amdb
JOURNALISTE INDEPENDANT, FONDATRICE ET DIRECTRICE DE PUBLICATION DU BLOG DB-NEWS.
Abonné·e de Mediapart

1052 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 juil. 2022

amdb
JOURNALISTE INDEPENDANT, FONDATRICE ET DIRECTRICE DE PUBLICATION DU BLOG DB-NEWS.
Abonné·e de Mediapart

L’ascenseur social en panne : Gabon, l’héritière et la jeunesse oubliée

Parmi les nominations faites lors du Conseil des ministres du 29 juin dernier, à Libreville, au Gabon, figurait notamment celle de Marie Ondzounga Bongo, fille de la demi-sœur du chef de l’État gabonais, Ali Bongo Ondimba, et petite-fille de feu président Omar Bongo.

amdb
JOURNALISTE INDEPENDANT, FONDATRICE ET DIRECTRICE DE PUBLICATION DU BLOG DB-NEWS.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Gabon-Marie-Ondzounga-privilèges de naissance

Marie Ondzounga Bongo : privilèges de naissance

Alors que tous les signaux sont au rouge dans le pays, que l'administration peine à embaucher ou titulariser des vacataires de la fonction publique, la nomination de la fille de Betty Bongo Ondimba, ex-épouse d'un certain Steeve Ondzounga, au cabinet de son oncle, en tant que chargée de mission, consterne de nombreux citoyens ordinaires dont les enfants diplômés ne trouvent pas d'emplois. Elle apparait comme une insulte supplémentaire à la face de ceux qui trinquent sans répit.  La goutte d'eau qui fait déborder le vase !

« Le chien aboie, la caravane passe «, clamait le fondateur de la dynastie, Omar Bongo Ondimba de son vivant. Ses héritiers ont adapté la même posture.

Ainsi, malgré l’état de déliquescence effroyable dans lequel se trouve le Gabon, la jeune promue, toute contente et fière de sa nomination, en digne petite-fille de son grand-père, elle s’est fendue d’un tweet sur son compte : "Suite au Conseil des ministres qui a eu lieu ce mercredi 29 juin 2022, j’ai le plaisir de vous annoncer que j’ai été nommé au poste de Chargé de mission chez Présidence de la République gabonaise. Merci pour la confiance The Best is yet to come !" 

Gabon - Privilèges de naissance - Compte Twitter de Marie Ondzounga Bongo – 30 juin 2022

Biens mal acquis, Betty Bongo Ondimba mis en examen

Betty Bongo Ondimba, accompagnatrice de la première dame du Gabon, Sylvia Bongo Ondimba est une personne complexe. En façade, elle donne l’image d’une femme pondérée. Croyante, elle affiche de manière ostentatoire ses convictions religieuses, comme en témoignent ses différentes publications sur Twitter. Mais derrière cette piété feinte ou pas, se cache une autre Betty Bongo Ondimba, celle complice du pillage des richesses du Gabon par sa famille. Ce qui, au demeurant, ne l’empêche pas de dormir du sommeil du juste.

En effet, des 54 héritiers officiels laissés par feu Omar Bongo, elle fait partie des quatre enfants "Bongo Ondimba" avoir été mis en examen par la justice française dans le dossier des biens mal acquis au mois d’avril dernier. Cela étant, le 28 avril 2022, elle faisait partie de la délégation reçue au Vatican par le Pape François. Pour une pratiquante, elle semble peu soucieuse de la réputation de ces lieux.

Gabon - Privilèges de naissance - Compte Twitter de Betty Bongo Ondimba – 20 juin 2022

En outre, c’est toujours la même, Betty Bongo Ondimba, la dame craignant Dieu, donc les filles, Lucie Ondzounga et Marie Ondzounga (la chargée de mission d’Ali Bongo), ont fait tout un battage médiatique au mois de novembre 2021, autour d’une sombre affaire prétendument de "violences faites aux femmes". Les deux jeunes femmes ont accusé Omar Denis Jr Bongo de les avoir agressées sur les Champs-Élysées, à Paris. Et pourtant, ce dernier n’est point un inconnu pour ces gentes et nobles dames de l’aristocratie gabonaise, puisqu’il est demi-frère d’Ali et de Betty Bongo Ondimba également.

L’ascenseur social en panne au Gabon – Ali Bongo, président du Gabon et sa sœur Betty.

Gabon- l’ascenseur social en panne

l’ascenseur social grippé, voire paralysé, le gouvernement de l’élite, par l’élite et pour l’élite qui gère le Gabon, est devenu est une institution de confiscation au service des castes désireuses de perpétuer leur influence au sommet de la pyramide. Les gens modestes, les relégués des quartiers malfamés et criminogènes de la capitale n’ont aucune valeur à leurs yeux ; ceux des villages lointains encore moins. "Le développement endogène", en dépit des conférences et symposiums auxquels ils assistent, ils s’en ignorent le sens. Aujourd’hui, la monopolisation de tous les leviers du pays par descendants et ascendants est l’un des maux qui minent le pays. Ils ont jeté les clés de la méritocratie, de la compétence, de l’effort personnel pour les remplacer par le despotisme, le favoritisme, l’arbitraire, la délation, la perfidie, le mensonge et les mœurs douteuses.

L’Émergence dans les mots !

2009 – 2022, 13 ans de gouvernance entre impréparation et incapacité à changer la donne. Les inégalités ont augmenté dans des proportions inquiétantes. Le sentiment de frustration, présent sur l’ensemble du territoire, est illustré par le fait que sur  2.278.829 habitants (2020), 700 000 vivent sous le seuil de pauvreté, selon la Banque mondiale. Le chômage des jeunes représente, selon les chiffres 2021, de l’Organisation internationale du travail (OIT), 38, 426% ; 62 ans après l’indépendance, le pays n’a toujours pas de route nationale digne de ce nom ; la distribution de l’eau et de l’électricité se fait parcimonie.

Un léger regard dans le rétroviseur, on s’aperçoit que ceux qui narguent les populations, se conduisent plus durement que les colons, ne sont pas nés avec une cuillère en argent dans la bouche. Loin de là ! Omar Bongo lui-même, celui qui a construit cette hydre, n’était pas le fils du Roi Makoko.

Au lieu de laisser fonctionner l’ascenseur social comme cela a été le cas pour eux, ils favorisent leurs ascendants. Grand hic, beaucoup d’enfants de ces hautes personnalités du Gabon n’ont ni étoffe ni aptitude personnelle pour occuper ces postes à responsabilité, pire, ils acceptent de jouer le jeu uniquement pour la frime et l’argent sans travail accompli.  Raison pour laquelle « l’émergence » qui a porté des fruits au Sénégal, en Côte d’Ivoire et au Rwanda, a été un flop au Gabon et se résume aux maquettes. En évidence, le changement de paradigme, on l’attend encore.

Gabon : les enfants des prolétaires, cinquième roue du carrosse !

Le manque de cohérence dans l’action publique, l’attitude hésitante et attentiste des différents gouvernements, la non mise en œuvre des annonces du Chef de l’État, la gabegie, les détournements de budgets publics… C’est dans ce contexte anxiogène que récemment, la Garde républicaine (GR) avait lancé un appel de recrutement pour 400 jeunes. Ce ne sont pas moins de 9 586 jeunes qui font acte de candidature.

Les Germes de la destruction !

George Orwell avait écrit : Les conséquences d'un acte sont incluses dans l'acte lui-même"   

Des jeunes laissés sur le carreau

Tandis que les enfants des classes paysannes et ouvrières trinquent et vont grossir inexorablement chaque jour les rangs des chômeurs et des galériens, tout comme leurs parents avant eux, "les biens nés", "les ayants-droits de la République", les privilégiés comme la nièce d’Ali Bongo Ondimba et ses semblables n’ont aucun souci à se faire, la vie est belle !

Marie Ondzounga Bongo et ses congénères ont fait des études avec l’argent de la prédation et du pillage du Gabon ; ils ont grandi, vivent dans des maisons et appartements acquis avec l’argent des contribuables Gabonais ; des postes qui leur sont réservés, sont payés avec de l’argent du budget de l’État, jusqu’à quand ce népotisme ?

Gabon – Ascenseur social en panne – Les enfants de prolétaires, cinquième roue du carrosse !

Le Gabon sur un chaudron social

Politique, société, science, environnement… Vers quel modèle social se dirige-t-on ? – Quand tu as été à l’école avec les enfants de la Couronne britannique ; tu as fait Berkeley, Sciences-Po Paris, Université Paris-Panthéon-Assas, ENA, … Pourquoi ces filles et fils de la nomenklatura ne trouvent-ils pas des postes ailleurs qu’au Gabon ?

Est-il normal que ces enfants gâtés, issus de tous les bords politiques du pays, qui n’ont jamais connu la faim ; la marche à pied sous le soleil et sous la pluie ; les classes bondées, sans bancs, sans craies ; les écoles sans toilettes, sans points d’eau ; et le premier établissement d’enseignement supérieur, l’Université Omar Bongo (UOB) avec toutes ses carences, reviennent au pays et sont avantagés dans les recrutements ? – L’injuste est patent. Tout pour les mêmes, rien pour les autres.

23 juillet 2022

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : le risque de débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal — Médias
Faux scoop du « Point » sur Garrido-Corbière : un « accident industriel » écrit d’avance
Alors que l’hebdo avait promis de faire son autocritique en publiant une enquête pour revenir sur ses fausses accusations visant le couple LFI, la direction l’a finalement enterrée. Sur la base de documents internes, Mediapart retrace les coulisses de ce fiasco, prédit deux mois avant par des salariés.
par David Perrotin et Antton Rouget
Journal
Lutte contre l’antisémitisme : angle mort de la gauche ?
Les militants de la gauche antiraciste ont-ils oublié l’antisémitisme ? Un essai questionne le rôle des gauches dans la lutte contre l’antisémitisme et plaide pour la convergence des combats. Débat dans « À l’air libre » entre son autrice, Illana Weizman, un militant antiraciste, Jonas Pardo, et le député insoumis Alexis Corbière.
par À l’air libre
Journal — Parlement
La loi sur les énergies renouvelables est-elle vertueuse ?
Alors que le projet de loi sur le développement de l’éolien et du solaire est en cours d’examen à l’Assemblée nationale, les macronistes savent qu’ils ont besoin de la gauche pour le faire adopter. Mediapart a réuni la députée insoumise Clémence Guetté et le député Renaissance Jean-Marc Zulesi pour éclaircir les points de blocage et les possibilités d’évolution.
par Pauline Graulle et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
La liberté d’aller et venir entravée pour les habitant⋅es de Mayotte
Le Conseil constitutionnel a jugé conforme à la Constitution les contrôles d’identité systématiques sur l’ensemble du territoire de Mayotte sans limite dans le temps. Il assortit sa décision d’une réserve qui apparait vide de sens : ces contrôles ne peuvent s’effectuer « qu’en se fondant sur des critères excluant […] toute discrimination », alors qu’ils apparaissent par essence discriminatoires.
par association GISTI
Billet de blog
Une famille intégrée ou comment s'en débarrasser - Appel OQTF
6 décembre : appel de la décision de l'obligation de quitter le territoire devant le tribunal administratif de Clermont-Ferrand, décision que nous avons déjà chroniquée. Cette famille particulièrement intégrée doit rester ici. Voici quelques vérités fortes apportées par son avocate et un des responsable de RESF63, le jour même d'un « débat » sur la loi immigration à l'Assemblée Nationale !
par Georges-André
Billet de blog
Morts en Méditerrannée : plainte devant la CPI contre la violence institutionnelle
La plainte va soulever la question de la responsabilité de l'Italie, Malte, la commission européenne et l'agence Frontex dans le bilan catastrophique de plusieurs dizaines de milliers de noyés en Méditarrannée depuis 2014, au mépris du droit international et des droits humains. Questions sur la violence institutionnelle à rapprocher du projet de loi contre les migrants que dépose l'exécutif.
par Patrick Cahez
Billet de blog
Loi Darmanin contre les étranger·e·s : danger pour tou·te·s !
Ce mardi 6 décembre a lieu à 17H00 un premier « débat » sur l'immigration à l'Assemblée nationale initié par Gérald Darmanin préparant une loi pour le 1er trimestre 2023. Avec la Marche des Solidarités et les Collectifs de Sans-Papiers, nous serons devant l'Assemblée à partir de 16H00 pour lancer la mobilisation contre ce projet. Argumentaire.
par Marche des Solidarités