Ambroise TEKO
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 oct. 2017

TOGO: La France va-t-elle condamner la répression de la dictature?

Togo: la France va-t-elle condamner la répression de la dictature? Il y a un devoir moral et politique à soutenir un peuple qui se révolte pour sortir de l'oppression. Car ne pas écouter un peuple qui veut se libérer du joug dictatorial, c'est l'enfoncer dans la désespérance. Le combat pour la liberté est un combat civilisationnel.

Ambroise TEKO
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Avant-hier au Rwanda, hier au Burkina Faso, aujourd'hui au Togo, la France change de président de la République mais se vautre et s'enlise parfaitement et impassiblement dans les mêmes erreurs en soutenant par un silence coupable et jusqu'au bout les dictateurs qui martyrisent leur peuple. Pendant qu'au Togo une répression sauvage et meurtrière s'abat sur des populations civiles, aucune voix de haut rang ne s'élève pour condamner cette barbarie. Disons-le tout de suite. Quels intérêts la France défend-elle de cette façon en méprisant les libertés des peuples en Afrique et au Togo en particulier? Quel bonheur construit-on au pays qui se targue d'être la patrie des droits de l'homme en soutenant des dirigeants qui n'en sont pas? Peuple français, depuis plusieurs semaines, le Togo, sur l'ensemble de son territoire, est en ébullition. Les citoyens ordinaires réclament la liberté, le respect des droits élémentaires de l'homme ou de la femme aspirant à vivre dignement. Ils veulent vivre dans une démocratie comme cela se pratique dans nombre de pays "civilisés". Est-ce trop demander? Est-ce un crime?

Au lieu de cela, la soldatesque du régime de Faure Gnassingbé, un régime corrompu jusqu'à la moelle, tyrannise, violente, sème la terreur et tue les civils aux mains nues, les pourchassant jusque dans leur domicile. Des jeunes, des adultes, des hommes et des femmes sont arrêtés et jetés en prison au mépris des lois. Toute chose qui atteste bien que nous sommes dans la dictature la plus brutale, la plus archaïque et la plus cynique du continent. Et cela dure depuis cinquante ans. Un demi siècle d'une autocratie qui a assassiné des milliers de citoyens togolais et poussé une partie de sa jeunesse ou de ses forces vives à l'exil, avec la complicité des présidents de la cinquième République.

Faut-il encore le rappeler, la France par le biais de la Direction de la Coopération Intérieure du Ministère de l'intérieur, de la Direction de la Coopération de Sécurité et de Défense du Ministère des Affaires étrangères, met à la disposition de cette armée togolaise qui tue en ce moment les citoyens qu'elle est censée protéger, des coopérants policiers et militaires instructeurs qui conseillent au plus haut niveau du commandement militaire au Togo et forment ces soi-disant "force de l'ordre et de sécurité" qui entraînent le pays au bord du gouffre. On peut s'attendre d'un pays comme la France qu'il soit à la pointe de la défense de la liberté, de la démocratie et des droits de l'homme. Valeurs que la patrie de Montesquieu clame dans les discours officiels, mais qui peinent à se traduire en actes concrets en direction de ceux qui se battent pour y accéder.

Avec courage et détermination, les Togolais affrontent désormais sans peur cette soldatesque. Ils crient leur colère et leur ras-le-bol. Ils veulent se débarrasser d'un régime prédateur, cynique, malfaisant et hideux. Avec la volonté affichée d'exacerber les tensions et de créer le chaos, le bras armé de ce régime brûle le siège du Parti national panafricain (PNP) de Tikpi Atchadam, le leader politique qui met à mal la mythologie du Nord contre le Sud, qui a servi pendant cinquante ans à saigner le peuple togolais. Il déjoue toutes les stratégies éculées d'un régime aux abois. Ces nervis arrêtent par dizaine des jeunes et des moins jeunes et les jettent en prison.; ils poussent des femmes et des enfants, des hommes et des vieux à passer les frontières du Ghana ou du Bénin  pour y trouver refuge. La sauvagerie de ces monstres en habit est bien connue et leurs forfaits ont fait le tour du monde des médias du monde entier. Ce sont des faits répertoriés dans les hôpitaux qui ont pris en charge les malheureuses victimes. Par ailleurs, le gouvernement décrète que l'opposition ne peut manifester dans les rues les jours ouvrés, alors que la liberté de manifestation est bien inscrite dans la constitution. Dans quel système normal trouve-t-on de telles graves violations des droits de l'homme?

Mieux encore, devant cette situation, Faure Gnassingbé reste muet. Une stratégie qui ne laisse à l'opposition aucun autre choix que celui de continuer à manifester de façon non-violente pour créer une situation de crise profonde et grave qui contraindra le dictateur à négocier. Le seuil de gravité est atteint. Mais l'autocrate s'arc-boute sur la mythologie de l'ethnicisation du pouvoir qui lui fait dire: "Si je prolonge mon pouvoir, avec mon clan et un discours ethnisant, c'est pour empêcher que vos ennemis de l'autre ethnie ne m'y remplacent. Excluons-les préventivement" et durablement. C'est ce que le père de Faure, le dictateur Gnassingbé Eyadéma, a pratiqué de 1967 à 2005. Le fils qui lui a succédé  a de qui tenir et applique lui aussi la même  funeste recette. La suite, c'est l'accaparement des richesses produites dans le pays, le gangstérisme politique, la paupérisation des masses populaires et surtout le trucage des scrutins électoraux, l'inféodation des structures et appareils étatiques au prince, permettant de légitimer en façade le régime de dictature, lequel est exécré en profondeur par le peuple.

C'est tout ceci que le président Macron cautionne par son silence, alors qu'il déclarait, il n'y a pas si longtemps à la tribune de l'ONU, que "le devoir de la France est de parler pour ceux qu'on n'entend pas", "ces voix oubliées" que lui, président nouvellement élu de la France, veut porter. Alors nous posons la question: la voix du peuple togolais qui ne veut plus d'une dictature dynastique ne peut-elle pas être entendue, défendue et soutenue ? Ou alors, cette voix-là est-elle si méprisable, si détestable, si indigne au regard des intérêts "sacrés" de la Françafrique?

Le Togo est à un tournant de son destin politique. Ce qui surprend et déstabilise la dictature à Lomé, voire l'empêche de dormir, c'est la percée du leader du PNP, Tikpi Atchadam. La vision de ce dernier pour la destitution de la dictature est fondée sur la non-violence qui vise à "la liquidation du régionalisme et du tribalisme", telle que le concevait Frantz Fanon à l'égard du système colonial. Régionalisme et tribalisme qui ont été pendant cinquante ans les deux mamelles nourricières de la dictature au Togo. Pour y parvenir, il y a la nécessaire prise de conscience et la conviction primordiale que le peuple ne peut se libérer de l'oppression qu'en totalisant ses forces. Vaincre ce monstre, c'est l'affaire de tous et de chacun. C'est ce souffle-là que Tikpi Atchadam a su apporter à la mobilisation au Togo.

Notre conviction est faite: les dirigeants qui aiment la paix, la justice, la liberté, le respect de la dignité des droits des Hommes grandissent et s'honorent toujours, à la dimension d'un Nelson Mandela, en défendant la cause du peuple qui ne demande qu'à vivre dignement dans la paix. Ceux qui s'en détournent ratent le train de l'histoire des peuples qui se libèrent du joug de la dictature.

Il est souhaitable que toutes les forces vives africaines qui chérissent la liberté, la démocratie, les droits de l'homme, et qui veulent que l'on tourne définitivement la page des dirigeants prédateurs, voleurs d'élections et de deniers publics se tiennent aux côtés du peuple togolais pour l'aider à faire naître le nouvel Homme togolais.

Quoi qu'il en soit, une nouvelle Afrique est en marche. Le Togo se doit de prendre ce train s'il ne veut pas se perdre. L'exigence de liberté, de la possibilité de choisir et de renvoyer librement les dirigeants et l'exigence de la volonté souveraine d'un peuple, en l'occurrence celle du peuple togolais, n'est pas négociable. Seul ce désir de liberté est progressiste et émancipateur. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le jugement consacre la liberté d’informer
Dans un jugement du 6 juillet 2022, le tribunal de Nanterre a condamné l’État pour sa tentative de perquisition des locaux de Mediapart du 4 février 2019, la jugeant « ni nécessaire dans une société démocratique ni proportionnée à l’objectif poursuivi ». Le jugement, très sévère pour le parquet de Paris, consacre aussi la protection des sources.
par Edwy Plenel
Journal — Exécutif
À l’Assemblée, Élisabeth Borne invente le « compromis » sans concession
La première ministre a prononcé, mercredi 6 juillet, sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale. Face aux députés, elle a tenté de tracer les contours d’un quinquennat du « compromis », sans rien céder sur le fond du programme d’Emmanuel Macron.
par Romaric Godin et Ilyes Ramdani
Journal
Face à la première ministre, LFI et le RN divergent sur la stratégie
Les deux forces d'opposition ont fait vivre une séance mouvementée à Élisabeth Borne qui prononçait, mercredi 6 juillet, son discours de politique générale. La gauche a déposé une motion de censure. La droite et l’extrême droite ont annoncé qu’elles ne la voteront pas.
par Pauline Graulle et Christophe Gueugneau
Journal — Santé
Au ministère de la santé, un urgentiste qui rêvait de politique
La nomination de François Braun au chevet d’un système de santé aux multiples défaillances est plus qu’un symbole. Ce médecin de terrain, formé dans les déserts médicaux, est aguerri aux crises sanitaires. Mais il laisse, à Metz, un service d’urgences en grandes difficultés.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Un ministère au double intitulé et à la double tutelle pour un double jeu ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée en charge de l'Enseignement et de la formation professionnels auprès du ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse mais aussi du ministre du Travail. Cet intitulé et cette double tutelle n'ont pas de précédent. Serait-ce propice à un double jeu ?
par claude lelièvre
Billet de blog
Boone : « La pauvreté est contenue »
Quand l’économiste Laurence Boone considérait que « l’argent est très bien redistribué vers les pauvres » et quand le chef de l’État fustige les « profiteurs de guerre ». Petit retour également sur les Gilets jaunes d’avant les Gilets jaunes.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Est-ce la fin du Bac Pro ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée à l'enseignement professionnel. Dans un tweet daté du 17 mars, elle expliquait vouloir "une réforme du lycée professionnel sur le modèle de l'apprentissage" laissant présager d’un bouleversement de l’éducation nationale.
par Germain Filo
Billet de blog
Sous Macron, l'écologie chute en 10ème place mais l'homophobie se classe en 1ère
Au dernier remaniement, plusieurs homophobes rentrent définitivement au gouvernement. Le plus notable, Christophe Béchu, maire d'Angers, devient Ministre de la transition écologique, domaine où il n'a aucune compétence. Le rang protocolaire du Ministère de l’Ecologie, lui, passe du 5ème au 10ème rang.
par misterjbl