Le pouvoir corrompt et le Roi s'érode...

Les critiques au président devraient s'adresser à l'assemblée nationale plutôt. Explications :

Le président est le garant des institutions (article 5 de la constitution). Le gouvernement s'entend du 1er et des autres ministres, il est issu de la majorité parlementaire de l’assemblée nationale devant laquelle il est responsable.

Le président a le pouvoir de dissoudre cette assemblée.

Seulement si nous voulons former une majorité ou du moins être en mesure d’infléchir la politique, une mobilisation nationale d'ampleur est nécessaire.

Sans cette base démocratique le pays est sans gouvernail, un bateau ivre.

A quoi sert d'être représenté par un député qui ne dit mot sur la situation actuelle ?

Des millions de français ne sont même pas inscrits sur les listes électorales, 30% s'abstiennent, ou votent blanc, mais n'y a t'il pas un représentant parmi la population qui ferait l'affaire qui donnerait envie de s'inscrire ? C'est à désespérer...

On a lu des critiques (surtout Trump) du système américain des grands électeurs, mais il me semble que nous somme pareils, chaque département nomme un ou plusieurs députés, mais est-ce des problèmes géographiques ou folkloriques comme dans le JT de 13h de TF1 que nous souhaitons voir traités, ou est-ce seulement une convenance bien pratique ? J. Chirac comprenait en effet les agriculteurs... Et surtout comprenait le système électoral français où le salon de l'agriculture est l'occasion d'une moisson de voix. F. Hollande avait aussi ses affinités avec la Corrèze, décidément...

Oui il faut que les élus comprennent les problèmes des éleveurs de brebis et c'est au contact de celles-ci que se forge leur idéal républicain sans doute, mais pour un peu on se croirait au Groland.

D'autant que nos campagnes se transforment en autoroutes, parc éolien et autres industries, avec de tels axes rapides on est partout en banlieue.

J'oubliais, l'unité de la France n'a jamais été simple, chaque baronnie est en permanence en train de comploter, il faut un Versailles pour les lier tous.

Le centralisme étatique appelle d'ailleurs séparatisme toute velléité de sortir de ce jeux.

Seulement il nous faut une solution. Je suis persuadé qu'il y a bien au moins une personne honnête dans chaque département français, sélectionnons les et s'ils ou elles ne sont pas d'accord pour aller à Paris, tant mieux, il feront des candidats idéaux. Ensuite nous n'aurons plus qu'a demander au Président de dissoudre l'assemblée, ce qu'il fera volontiers pour recomposer sa base de popularité et parce que à mon avis il souhaiterait se sortir de la situation présente.

Je compte donc sur le talent de chacun pour dénicher la perle rare dans son département.

Le meilleur candidat est celui qui ne veut pas du pouvoir.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.