Amitie entre les peuples
Altermondialisme, antiracisme, antisexisme, laïcité.
Abonné·e de Mediapart

254 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 août 2022

Amitie entre les peuples
Altermondialisme, antiracisme, antisexisme, laïcité.
Abonné·e de Mediapart

Le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes

Le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes - Mönchengladbach 2022 - Sur la distinction entre « autodétermination nationale » et « autodétermination du peuple »

Amitie entre les peuples
Altermondialisme, antiracisme, antisexisme, laïcité.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes - Mönchengladbach 2022

Sur la distinction entre « autodétermination nationale » et « autodétermination du peuple »

http://amitie-entre-les-peuples.org/Le-droit-des-peuples-a-disposer-d-eux-memes

XX

A Edmond Jouve qui fut jadis le promoteur de ce droit des peuples. De nombreux étudiant-es ont jadis étudié son « Que sais-je ? » sur le sujet.

photo atelier Mönchengladbach 2022 © Ch DLR

Photo Université d’été 2022 à Mönchengladbach : Christophe Aguiton, Gilbert Achcar, Catherine Samary, Une intervenante ukrainienne.
Résumé : L’émancipation du peuple ukrainien, y compris sa composante ukrainienne russophone, passe par le reflux complet des armées de Poutine hors du territoire national mais cela ne constitue que le premier pas - nécessaire - de l’émancipation totale. Se débarrasser de Zelinski et de la classe dominante est aussi une tâche de libération sociale pour le peuple-classe.

1 - D’abord quelques précisions terminologiques.

S'autodéterminer revient à disposer de soi-même mais pour quelle communauté, pour quel groupe social ? Nation a plusieurs significations : celle ancienne de communauté ethno-culturelle et celle plus récente de communauté politique.

Dans une acception minimale, la NATION se comprend « comme une communauté humaine qui se reconnaît des traits communs, culturels ou ethniques, au nom desquels elle veut constituer une entité politique souveraine. » Cette entité nationale (ou parfois plurinationale) est souvent un Etat souverain avec un territoire national (ou pluri-national ). La Nation renvoie aussi, s’agissant d’une communauté politique démocratique, à ses citoyens et citoyennes. Ce qui ne signifie pas absence de clivages internes.

La notion de PEUPLE est beaucoup plus variable car si le terme renvoie lui aussi à une communauté humaine sous des noms divers : peuple ethnique, « peuple-race », peuple démocratico-citoyen, etc... il pose aussi une division historique bien connue entre « peuple et élite », le terme élite pouvant lui même être remplacé par un autre signifiant plus précis, qu’il s’agisse selon le contexte de caste, de classe (sociale dominante), ou d’oligarchie. Ce peuple-là est alors un peuple social ou même un peuple-classe (1).

2 - Ensuite quelle auto-détermination ?

« L’autodétermination nationale » n’a de sens que lorsque le peuple d’un pays entier, dans toute sa diversité, lutte pour se libérer de l’oppression multiforme d’un État impérialiste, et à fortiori lorsqu’il s’agit d’un envahissement militaire. C’est le cas en Ukraine, puisque les russophones - pour leur immense majorité - n’entendent nullement devenir russes et se placer sous la coupe d’un Poutine, autocrate et ploutocrate avéré, qui n’entend nullement promouvoir un quelconque socialisme démocratique en Russie.

Pour autant, les russophones comme les autres Ukrainiens s’ils sont favorables à la libération de l’Ukraine, leur pays, des forces d’occupation russe ne sont pas pour autant des soutiens de la classe dirigeante actuelle de l’Ukraine.

Il faut savoir qu’en Ukraine comme en Russie et dans de nombreux pays, des élites dirigeantes sont très corrompues, très serviles aussi à l’ordre oligarchique mondial qui sont eux les véritables « corrupteurs du monde » : lire sur ce point le dernier « La banque mondiale, une histoire critique » d’Eric Toussaint.

3 - Ne pas oublier l'émancipation sociale

« L’autodétermination du peuple » peut certes, en temps de guerre, recouper l’autodétermination nationale mais le peuple dans son immense majorité peut ne pas perdre de vue que son gouvernement est incapable de servir les intérêts populaires car trop au service de la classe dominante . L’autodétermination du peuple s’exerce donc aussi face à ses propres élites et classes dominantes. Il s’agit là d’engager alors ce qu'on nomme ordinairement une "émancipation sociale", celle du peuple-classe, d'une très large fraction de peuple dominé par une très riche minorité (classe sociale dominante). On se souvient du "we are the 99%" !

Au sein des classes dominantes de chaque nation il faut faire une attention particulière au secteur financier et bancaire car ce dernier frappe très largement, tant les populations les plus pauvres qui usent du micro-crédit pour survivre (Exposé CADTM à Mönchengladbach) que les ménages plus aisés sous le 1% qui subissent néanmoins des coûts exorbitants du crédit pour l’achat de leur modeste maison principale. La domination de classe (classisme) pèse diversement mais elle pèse contre toutes les classes sociales du peuple-classe.

4 - Solidarité entre les peuples dominés

La solidarité internationale entre les peuples (chaque peuple-classe) est nécessaire pour établir un nouveau socialisme non confiné dans un seul pays même si il peut et doit y démarrer .

Contre l’ordre oligarchique mondial hyper-financiarisé et ultra-productiviste et ses classes sociales dominantes prédatrices qui accaparent les richesses (chaque 1%) ; contre le grand capital et ses gros actionnaires ultra-riches, il s’agit de défendre le camp du peuple-classe et des travailleurs et travailleuses des 99% et de proposer un nouveau socialisme démocratique et laïque, ouvert à l’international, soucieux de la nature et de ses habitant-es, humains et non humains, féministe et antiraciste.

Christian Delarue
Mönchengladbach aout 2022

1) http://amitie-entre-les-peuples.org/Le-peuple-social-ou-peuple-classe-Christian-Delarue

2) Zelinsky serait passé de « serviteur du peuple » luttant contre la corruption à serviteur de la classe dominante du pays.
« En octobre 2020, le centre d’analyse américain Atlantic Council titre à propos de Zelinsky : « Serviteur du peuple ou serviteur des oligarques ? » Cette situation préoccupe son électorat alors que Zelensky avait défini comme priorité la lutte contre la corruption et dénonçait la collusion entre le monde des affaires et la classe politique, un problème majeur depuis l’indépendance de l’URSS. » (wikipedia)

© Ch DLR

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère