amd92
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 févr. 2016

amd92
Abonné·e de Mediapart

Front National : imposture et confusion

amd92
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La photo de Léon Blum ainsi légendée : « Réduction du temps de travail, congés payés, démocratie sociale, Léon Blum aurait voté FN », telle est la dernière provocation du cercle Front National de Sciences Po. Il faut dire que l’extrême-droite y est coutumière du fait. Rappelons seulement, à titre d’exemple, la tentative rapidement brisée, du Gud au milieu des années 70, animé par Philippe Péninque (oui celui qui murmure à l’oreille de Marine Le Pen), d’organiser un meeting de soutien au régime d’apartheid, sous le slogan « l’Afrique du Sud, un pays où il fait bon broyer du noir ». Une provocation de plus, donc, mais révélatrice de la confusion ambiante autour de toutes les valeurs et idées politiques.

Une provocation et une double imposture. Le Front National veut convaincre de son côté « social », mais on cherchera en vain dans son programme les propositions en question. Réduction du temps de travail ? Il ne s’y trouve que des mesures permettant de rogner plus encore les 35 heures. Congés payés ? ces mots en sont absents. Démocratie sociale ? Il n’en est question que pour remettre en cause la représentativité des grandes centrales syndicales. 

Léon Blum qui se définissait comme « français, juif et socialiste » a toujours su reconnaître ses ennemis. Les nervis d’Action Française qui tentèrent le lyncher le 13 février 1936, les députés de droite et d’extrême droite qui le couvraient d’injures antisémites jusque dans l’hémicycle, le régime de Vichy qui le fit interner dès l’été 1940 avant de le livrer aux nazis qui le gardèrent deux ans en otage à Buchenwald. Faut-il alors rappeler la filiation historique du Front National, l’itinéraire de certains de ses membres fondateurs, passés par les partis de la Collaboration, la Milice et la Waffen SS, ou plus récemment les photos de certains de ses jeunes militants exhibant fièrement leurs tatouages aux armes de la Division SS Charlemagne, aux côtés de Marion Maréchal Le Pen ? 

Si l’on veut évoquer aujourd’hui la mémoire et l’œuvre de Léon Blum, il faut rappeler les réformes sociales du Front Populaire, les avancées de la Libération, et leurs suites, les conquêtes des luttes de 1968 et les premières mesures du gouvernement de Pierre Mauroy de 1981. 

Si le Front National peut se permettre maintenant une telle provocation, c’est bien parce qu’au PS aucune voix ne se lève pour se réclamer de Léon Blum. Aucune voix pour se référer aux valeurs fondatrices de la gauche, l’égalité, la transformation sociale, la démocratie. Mais que l’on se rassure. D’autres s’y emploient, activement.

Antoine Malamoud

Arrière petit-fils de Léon Blum

Diplômé de Sciences Po Paris 1978.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Justice
Les liaisons dangereuses de Rachida Dati avec les barbouzes du PSG
Enquête illicite dans l’affaire Renault-Nissan, intervention auprès d’un préfet, renvois d’ascenseur : la justice s’intéresse aux relations entre l’ancienne garde des Sceaux et un lobbyiste mis en examen dans l’affaire qui secoue le club de foot.
par Yann Philippin et Matthieu Suc
Journal — Libertés publiques
Après la Grèce, Intellexa installe son logiciel espion en Afrique
Le matériel d’Intellexa fait scandale à Athènes, où il aurait visé les téléphones de personnalités, au bénéfice du gouvernement. Mais la société aurait aussi fourni du matériel à une milice soudanaise, révèle une enquête de Lighthouse Reports, « Haaretz » et Inside Story.
par Crofton Black et Tomas Statius (Lighthouse Reports)
Journal
Harcèlement, violences, faux en écriture publique : des policiers brisent « l’omerta » 
Dans un livre à paraître jeudi 1er décembre, six fonctionnaires de police sortent de l’anonymat pour dénoncer, à visage découvert, les infractions dont ils ont été témoins et victimes de la part de leurs collègues. Une lourde charge contre « un système policier à l’agonie ». 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm
Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon
Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise
Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT