Obsèques de Mba Obame - Revirement des autorités : Le stade de Nzeng-Ayong est finalement accordé

Obsèques de Mba Obame - Revirement des autorités-Le stade de Nzeng-Ayong est finalement accordé


Finalement, "la raison l'emporte" (AMDB)

 

 

Article paru ce soir, sur le site "Gabonreview"

 

 

Initialement refusé à la famille d’André Mba Obame, le stade de Nzeng-Ayong, dans le sixième arrondissement de Libreville, accueillera finalement les obsèques du disparu le 28 avril prochain.



Après un refus en bonne et due forme de l’Agence nationale de gestion et d’exploitation des infrastructures sportives et culturelles (ANAGEISC), les obsèques d’André Mba Obame se tiendront finalement au stade Nzeng-Ayong, dans le sixième arrondissement de Libreville. Non pas que la structure sous tutelle de la présidence de la République se soit ravisée, la décision émane plutôt gouvernement. Ce dernier s’est en effet saisi du dossier suite au tollé provoqué par la fin de non-recevoir adressé à la famille du disparu, le 22 avril dernier. Ainsi, le ministre de l’Intérieur a réuni, le 25 avril à Libreville, quelques proches d’André Mba Obame, notamment Franck Nguéma le patron de TV+ (neveu), Jacques Adiahenot (membre du Front de l’opposition pour l’alternance) et un prêtre du Woleu-Ntem, pour leur faire part de cette décision. Une mesure qui devrait quelque peu décrisper le climat très tendu entre le gouvernement et les militants de l’Union nationale (UN), mais aussi la famille de l’ancien leader du parti de l’opposition.

 

Par ailleurs, rien n’a filtré sur le dispositif sécuritaire qui pourrait être déployé lors de ces obsèques. Nul doute, en effet, que cette mesure s’avèrera nécessaire pour prévenir tout débordement, tant plusieurs milliers de personnes sont attendues pour ces obsèques qui auront lieu le 28 avril prochain à Libreville et le lendemain (29/4) dans le Woleu-Ntem.

 

Pour rappel, l’ANAGEISC avait refusé à la famille de l’homme politique disparu et à l’UN l’organisation de l’hommage public de son secrétaire général sur ce stade. Elle arguait à ce moment-là que le stade n’était pas disponible aux dates sollicitées. Dans les faits, aucune manifestation n’était prévue à ces dates. D’où la colère et l’indignation des militants de l’UN et des parents du disparu, qui pointaient un doigt accusateur vers la présidence de la République. Tout est donc bien qui finit bien.

 

 

Source : Gabonreview

Publié par Stevie Mounombou

 

Transcription : ANNE MARIE DWORACZEK-BENDOME

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.