amdb
JOURNALISTE INDEPENDANT, FONDATRICE ET DIRECTRICE DE PUBLICATION DU BLOG DB-NEWS.
Abonné·e de Mediapart

1045 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 avr. 2015

GABON : IN MEMORIAM ANDRE MBA OBAME

amdb
JOURNALISTE INDEPENDANT, FONDATRICE ET DIRECTRICE DE PUBLICATION DU BLOG DB-NEWS.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Homme politique gabonais
15 juin 1957 - 12 avril 2015

  • Origine et parcours

Né le 15 juin 1957 à Medouneu, André Mba Obame fait ses premières classes à l'école catholique de cette même commune. Plus tard, il suit ses études secondaires au petit séminaire Saint Kizito d'Oyem, puis à Libreville, au séminaire Saint Jean. Il décrochera son baccalauréat au lycée national Léon Mba, avant de s'inscrire à l'université de Laval (France). Après son diplôme, André Mba Obame rejoint l'université Panthéon-Sorbonne où il obtient un doctorat en science politique.

  • Carrière professionnelle

En 1984, à son retour au Gabon, André Mba Obame est reçu en audience par feu le président Omar Bongo Ondimba. Il intègre son cabinet sans avoir été intégré à la fonction publique. Suite à l'instauration du multipartisme, au lendemain de la conférence de 1990, André Mba Obame prend successivement les portefeuilles du ministère de l'Agriculture, celui des Droits de l'homme et des Relations avec les assemblées.

En 1991, André Mba Obame se voit contraint de quitter le gouvernement. Un amendement de la Constitution définissant un âge de 35 ans minimum pour exercer une fonction ministérielle. En remplacement, il est nommé secrétaire général adjoint de la Présidence de la République. En 1996, André Mba Obame est élu député du 1er siège du département du Haut Komo.

De retour au gouvernement en 1997, André Mba Obame passe ministre des Relations avec les institutions constitutionnelles, porte-parole du gouvernement. Suite à l'élection présidentielle de 1998, il est nommé en février 1999, ministre de l'Education nationale, porte-parole du gouvernement. Trois ans plus tard, André Mba Obame occupe les fonctions de ministre de la Solidarité nationale, des Affaires sociales et du Bien-être. Après l'élection présidentielle de 2005, il est porté à la tête du ministère de l'Intérieur, jusqu'au décès du président Omar Bongo Ondimba. La dernière nomination d'André Mba Obame sera son poste de ministre de la Coordination et du suivi de l'action gouvernementale, le 19 juin 2009, sous la présidence par intérim de Rose Francine Rogombe.
 

  • Présidentielle 2009

Le 17 juillet 2009, André Mba Obame lance son "appel de Barcelone", dans lequel il présente officiellement sa candidature à l'élection présidentielle. Le 20 avril 2010, il fonde l'Union Nationale (UN). Sur sa chaîne privée TV+. Le 25 janvier 2011, André Mba Obame s'autoproclame président de la République, prête serment à la Constitution et forme son gouvernement. Le lendemain, L'UN est dissoute. Et la levée de l'immunité parlementaire est demandée auprès de l'Assemblée nationale

Souffrant de problèmes de santé, André Mba Obame participe toujours à la vie politique gabonaise, de façon épisodique.

Il est décédé le 12 avril 2015, à Yaoundé (Cameroun).

Source : Journal Gabonais "L’UNION"

  • Communiqué de Jean Pierre ESSONO MENIE

AMO - appel - 15 avril 2015

  • Vidéo souvenir

© anne marie dworaczek-bendome

 LE PROGRAMME OFFICIEL DES OBSEQUES DE MR MBA OBAME ANDRE

Transcription : ANNE MARIE DWORACZEK-BENDOME

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
En Ukraine, des militantes viennent en aide aux « survivantes » de viols de guerre
Un collectif encore très confidentiel de victimes de violences sexuelles dans le Donbass, membre du réseau mondial SEMA, se mobilise en Ukraine pour repérer et accompagner les rescapées des viols commis par les soldats russes. Mediapart a pu les suivre.
par Rachida El Azzouzi
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Sur les réseaux sociaux, les jeunes chercheurs obligés de « se vendre »
Précaires et soumises à une concurrence croissante, les nouvelles générations de chercheurs sont incitées à développer leur « marque » personnelle sur Twitter, Instagram voire TikTok. Non sans effets pervers.
par Aurélien Defer
Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran