Amnesty International
Abonné·e de Mediapart

158 Billets

2 Éditions

Billet de blog 8 avr. 2014

Amnesty International
Abonné·e de Mediapart

France : « Ils ont dit qu’ils nous tueraient si nous restions. »

Amnesty International
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Attaques, discrimination, expulsions violentes, privation de logement et extrême pauvreté. La vie des 20 000 Roms de France – dont la plupart sont des migrants – est bien loin de l’image idyllique que le pays essaie de donner.

La plupart des migrants roms y vivent dans des campements informels et n’ont guère accès, voire pas du tout, à l’eau et à l’assainissement. Ils subissent en outre une discrimination bien ancrée et sont souvent la cible d’attaques brutales de la part de groupes de citoyens et même de policiers.

Certains responsables politiques français affirment que les Roms ont un « mode de vie particulier » et « ne veulent pas s’intégrer ». En septembre 2013, dans une interview à France Inter, Manuel Valls, alors ministre de l’Intérieur, a déclaré : « Ces populations ont des modes de vie extrêmement différents des nôtres. [...] Les Roms ont vocation à revenir en Roumanie ou en Bulgarie. »

Le 27 septembre 2012, un groupe d’habitants en colère, armés de pistolets selon certaines sources, a violemment pris à partie un groupe de 50 Roms installés aux Créneaux, un quartier du nord de Marseille. Ces riverains ont menacé d’incendier leurs biens. Ils voulaient qu’ils partent.

« Ils ont dit qu’ils nous tueraient si nous restions. Les femmes et les enfants étaient terrifiés et se sont mis à pleurer. J’ai appelé la police, qui est venue au bout de quelques minutes et nous a dit que nous devions partir immédiatement. Nous n’avons pris qu’une partie de nos affaires puis nous sommes partis précipitamment. Ils ont tout de suite mis le feu au reste de nos affaires », a raconté l’un des résidents roms à Amnesty International.

La police a indiqué que l’enquête sur cet événement était toujours en cours mais qu’elle n’était pas en mesure d’identifier les responsables de l’attaque car ils n’étaient déjà plus sur place lorsqu’elle était arrivée.

En mars 2013, dans le quartier Saint-Louis de Marseille, une femme rom a dû être conduite à l’hôpital après qu’une foule est venue dans un squat où vivaient 10 Roms et les a attaqués au gaz lacrymogène.

Les victimes ont décidé de ne pas signaler les faits à la police car elles avaient peur de ce que leurs agresseurs, qui habitaient le même quartier, leur feraient alors.

Les Roms informent rarement la police des attaques qu’ils subissent car ils ne lui font pas confiance. Après tout, des policiers sont eux-mêmes impliqués dans des violences commises à l’encontre de Roms.

« Les Roms ont vraiment peur de la police. J’emmène généralement les enfants à l’hôpital pour qu’ils se fassent soigner et ils sont effrayés dès qu’ils voient des policiers », a déclaré S., un Rom qui vivait auparavant dans un campement informel et occupe désormais un emploi de travailleur social.

Les Roms sans domicile vivant à Paris sont plus susceptibles d’être harcelés qu’aidés par les policiers, qui veulent les chasser du centre de la ville.

Gheorghe, un Rom qui dort sur la place de la République avec son épouse et leurs trois enfants, a déclaré : « Un policier vient sur la place chaque semaine et jette nos affaires… nos couvertures, nos matelas et nos vêtements. »

***

Amnesty International publie aujourd'hui un nouveau rapport intitulé : "Nous réclamons justice. L'Europe doit protéger davantage les Roms contre les violences racistes". Ce document repose sur un travail de recherche mené en République Tchèque, en Grèce et en France.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Lula se présente en apaiseur des années Bolsonaro
Dimanche 2 octobre, les Brésiliens choisissent entre Jair Bolsonaro et Lula da Silva. Après un mandat marqué par les violences et une politique favorable aux plus riches, l'ancien chef d’état affirme vouloir réconcilier le pays. Avec l’espoir de l’emporter dès le premier tour.
par François Bougon
Journal — Santé
En ville, à la mer et à la montagne : là où se trouvent les oasis médicaux
Cause sans cesse perdue, la lutte contre les déserts médicaux masque une autre réalité : les médecins libéraux s’installent toujours plus nombreux comme spécialistes dans quelques zones privilégiées. Ils sont aussi toujours plus nombreux à pratiquer des dépassements d’honoraires.
par Caroline Coq-Chodorge et Donatien Huet
Journal — France
Télémédecine : derrière « Sauv Life », le business contestable d’un médecin de l’AP-HP
Pour désengorger les urgences, le ministre de la santé pousse les « unités mobiles de télémédecine », officiellement opérées par une association, Sauv Life, qui envoie, via le 15, des infirmiers dotés de mallettes de télémédecine au chevet des patients. En coulisses, cette expérimentation soulève des questions sur le niveau du service rendu, le coût et les procédures de commande publique. Contre-enquête sur un chouchou des médias.
par Stéphanie Fontaine
Journal
Ce que le gouvernement a fait aux chômeurs
La première réforme de l’assurance-chômage est pleinement entrée en vigueur il y a tout juste un an, et nul ne sait combien de chômeurs elle a pénalisé. Si les chiffres sont invisibles, les conséquences sur la vie des gens sont brutales. Témoignages.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff
Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol
Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon