Amnesty International
Abonné·e de Mediapart

157 Billets

2 Éditions

Billet de blog 14 févr. 2012

Amnesty International à New York pour un meilleur contrôle des transferts d’armes

Le lundi 13 février s’est ouverte à New York la dernière réunion préparatoire avant la conférence diplomatique de juillet 2012, qui doit voir l’adoption d’un traité international sur le commerce des armes classiques. Le rôle de ce traité sera de protéger les populations civiles d’un usage trop souvent meurtrier et indiscriminé. Ce sont elles, en effet, qui paient le prix fort d’un commerce mondial largement dérégulé.Char blindé BTR-80 de fabrication russe qui a été utilisé au Darfour © Amnesty International

Amnesty International
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le lundi 13 février s’est ouverte à New York la dernière réunion préparatoire avant la conférence diplomatique de juillet 2012, qui doit voir l’adoption d’un traité international sur le commerce des armes classiques. Le rôle de ce traité sera de protéger les populations civiles d’un usage trop souvent meurtrier et indiscriminé. Ce sont elles, en effet, qui paient le prix fort d’un commerce mondial largement dérégulé.

Char blindé BTR-80 de fabrication russe qui a été utilisé au Darfour © Amnesty International

New York, 14 février 2012

Par Aymeric Elluin, envoyé spécial d’Amnesty International France

Le lundi 13 février s’est ouverte à New York la dernière réunion préparatoire avant la conférence diplomatique de juillet 2012, qui doit voir l’adoption d’un traité international sur le commerce des armes classiques. Le rôle de ce traité sera de protéger les populations civiles d’un usage trop souvent meurtrier et indiscriminé. Ce sont elles, en effet, qui paient le prix fort d’un commerce mondial largement dérégulé.

À cette occasion, Amnesty International a envoyé une importante délégation au siège des Nations unies, représentative des différentes régions du monde où l’association est présente. Nous sommes vingt en tout. Sont représentés le Mali, les États-Unis, la Finlande, le Mexique, le Royaume-Uni, la Fédération de Russie, la Corée du sud, le Chili et la France, sans compter les équipes du siège international comprenant, entre autres, un responsable de communication, une juriste et le responsable du bureau européen. L’anglais, l’espagnol, le français et l’arabe, fusent de toute part bien que l’anglais reste la langue de travail.

Notre objectif est d’approcher le plus grand nombre d’États pour leur faire partager nos préoccupations et recommandations quant au contenu d’un futur traité. Celui-ci devra tenir compte des droits humains et du droit international humanitaire, et intégrer ces critères notamment en ce qui concerne l’exportation d’armes. Autrement dit, le traité doit prévoir la possibilité d’empêcher tout transfert d’armes dès lors qu’il existe un risque substantiel - se situant au-delà de la suspicion pour être hautement probable - de violations graves des droits humains et du droit international humanitaire, ou d’entrave au développement durable. C’est là le cœur même du traité, sa raison d’être.

Un traité adopté en juillet oui, mais efficace

Bien que cette réunion préparatoire soit dédiée à l’adoption des règles de procédure qui précéderont à la conférence diplomatique de juillet, nous nous sommes fixés pour objectif de rester mobilisés auprès des États pour leur rappeler les enjeux concernant le fond et la substance du traité. La question des règles de procédure ne doit pas faire oublier l’essentiel : négocier un instrument efficace. Or, nous n’avons que peu de temps devant nous. Quelques mois à peine nous séparent de cette conférence qui durera 22 jours, ce qui est très court. Nous n’aurons donc pas d’autre occasion avant l’été de voir réunis autant d’États en un même endroit.

Tout au long de cette semaine nous participerons en tant qu’observateurs à l’ensemble des discussions entre États. Leurs statuts sont des plus variés : gros exportateurs, exportateurs secondaires, petits comme gros producteurs, pays importateurs, ainsi que des États dont la principale caractéristique est d’être un simple pays de transit d’armes. Certains pays continuent d’armer des États qui exercent une répression sanglante sur leur population. Il en va ainsi de la Russie et de la Syrie mais aussi de la Chine et du Soudan, sans compter l’Égypte, qui recevait encore des livraisons d’armes des États-Unis il y a quelques semaines.

Comme de coutume dans ce type de manifestation, de nombreux événements parallèles sont prévus par les ONG. Amnesty International ne fera pas défaut avec l’organisation aujourd’hui d’un évènement parallèle avec le prix Nobel de la paix et ancien Président du Costa Rica, Oscar Arias. Tout un symbole à l’aube de ce traité puisque Arias fut le premier qui, dans les années 1990, a lancé l’idée de mieux réguler le commerce des armes en proposant l’adoption d’un code de conduite international. Si son initiative n’aboutit pas elle donna naissance quelques années plus tard à la campagne Contrôlez les armes par Amnesty International, le Réseau d’action internationale contre les armes légères et de petit calibre, et Oxfam.

À l’heure où plus que jamais le printemps arabe rappelle avec force la nécessité d’un traité pour contrôler de façon responsable le commerce des armes, nous allons nous mobiliser tout au long de cette semaine pour voir adopter un traité réellement efficace. Pour qu’il n’y ait plus d’armes pour violer les droits humains.

En savoir plus sur amnesty.fr

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les documents ultra-confidentiels saisis par le FBI
L’inventaire de la perquisition menée par le FBI au domicile de Donald Trump, en Floride, a été rendu public vendredi. Les agents fédéraux ont saisi dans la villa de l’ancien président plusieurs documents classés top secret et diverses notes, dont l’une concerne Emmanuel Macron. Trump est soupçonné d’avoir mis en danger la sécurité nationale.
par Patricia Neves
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — Énergies
Pétrole : les effets « très limités » des sanctions occidentales contre la Russie
Le pétrole est plus que jamais une manne pour Moscou. En dépit des sanctions, la Russie produit et exporte pratiquement autant qu’avant l’invasion de l’Ukraine, selon le rapport de l’Agence internationale de l’énergie, et les prix se sont envolés.  
par Martine Orange
Journal
Projet de loi immigration : des titres de séjour suspendus aux « principes de la République » 
Le ministre de l’intérieur veut priver de titre de séjour les personnes étrangères qui manifestent un « rejet des principes de la République ». Cette mesure, déjà intégrée à la loi « séparatisme » de 2021 mais déclarée inconstitutionnelle, resurgit dans le texte qui doit être examiné d’ici la fin de l’année. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet d’édition
Entretien avec Leonardo Medel, réalisateur de « La Verónica »
Après une sélection au festival de Biarritz et au festival international du nouveau cinéma latino-américain de La Havane où il reçut le Prix FIPRESCI de la critique internationale, « La Verónica » sortira officiellement dans les salles en France à partir du 17 août 2022. L'opportunité de découvrir un cinéaste audacieux autour d'une critique sans concession des excès des influenceurs sur le Net.
par Cédric Lépine
Billet de blog
33e Festival de Fameck - Mounia Meddour, Présidente du jury et l'Algérie, pays invité
L’édition 2022 du Festival du Film Arabe de Fameck - Val de Fensch (qui se tiendra du 6 au 16 octobre) proposera sur onze jours une programmation de 30 films. La manifestation mettra à l’honneur l’Algérie comme pays invité. Le jury longs-métrages du festival sera présidé par la cinéaste Mounia Meddour.
par Festival du Film Arabe de Fameck
Billet de blog
« Les Crimes du futur » de David Cronenberg : faut-il digérer l'avenir ?
Voici mes réflexions sur le dernier film de David Cronenberg dont l'ambition anthropologique prend des allures introspectives. Le cinéaste rejoint ici la démarche de Friedrich Nietzsche qui confesse, dans sa "généalogie de la morale", une part de cécité : "Nous, chercheurs de la connaissance, nous sommes pour nous-mêmes des inconnus, pour la bonne raison que nous ne nous sommes jamais cherchés…"
par marianneacqua
Billet de blog
DragRace France : une autre télévision est possible ?
Ce billet, co-écrit avec Mathis Aubert Brielle, est une critique politique de l'émission DragRace France. Il présente la façon dont cette émission s'approprie les codes de la téléréalité pour s'éloigner du genre en matière de contenu et de vision du monde promue.
par Antoine SallesPapou