Amities Kurdes de Lyon
Abonné·e de Mediapart

22 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 juin 2021

Tuna Altinel de retour à Lyon prend la parole devant la presse le 11 juin 2021

Déclaration à la presse - 11 juin 2021

Amities Kurdes de Lyon
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C’est une victoire pour celles et ceux qui s’investissent pour le soutien des valeurs démocratiques et dans le monde où nous vivons ces valeurs sont en recul malheureusement, sont menacées. Et plus particulièrement dans mon pays d’origine la Turquie.

Cette victoire n’aurait pas été possible en fait sans une mobilisation internationale qui transcende toutes les frontières. Une mobilisation de solidarité en Turquie mon pays d’origine, en France mon pays d’adoption et dans d’autres pays aussi en fait. Puisque nous sommes en France je veux juste mentionner deux acteurs principaux de ce soutien, de cette solidarité, parce que je pense que c’est très important pour souligner le travail accompli.

Je commence d’abord par l’université Claude Bernard Lyon 1 qui m’a soutenu effectivement depuis le début de mes problèmes. Elle a envoyé des avocats pour me représenter à mes procès. Elle m’a soutenu par des déclarations, par l’envoi de lettres de soutien partout et peut-être plus important, le plus important de tout, elle n’a pas coupé mon salaire. C’est très important parce que en effet c’était l’objectif cruel mais bien précis de l’Etat qui m’a retenu pendant deux ans sans passeport : c’est effectivement l’objectif de couper mes ressources de vie pour que je meure comme on dit en Turquie par « la mort civile ». Et le rôle joué par l’université Claude Bernard dans ce sens a été essentiel. Et je suis reconnaissant. Et je profite de l’occasion pour souligner l’importance de l’Université, l’Université publique en France, parce que en Turquie, à l’instant le corps universitaire est en train d’être démantelé et parfois je vois avec consternation, de loin j’ai vu, j’ai observé cela que en France aussi les collègues qui m’ont soutenu dans mon comité de soutien – parce qu’il y avait beaucoup de collègues qui se sont investis – ont été violemment attaqués pour leur prise de position démocratique et humanitaire en France aussi. Or en fait cette victoire que nous vivons aujourd’hui ça montre l’importance de l’Université, de l’Université publique en France et y compris dans le débat public.

Et le 2ème acteur de la solidarité autour de moi en France c’est le comité de soutien dans lequel se sont investis des collègues, des camarades d’associations et finalement plus tard s’y est articulée la mairie de Villeurbanne en m’accordant la citoyenneté d’honneur. Je suis fier et je suis aussi conscient que ce qui a été fait me charge de responsabilités supplémentaires et j’essaierai de le faire le plus possible. Et le comité de soutien a mobilisé pour diverses occasions, pour diverses campagnes et sans cette mobilisation je pense que le soutien se serait déjà terminé avant longtemps. Pour finir – j’ai beaucoup de choses à dire mais je ne veux pas vous ennuyer beaucoup trop – je pense qu’il faut que je me rappelle pourquoi j’ai vécu cela, pourquoi beaucoup de gens vivent cela. Parce que en fait ce n’est pas juste un combat pour Tuna Altınel. En Turquie et dans beaucoup d’autres pays, mais je souligne en Turquie, un pays aux portes de l’Europe, des milliers de cerveaux de haute qualité, de ressources humaines de haute qualité, il y a beaucoup d’autres, il y a des dizaines, des centaines, des milliers peut-être de Tuna Altınel sans aucun comité de soutien. Ce qui nous montre que le combat que nous menons n’est pas du tout terminé, il en est bien loin, et il nous faut encore beaucoup, beaucoup, beaucoup d’autres victoires à gagner. Et dans mon cas particulier et je suis arrivé à ce point là j’ai passé ces deux dernières années en rétention, en diverses sortes de rétentions juste parce que j’étais intervenu dans une soirée légale, publique, organisée par l’association dont je suis fier d’être membre d’ailleurs Amitiés Kurdes Lyon et Rhône-Alpes dans des locaux de la mairie de Villeurbanne. C’était une soirée sur les droits humains et mon intervention a été de tenir le rôle de traducteur franco-turc et d’ailleurs le fait que cette soirée soit concernée par les revendications d’un peuple, le peuple Kurde en l’occurrence, et que cette soirée questionne les crimes d’état était en fait la raison pour laquelle le consulat de Turquie à Lyon m’a dénoncé. C’est franchement triste de voir que le consulat de son propre pays, de son pays d’origine ne sert plus à servir les gens mais plutôt se contente d’être un centre d’espionnage. Là où nous sommes, deux ans plus tard, oui on a gagné une victoire mais ce consulat continue à être ce qu’il était il y a deux ans. Les souffrances du peuple, des gens dont on parlait au cours de notre soirée restent aussi brûlantes. En parler, malheureusement, en parler n’est qu’un acte dans le cadre de l’expression de la liberté de l’expression, mais dans mon pays c’est vu comme du terrorisme. C’est pour cela qu’il y a encore beaucoup, beaucoup d’autres victoires à gagner au monde.

Merci.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent
Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique