Amitie entre les peuples
Altermondialisme, antiracisme, antisexisme, laïcité.
Abonné·e de Mediapart

237 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 avr. 2019

Amitie entre les peuples
Altermondialisme, antiracisme, antisexisme, laïcité.
Abonné·e de Mediapart

RENNES Manifestation du 1er mai

RENNES : Manifestations du 1er mai 2019 : Deux manifestations !

Amitie entre les peuples
Altermondialisme, antiracisme, antisexisme, laïcité.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

RENNES : Manifestations du 1er mai

RECTIFICATIF :

Vous pouvez manifester soit au sud, soit en centre-ville

C'est important de manifester

I - D'une part dans les quartiers du sud de la ville (première info)

La manifestation initiée par les UD CGT & FO plus FSU partira à 11 h du centre commercial Italie pour aller jusqu’au parc de Bréquigny.

Le spectre des manifestants et manifestantes sera sans doute large eu égard au contexte, et ce d'autant plus que cette manifestation devrait s'exprimer dans un cadre sécurisé suite à rencontre avec la Préfecture (lire Ouest France - 1)

Il y aura les travailleurs et travailleuses, de toute qualification, du privé ou du public, chômeurs et retraités.

Thèmes : Emploi (RTT ? ), salaires, services publics, etc, etc  ...

Macron et le Medef , le 1% et les FMN (multinationales) doivent stopper la casse!

ugict cgt fmn

* Autres exigences plus particulières :

- Les libertés publiques seront aussi revendiquées !

- Egalité entre nationaux et résidents aussi.

* Autres points :

Défilé suivi d’un pique-nique revendicatif

L'UD FO organise un débat le matin avant la manif à Carrefour 18

xx

II - D'autre part en centre-ville avec Solidaires (info de ce jour - 29 avril)

Un collectif d'associations s'y est rallié

Attac Rennes, Droit au logement (DAL) 35, le groupe la sociale de la Fédération anarchiste, France Insoumise Rennes Métropole, le Parti de gauche 35, Solidaires 35

Un collectif d'organisations appelle à se mobiliser le 1er mai pour défendre les conquêtes sociales et le droit de manifester

Rennes, le 26 avril 2019

En cette période de répression et de criminalisation croissante des mouvements sociaux dans toute leur diversité, un collectif d'associations, de partis politiques et de syndicats lance un appel large à la mobilisation en ce premier mai 2019. Les manifestant.e.s ne doivent pas céder aux intimidations des forces de l'ordre et du pouvoir politique. En nous rendant massivement dans la rue le jour de la fête du travail et des travailleur.euse.s, nous défendrons à la fois les conquis sociaux et la liberté de manifester. Les organisations signataires donnent rendez-vous à 11 heures, place de la République (en centre-ville de Rennes).

Quelques semaines après les graves blessures de Geneviève Legay, militante d'Attac Nice, et alors que les mensonges d’État sont révélés semaine après semaine, les organisations signataires souhaitent rappeler que le cas de Geneviève n'est pas un cas isolé et que les violences policières ne cessent de se multiplier depuis le début du mouvement des Gilets jaunes le 17 novembre dernier. Cette dérive n'est toutefois que l'amplification de pratiques malheureusement depuis trop longtemps répandues et qui singularisent la France en matière de gestion de maintien de l'ordre pendant les manifestations et dans les quartiers populaires.

Le collectif dénonce une dérive autoritaire dont le dernier acte est le vote de la loi dite "anticasseurs" qui légalise les fouilles systématiques de tou.te participant.e à une manifestation et transforme en délit le fait de manifester le visage partiellement couvert. Dans le même temps, le gouvernement persiste dans l'usage par les forces de l'ordre d'armes mutilantes telles que les lanceurs de balles de défense "LBD 40" ou les grenades GLI-F4. Ces armes ne sont utilisées dans aucun pays limitrophe de la France dans le cadre de la gestion des manifestations. Depuis novembre dernier, elles ont déjà fait des milliers de blessé.e.s, des dizaines de mutilé.e.s (œil crevé ou main arrachée) et un décès à Marseille.

Le collectif condamne par ailleurs une répression plus générale des mouvements sociaux qui va du rappel à la loi et à l'emprisonnement en passant par la mise en garde à vue, notamment des street medics, comme cela a été le cas à Nice le 23 mars dernier. Il s'indigne d'autre part des méthodes d'intimidation exercées par les forces de l'ordre à l'encontre des journalistes qui couvrent les manifestations. La liberté de la presse n'est pas négociable et doit être garantie de manière absolue.

Le collectif souligne que ces pratiques ont fait l'objet de condamnations de la part d'instances internationales telle que l'Organisation des Nations Unies (ONU) ou européennes telle que la Cour européenne des droits humains (CEDH) sans que le gouvernement en prenne acte et interdise enfin l'usage des armes mutilantes ou ne somme les préfectures de donner d'autres consignes que celle de recourir systématiquement aux gaz lacrymogènes.

Le collectif salue à nouveau l'initiative de la Ligue des Droits de l'Homme (LDH) qui a appelé le 13 avril dernier à se mobiliser partout en France pour défendre les libertés publiques et démocratiques contre les dérives de l'exécutif national. Comme plus de 50 organisations, l'association appelle à l'abrogation de la loi d'encadrement de la liberté de manifester.

Le collectif renouvelle son soutien à toutes les victimes de violences policières et lance un large appel à une "certaine forme de sagesse" qui doit consister le 1er mai prochain à rejoindre de manière déterminée les cortèges syndicaux pour défendre les droits des travailleur.euse.s et le droit de manifester. N'en déplaise aux chiens de garde médiatiques unanimes dans leur volonté de discréditer le mouvement des Gilets jaunes : la démocratie se pratique aussi dans la rue.

Signataires

Attac Rennes, Droit au logement (DAL) 35, le groupe la sociale de la Fédération anarchiste, France Insoumise Rennes Métropole, le Parti de gauche 35, Solidaires 35

Des Gilets jaunes suivraient de loin (conditionnel de rigueur s'agissant des GJ)

1) https://www.ouest-france.fr/bretagne/rennes-35000/rennes-la-manifestation-du-1er-mai-aura-lieu-au-blosne-6320658?

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Élections italiennes : après Draghi, l’extrême droite
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal
Le renseignement de sources ouvertes, nouvel art de la guerre d’Ukraine
La collecte et l’analyse des traces numériques laissées par les combats qui font rage en Ukraine peuvent-elles avoir une incidence sur le déroulement du conflit ? La guerre du Golfe avait consacré la toute-puissance de la télévision, celle d’Ukraine confirme l’émergence de l’Open Source Intelligence (OSINT).
par Laurent Geslin
Journal
« Bloc syndical » policier : un mariage scellé par Alliance et béni par Darmanin
Treize syndicats de police ont annoncé leur rapprochement en vue des prochaines élections professionnelles. Mercredi, à la Bourse du travail de Paris, le ministre de l’intérieur s’est félicité de cette union née à l’initiative d’Alliance, une organisation très ancrée à droite.
par Pascale Pascariello
Journal — Terrorisme
Tuerie à la préfecture de police : « J’ai eu l’impression qu’il était possédé par le diable »
Mickaël Harpon se considérait comme frappé par une triple peine : handicapé, agent (administratif et non policier) et musulman. À l’issue d’une nuit folle où il s’imagine dialoguer avec Allah, l’informaticien de la direction du renseignement de la préfecture de police de Paris va tuer quatre collègues.
par Matthieu Suc
Journal — Discriminations
Discrimination des femmes : la Défenseure des droits met un carton rouge à l’Olympique lyonnais
Dans une décision dont Mediacités révèle la teneur, l’autorité indépendante, saisie par une ancienne joueuse, reproche à l’OL de ne pas respecter « les principes fondamentaux de non-discrimination fondés sur le sexe » et « la protection de l’intérêt supérieur des jeunes filles mineures ». Tout le football français est concerné.
par Justin Boche (Mediacités Lyon)

La sélection du Club

Billet de blog
Les « bonnes » victimes et les « mauvaises »
Elles en ont de la chance, ces consœurs qui savent reconnaître « les bonnes victimes » des « mauvaises victimes ». Les « vraies victimes » des « fausses victimes ». Les « justes combats » des « mauvais combats ». Elles ont de la chance ou un test ou une poudre magique. Moi, je n’ai pas ça en magasin.
par eth-85
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas