Aminata D. Traore
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 janv. 2009

Plaidoyer pour une politique migratoire Maliano-française véritablement concertée et solidaire

Confronté aux conséquences dramatiques de politiques néolibérales qu'il a dû endosser en camisole de force comme d'autres pays d'origine de migrants, le Mali ne doit pas signer, sous la pression, un accord dit "de gestion concertée des flux migratoires et de développement solidaire".

Aminata D. Traore
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Confronté aux conséquences dramatiques de politiques néolibérales qu'il a dû endosser en camisole de force comme d'autres pays d'origine de migrants, le Mali ne doit pas signer, sous la pression, un accord dit "de gestion concertée des flux migratoires et de développement solidaire". L'immense majorité des Maliens et des Maliennes à l'intérieur de leur pays comme à l'extérieur ne savent rien des termes ni des enjeux d'un tel accord, qui de ce fait n'a rien de concerté, ni de démocratique. Il est à dénoncer du fait de cette opacité et de son caractère coercitif puisque la France revient à la charge pour la troisième fois.

Contrairement aux promesses de "développement solidaire", "d'aide publique au développement" et de "rentabilisation des fonds des migrants", la France attend des autorités maliennes qu'elles lui prête main forte dans la réalisation de l'objectif global de 30 000 expulsions pour cette année 2009. La réticence des consulats des pays d'origine à délivrer des laissez-passer qui a largement entravé la réalisation, en 2008, de l'objectif de 26 000 expulsions doit être levée pour que le Pacte européen sur l'immigration et l'asile s'applique pleinement. La France qui se félicite de la signature de ce pacte par les autres membres de l'Union Européenne (UE) est particulièrement dure avec les ressortissants de ses anciennes colonies.

En plus de l'humiliation et de la souffrance infligées aux hommes, aux femmes et aux enfants qui seront arrêtés, enfermés et expulsés, cet accord est de nature à basculer dans la misère des milliers de familles qui au Mali ne doivent leur survie qu'à la solidarité des migrants dont la contribution à l'économie malienne dépasse l'aide publique de la France au développement de ce pays.

Face à cette situation nous en appelons au peuple malien, aux véritables amis et alliés du Mali afin qu'ils s'élèvent contre la violence politique et institutionnelle qui prévaut aujourd'hui dans les relations franco-euro africaines.

La "gestion des flux migratoires" devenue l'une des pierres d'achoppement de ces relations ne saurait être qualifiée de concertée, ni le processus du développement de solidaire dans le cadre d'un partenariat déséquilibré où les forts forcent constamment la main aux plus faibles.

La France ajoute indiscutablement aux difficultés souvent inextricables des pays dont les migrants sont originaires quand on sait l'extrême gravité des conséquences de la récession économique qui s'amorce.

La société civile malienne, les associations de migrants et de défense des droits des migrants estiment que :

  • une gestion véritablement responsable et solidaire des flux migratoires dans les circonstances actuelles exige la mise à plat de l'accord de manière à impliquer le maximum d'acteurs sociaux, politiques et institutionnels ainsi que les artistes et les intellectuels dans l'élaboration de politiques migratoires soucieuses des droits et de la dignité des hommes, des femmes et des enfants qui sont en situation. La société civile critique du capitalisme mondialisé s'engage à participer activement à ce processus qui intègre les réalités économiques, sociales et politiques en amont et en aval comme l'illustre le débat citoyen qui a lieu chaque année au Mali dans le cadre de "Migrances" et les 02 journées ouvertes de réflexion de l'AME.

  • les flux migratoires se résorberont au fur et à mesure que le Mali ainsi que les autres pays africains prendront en charge leur destin et s'engageront dans une coopération autre que l'ouverture des économies africaines à un marché mondial qui enrichit les riches.

  • le choix du retour est donné dans cette perspective à ceux et celles qui un jour ont cru que l'émigration pouvait constituer une issue au chômage et à la déshumanisation.

  • le Mali, en tant que pays d'origine et de transit a d'abord, la responsabilité d'être à l'écoute de ses ressortissants qui de l'extérieur aspirent au retour dans la dignité. Ceux qui parmi eux choisissent de vivre et de travailler en France et en Europe en ont le droit et pas comme des citoyens de seconde zone.

En d'autres termes, il ne s'agit en aucun cas pour le gouvernement malien de jouer le rôle de gendarme dans la protection de l'Europe forteresse et de geôlier dans la surveillance des Maliens désireux de partir en Europe ou ailleurs, mais de choisir et d'agir de telle sorte que pour les Maliens et les Maliennes, partir ou revenir dans leur pays ne soit plus une contrainte.

Au-delà de la question migratoire le Mali a le devoir d'établir le bilan critique des réformes néolibérales des trois dernières décennies lesquelles ont aggravé le chômage et semé le désarroi qui sont à l'origine de la plupart des départs.

Le Forum pour un autre Mali (Foram)

Association Malienne des expulsés (AME)

Bamako le 03/01/2009

Samedi 03/01/09 à 16h 30 au siège de l’AME (Djelibougou)

Lancement de la déclaration sur « Crises, Migrations et Expulsions ».

Du 03 au 08/01/09

Campagne d’informations des Maliens sur l’accord.

Jeudi 08/01/09 de 9h à 13h au centre Djoliba

Conférence-débat sur le thème : « Crises, Migrations et Expulsions »

Vendredi 09/01/09 et samedi 10/01/09 de 9h à 13h

au CAHBA (Missira-face hôtel Djenne)

Restitution des conclusions de « Migrances » et des 02 journées ouvertes de réflexion de l’AME.

Samedi 10/01/09 à 16h au CAHBA

Meeting

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Défense
Néonazis dans l’armée : l’insupportable laisser-faire du ministère
Un militaire néonazi, dont le cas avait été évoqué il y a huit mois par Mediapart, a été interpellé en novembre par des douaniers. L’armée, elle, ne l’avait sanctionné que de vingt jours d’arrêts. Ce cas pose une nouvelle fois la question de la grande tolérance de l’institution vis-à-vis de militaires fascinés par le Troisième Reich. D'autant que Mediapart a encore découvert de nouveaux cas.
par Sébastien Bourdon et Matthieu Suc
Journal — Gauche(s)
Union des gauches : Hidalgo et Montebourg tentent de rebattre les cartes
La candidate du PS et le candidat de la Remontada à la présidentielle ont appelé, dans la journée, à une candidature commune à gauche, en offrant de se retirer. Les pressions en faveur de l’union ainsi que les mauvais sondages expliquent aussi ce retournement. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Droite
À droite, mais à quel point ? Valérie Pécresse sommée de placer le curseur
La candidate LR à l’élection présidentielle est confrontée à une double injonction : retenir les électeurs d’Éric Ciotti, tentés par un basculement à l’extrême droite, sans rebuter pour de bon la droite « modérée » qu’embrasse Emmanuel Macron. Le premier défi de sa campagne. Et le principal ?
par Ilyes Ramdani
Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot