La protection de l'enfance en France (résumé)

La protection de l'enfance en France (résumé)

La protection de l'enfance en France (résumé):
1. Les professionnel.le.s de la protection l'enfance affirment: "TOUS les enfants que nous prenons en charge étaient / sont / seraient en danger auprès de leurs familles et c'est donc pour cette raison que NOUS avons décidé de les prendre en charge" (car c'est bien en fonction des rapports des professionnel.le.s de la protection de l'enfance que les magistrats décident de la nécessité (ou pas) des mesures éducatives). Ceci est un énorme mensonge!!! Madame Laurence Rossignol affirmait, lorsqu'elle était secrétaire d'état, que 80% des enfants placés n'ont jamais été maltraités par leurs familles, s'agissant là de placements administratifs, pour des causes variées, n'ayant rien à voir avec la maltraitance, dont: la précarité matérielle des familles, les conflits parentaux, des mères de famille essayant de fuire les violences conjugales dont elles étaient victimes et se retrouvant piégées par ces professionnel.les de protection de l'enfance, qui font tout SAUF aider ces mères de famille, des parents (notamment des familles monoparentales) ayant tombé malades et à qui on arrache les enfants sous prétexte que ces parents ne sont plus en mesure d'assurer les tâches quotidiennes correctement (lors des traitements de chimiothérapie par exemple), etc. Où est donc la maltraitance ? Il ne s'agit ici pas des cas de maltraitances familialles, mais bien de maltraitances et d'abus institutionnels !
2. Les élus répondent : "D'accord, alors occupez-vous de ces enfants, cher.e.s professionnel.lle.s de la protection de l'enfance"
3. Les professionnel.le.s de la protection de l'enfance répondent: "Nous voulons bien nous occuper de tous ces enfants, mais nous n'avons pas les moyens nécessaires, car ces enfants sont trop nombreux et trop difficiles à gérer, vu nos moyens " (Traduction libre :" Donnez-nous plus de fric !")

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.