MON COMMENTAIRE DEPUBLIE A LA DEMANDE DE L' AVOCAT D 'ELISABETH GUIGOU, GERARD MENAYAS CITE POURTANT PASQUA BALLADUR GUIGOU

gauche_caviar.jpgJe viens de recevoir un nouvel avis de dépublication, cette fois ci il ne s'agit pas de l'avocat d'Hervé Gattegno alors que j'ai fais un rappel, d'une affaire d'articles de complaisances au sein du journal le Point (LIEN), en rappelant la teneur des écoutes téléphoniques de l'époque.

Cette fois-ci c'est l'avocat d'Elisabeth Guigou qui a demandé la publication d'un COMMENTAIRE, soi -disant diffamatoire. que j'avais écris sous un billet intitulé : Pourquoi le silence des socialistes ? (LIEN)

 

 

J'ai écris avoir lu le nom d'Elisabeth Guigou, dans un article parlant de l'affaire Karachi.(LIEN)

Cette information est parue dans la presse en avril 2010, Elisabeth Guigou, n'a pas envoyé d'assignation pour diffamation à l'ex Directeur de la construction de la direction navales, Gerard Menayas, qui affirme qu'elle a bénéficié de commission dans l'affaire des Frégates. Ni aux deux juges qui ont saisi par hasard le cachier secret qui mouille toute la classe politique.(LIEN)(LIEN)

Alors qu'il est bien plus grave d'affirmer devant un juge, comme l'a fais Gerard Menayas, qu'elle a perçu de l'argent avec Balladur, sur l'argent des frégates, qu'un commentaire d'un internaute qui se souvient avoir lu le nom de cité Guigou dans ces affaires de rétrocommissions !

-Le 17 novembre 2010, un article intitulé "Un témoin-clé de la DCN cite Sarkozy et ouvre la piste Clearstream" est paru sur Mediapart, s'appuyant sur les révélations de Gerard Menayas. (LIEN)

L'article n'a pas abordé un angle révélant les noms des politiques mises en causes, tant à droite qu'à gauche.

-Le Canard enchaîné du 24 novembre 2010, a consacré un article sur l'affaire Karachi, en parlant du carnet de Gerard Menayas,et des notes de la DST, sans donner les noms cités dans ce carnet.

Et je rappelé aussi dans mon COMMENTAIRE "diffamatoire", que les affaires Elf et suivantes ont bénéficié à certaines éminences de la gauche caviar du Ps, une grande mafia, qui roulait avec les pasquiens et des Balladuriens, pour détrousser l'Afrique.

Cette affaire d'Etat, qui a été réduite à une paire de Weston, et une courtisane obligée de rendre l'argent qu'elle avait perçu, pour "ses bons et loyaux services".(LIEN)(LIEN)

La liste des autres protagonistes de tous les partis politiques, qui ont trempé dans cette affaire, et leurs comptes suisses n'ont jamais été retrouvés...

"A l'époque , Dominique STRAUSS-KAHN aurait de nouveau été mis en examen, cette fois dans le cadre de l'affaire Elf, pour avoir fait rémunérer sa secrétaire par une filiale suisse d'ELF AQUITAINE, à l'époque où il dirigeait le "Cercle de l'Industrie", en 1993".(LIEN)(LIEN)

Les juges vont-ils retrouver les traces de coffres, et de leurs propriétaires en enquêtant sur l'affaire des frégates de Taiwan et de l'affaire Karachi ?

1981-1995-1997-2010 "les mêmes têtes d'affiches" issus de cette mouvance mitterrandiste, sont propriétaires du Ps, ils ont toujours les clefs du pouvoir, et font "leurs petits calculs "entre amis .

 

jpg_carnet-menayas-c7a8a-d33fa.jpgJe vous recommande de recommander mon billet ;-)

 

 

jpg_TELECHARGEZ_48-e470f.jpg

p L'article est en ligne : (LIEN)

le carnet qui mouille toute la classe politique.

Elisabeth Guigou enverra t-elle une assignation pour diffamation à Gerard Menayas ?

"L'ex Directeur de la construction de la direction navales, Gerard Menayas cite dans l'affaire Karachi et l'affaire des Frégates : Pasqua, Balladur Guigou."

 

Commissions de la DCN : un nouveau témoin accuse plusieurs politiques (LIEN)

 

"Balladur, Pasqua, Guigou cités

Des politiques sont cités dans le cahier saisi par deux juges du pôle financier, Françoise Desset et Jean-Christophe Hullin, qui enquêtaient sur une affaire mineure de barbouzes au sein de la DCN, selon l'hebdomadaire.

"L'un des principaux bénéficiaires des 5 millions de francs [affaire frégates, ndlr] serait Edouard Balladur. L'autre, Elisabeth Guigou, grâce à un système élaboré des prêts adossés.", est-il écrit. Charles Pasqua est également évoqué dans le document."

Les ramifications suisses de l’affaire Karachi (LIEN)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.