et l’opposition de la gauche, l’Assemblée a adopté la proposition de loi sur la « protection des logements de l’occupation illicite » à l’issue d’un débat où le texte a été durci par une alliance Renaissance-Les Républicains-Rassemblement national.
par Lucie Delaporte
Journal — Asie et Océanie
Après les inondations, les traumatismes de la population du Pakistan
Depuis 2010, des chercheurs se sont intéressés aux effets dévastateurs des catastrophes naturelles, comme les inondations, sur la santé mentale des populations affectées au Pakistan. Un phénomène « à ne surtout pas prendre à la légère », alerte Asma Humayun, chercheuse et psychiatre à Islamabad.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel
Billet de blog
Et pan ! sur la baguette française qui entre à l’Unesco
L’Unesco s’est-elle faite berner par la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française ? Les nutritionnistes tombent du ciel. Et le pape de la recherche sur le pain, l’Américain Steven Kaplan s’étouffe à l’annonce de ce classement qu’il juge comme une « effroyable régression ». (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Pesticides et gras du bide
Gros ventre, panse,  brioche,  abdos Kro, bide... Autant de douceurs littéraires nous permettant de décrire l'excès de graisse visible au niveau de notre ventre ! Si sa présence peut être due à une sédentarité excessive, une forme d'obésité ou encore à une mauvaise alimentation, peut-être que les pesticides n'y sont pas non plus étrangers... Que nous dit un article récent à ce sujet ?
par Le Vagalâme
Billet de blog
La vie en rose, des fjords norvégiens au bocage breton
Le 10 décembre prochain aura lieu une journée de mobilisation contre l’installation d’une usine de production de saumons à Plouisy dans les Côtes d’Armor. L'industrie du saumon, produit très consommé en France, est très critiquée, au point que certains tentent de la réinventer totalement. Retour sur cette industrie controversée, et l'implantation de ce projet à plus de 25 kilomètres de la mer.
par theochimin