HÉRITAGE OMAR BONGO : La FAMILLE MYBOTO VEUT SA PART DU MAGOT POUR FINANCER LA PRESIDENTIELLE 2016

 

 

image002

 

  • Bas les masques !  "Toute vérité est-elle bonne à dire?"

Rappel des faits : cinq ans après la mort d’Omar Bongo Ondimba, l’incontestable accumulation des biens laissés par ce dernier met en émoi tous ces ayants-droits, en particulier la branche « MYBOTO.  Cette dernière reproche aux deux aînés du défunt, plus précisément à l'un d'eux, Mr. Ali Bongo de laisser traîner la succession et de ce fait, il empêcherait la petite fille de Zacharie Myboto, Mademoiselle Onaïda Maïsha Bongo, fille naturelle d’Omar Bongo et de sa fille Madame Chantal Myboto de récupérer sa part du magot volé aux gabonais et en faire profiter à toute la famille.
 

  • Les raisons de l’impatience

 À quelque chose malheur est bonDans un premier temps, on se dit que le grand déballage sur la place publique, si cela permet aux gabonais de découvrir  et de mieux comprendre comment cette caste au-dessus du peuple ont été et sont toujours à gruger les citoyens de ce pays, on ne va pas faire la fine bouge. Tout est bon à prendre. Mais en s’attardant un peu, on constate aussi le  comportement de pompier pyromane, cynique et de sangsue  de la famille du grand patriarche de Mounana "Mr zacharie Myboto et de sa fille Chantal". Ils dénoncent le régime Ali Bongo et le pillage de l'argent du pays et de l'autre côté, ils sont en guerre contre lui pour leur part du butin venant de la même source. C'est à n'y rien comprendre.

On peut changer beaucoup de choses, mais on ne change pas de « soi ». Au-delà du positionnement, de la posture,  le comportement, l’attitude représenté, l'individu ne change pas ce qu'il est intérieurement, la famille "Myboto" en est un exemple patent. Après avoir  participé activement à mettre le Gabon en coupe réglée, membre de la mafia, les "Myboto" sont devenus des repentis.

Mais aujourd’hui que l’argent tarde à venir, ils mettent des bouchées doubles pour forcer la main  et faire accélérer les choses. Ils ont répété à l’envie  à qui voulait bien croire leurs sornettes  :  "les  histoires de la famille Bongo Ondimba ne nous concernent  plus, etc…"  Ce temps est révolu puisque la famille Myboto a sorti les bazookas ne voyant rien venir. Quitte à écorner encore un peu plus son image, seul compte l’argent et pour l’avoir tous les moyens sont bons. Comme quoi, qui s’assemble, se ressemble. Chassez le naturel, il revient au galop. Mais sans vouloir les excuser, le partage d'héritage reste un moment de dissension dans la plupart des familles et  à plus forte raison, pour un héritage estimé partiellement à des milliards de F.CFA ou des centaines de millions d’euros.
 

  • Le plan date …

Il faut dire qu’Ils ont des vues sur ce pognon depuis belle lurette et ont fait de leur mieux pour y avoir droit. Ils n’ont pas lésiné sur les moyens à utiliser pour l’atteindre. Pour comprendre ce besoin de recouvrer  la part qui vient à l’héritière née des amours tumultueuses de la fille de l’ex-petit instituteur  « zacharie Myboto, devenu par la suite un grand homme de la nation, il faut aller à la source. En effet, pour arriver  au magot d’Omar Bongo, avoir sa place dans ces milliards, prix du sang et de la prédation sans borne, Zacharie avait  mis le paquet.

Il connaissait par cœur la faiblesse d’Omar Bongo pour la gente féminine, sa stratégie était toute trouvée, il saura se servir de cette faiblesse pour mettre à tour à tour entre les jambes du feu Omar Bongo les femmes de sa propre famille. Filles, sœur, etc... Chacune avait mission d’attirer l’attention du vieux et satisfaire ses appétits. De toute cette petite armée de charme, une seule réussira à ravir et faire véritablement chavirer  le cœur d’Omar, elle se prénomme Chantal, fille de Zacharie Myboto. L’avenir était enfin assuré.

Après le mariage traditionnel, on parlera même de mariage officiel. Mais le défunt Omar bongo fera faux bond, une petite crasse que Chantal Myboto mettra du temps à digérer. Omar bongo  préféra le prestige d’avoir pour épouse la fille d’un chef d’état comme lui, plutôt que la fille d’un ex-instituteur qui lui devait son accession.

Les Myboto, ne perdant jamais de vue le but de leur mission, c’est-à-dire avoir le droit au pèze d’Omar Bongo, pour cette raison,  Chantal Myboto accompagnera le vieux jusqu’à sa dernière demeure à Franceville.
 

  • La puissance financière décidera du vainqueur en 2016

Avoir les moyens de ses ambition ! Cette manne financière que la petite fille est censée recevoir doit permettre de rivaliser à jeu égal avec Mr.  Ali Bongo Ondimba à la présidentielle 2016. On comprend mieux l'exaspération voire l'impatience de la famille "Myboto" qui voit l'horloge  tourner et rien à  l'horizon. Raison pour laquelle par "médias interposés",  ils haussent le ton.
En bon vieux routard de la politique, ils connaissent la chanson, Mr Myboto Zacharie tout comme sa fille. Une élection présidentielle se prépare au moins 18-15 mois à l'avance et c'est maintenant.

Il ne faut pas rêver, des programmes extraordinaires et tout le reste, personne n’y croit réellement. On sait que ceux qui voudront croiser le fer avec le pouvoir, ils devront avoir de solides moyens financiers. Le débauchage se paie, les soutiens, ça se paie, drainer les foules à sa cause, il faut de l’argent, etc...

Non pas que les « Myboto »  soient des pauvres gens sans le sou, mais leur situation aujourd’hui n’a plus rien avoir avec ce qu’ils ont été dans le passé.  Sous Omar Bongo les investisseurs sollicitaient Chantal et les autres membres de cette famille pour faire du business, ce n’est plus le cas maintenant. Quelques marchés par-ci, par-là, il faut bien plus d’argent pour louer et mobiliser des hélicoptères  en permanence pour faire le tour du pays, battre campagne, acheter des espaces publicitaires, le merchandising électoral a un coup, etc…
Conclusion :  l’héritage de la petite Onaïda Maïsha Bongo tomberait à pic.
 

  • Les limites de la Lutte contre le système

Y a t-il action concertée? L’histoire tranchera. Celui qui vole comme celui qui profite du fruit du vol sont coupables au même titre.
On a appris que l’argent que réclame à cor et à cri les Myboto à travers une des héritières a été acquis en grande partie à travers une holding « Delta synergie ». Une entité tentaculaire, accaparement inique des biens publics, corruptions, spoliations, despotismes, dominations, etc… Comme l’argent issu des diamants de sang ou diamants de guerre,  du terrorisme, etc... Cet argent est le résultat d'énormes souffrances de tous types, de privation, de recule sans conteste du pays, de mort de nombreux gabonaises et gabonais.

Aujourd’hui les "Myboto" se présentent  désormais comme des personnes soucieuses du peuple gabonais et membre de l’opposition radicale. Il est étonnant qu'ils comptent concourir au changement dans le pays en 2016, en utilisant l'argent du malheur. Où est donc la différence avec le camp du pouvoir  qu'ils fustigent à tout bout de champ?  - Aucun

En prenant les sous laissés par Omar Bongo, les "Myboto"continuent à être des vautours qu'ils toujours été aux mêmes titres que les autres complices des rackets. immuablement comme depuis plus de cinquante ans,  sans exception, les gabonais ont payés et paient encore un sortes de droit féodale à un petit groupe d’hommes de femmes donc les « Myboto, père, fille, petite fille ».

Ainsi va le Gabon...

 

 

ANNE MARIE -DWORACZEK-BENDOME

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.