Amitie entre les peuples
Altermondialisme, antiracisme, antisexisme, laïcité.
Abonné·e de Mediapart

183 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 mai 2021

Antiracisme et féminisme lié au peuple-classe

Antiracisme et féminisme en lien avec le peuple-classe contre les classes sociales dominantes pour "autre chose" . Cette "autre chose" est en partie non pleinement formulée car en débat, disons un "autre monde" (altermondialisme), une autre nation (démocratique, sociale, écologique), un écosocialisme.

Amitie entre les peuples
Altermondialisme, antiracisme, antisexisme, laïcité.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Antiracisme et féminisme lié au peuple-classe contre les classes sociales dominantes pour "autre chose"

Cette "autre chose" est en partie non pleinement formulée car en débat, disons un "autre monde" (altermondialisme), une autre nation (démocratique, sociale, écologique), un écosocialisme . Cela recoupe la formule générale contre les dominations et pour les émancipations : « Ni classisme, ni racisme, ni sexisme » (incomplète en la forme car il y a aussi refuser homophobie, lesbophobie, carnisme, validisme, etc... ), formule qui vise en fait la lutte contre toutes les dominations (multiplicité) et pour toutes les émancipations (ou pluri-émancipation ou « émancipation globale » de Christiane Marty).

Notez que le classisme a fait l’objet d’une précédente contribution : 1 er Mai : classisme, pas identitarisme (renvoi sur Médiapart - Christian Delarue)
http://amitie-entre-les-peuples.org/1er-Mai-classisme-pas-identitarisme-Christian-Delarue

I - Le féminisme du peuple-classe s’emploie à défendre et conquérir des droits pour les femmes (de toute ethnie ou conscience) du peuple-classe (les 99% de Nancy Fraser comme dimension populiste du féminisme ), soit les femmes des classes sociales dominées d’une société structurée par le capitalisme dominant (sa logique ne recouvre pas tout), le sexisme (qui perdure), le racisme (aussi), donc par de multiples inégalités de classes sociales, de genre, de racisme systémique, celui caché « en-dessous de la surface de l’iceberg » ( formule de C Delarue - cn mrap).

Défendre un féminisme du peuple-classe, sans identitarisme ni racisme, ce n’est pas nécessairement adopter un féminisme particulier fustigeant systématiquement et de façon dure quasiment sectaire un « féminisme blanc bourgeois » , laquelle accusation a pour fonction de disculper d’emblée l’ensemble du patriarcat non blanc ou plus précisément parfois le patriarcat arabo-musulman (et musulman non arabe avec) , lequel patriarcat est particulièrement durci (hyper-patriarcat) par les intégrismes religieux musulmans que l’on sait fort actifs dans le monde.

Il ne s’agit pas non plus, avec la formule « féminisme du peuple-classe » (et donc féminisme des classes sociales dominées) de nier le sexisme au sein des classes dominantes du 1% ou sévissent des hommes de pouvoir (surtout blancs en France ) ayant donc de forts pouvoirs pour brider l’ascension des femmes cadres supérieures pourtant très compétentes mais, comme syndicaliste (CGT pour ma part) ce n’est pas notre premier souci, d’autant que les rares femmes en position dominante (capitalistes ou assimilées : sommet de caste bureaucratique) peuvent être aussi particulièrement dures contre les membres des différentes classes sociales dominées (du peuple-classe). « Pas premier souci militant », ne signifie donc pas abstention d’intervention si on sait.

II - Comme anti-raciste universaliste maintenant, le Mrap intervient aussi bien au sein des classes sociales dominées (du peuple-classe) qu’au sein des classes dominantes, aussi bien pour des injures racistes (au-dessus de la surface de l’iceberg) que pour des discriminations racistes plus cachées, (en-dessous de la dite surface de l’iceberg) . Il va alors pointer des victimes d’un racisme systémique (souvent des Noirs ou des Arabes et non les Noirs, les Arabes, etc).

Le Mrap ne va pas s’abstenir d’intervention lorsque des membres hommes ou femmes des classes dominantes du 1% font preuve de racisme soit par injures racistes (au-dessus de la surface de l’iceberg) soit par des pratiques plus cachées et systémiques (en-dessous de la surface de l’iceberg) plus difficiles à montrer et démontrer.

Christian Delarue

Peuple-classe combine deux formules de feu Labica "l'ordre des peuples" et "l'ordre des classes" et forme l'ensemble des classes sociales dominées par les classes dominantes regroupées dans le 1% d'en-haut.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
Handicap : des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
Le Squale, opérations secrètes
Basées sur des interceptions judiciaires ayant visé l’ancien chef des services secrets intérieurs, Bernard Squarcini, notre série de révélations met au jour l’existence d’un État dans l’État, où se mêlent intérêts privés et basse police.
par La rédaction de Mediapart
Journal — France
Le « Monsieur sécurité » du groupe LVMH écope de neuf mises en examen
Atteinte à la vie privée, trafic d’influence, violation du secret professionnel... : l’actuel directeur de la protection des actifs et des personnes de la multinationale, Laurent Marcadier, est mis en cause par la justice dans l’affaire Squarcini. Il dément « catégoriquement » tous les faits.
par Fabrice Arfi

La sélection du Club

Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné
Billet de blog
Escale - Le cinéma direct, un cinéma militant qui veut abolir les frontières
Briser le quatrième mur, celui entre cinéaste et spectateur·rices, est un acte libérateur, car il permet de se réapproprier un espace, une expérience et permet d'initier l'action. C'est tout le propos de notre escale « Éloge du partage » qui nous invite en 7 films à apprendre à regarder différemment.
par Tënk
Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c