Amnesty International
Abonné·e de Mediapart

157 Billets

2 Éditions

Billet de blog 16 sept. 2019

Alerte, climat hostile aux droits humains !

"Le drame de l’Amazonie est symptomatique d’un phénomène global pour lequel Amnesty International appelle à une prise de conscience collective : les dégradations de l’environnement sont des questions indissociables de la défense des droits humains. Les catastrophes écologiques (...) menacent le droit à la vie même et les personnes marginalisées en sont les premières victimes."

Amnesty International
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Aujourd’hui à Washington, Amnesty International remettra à Greta Thunberg et aux autres militants de son mouvement « Fridays for Future » le prix Ambassadeur de la conscience 2019 afin de saluer leur travail de sensibilisation à la crise climatique et à ses réels impacts sur les droits humains et environnementaux.

A cette occasion, Cécile Coudriou, présidente d'Amnesty International France, signe un appel à la mobilisation en soutien aux jeunes militants. La marche pour le climat organisée ce vendredi, 20 septembre, à Paris sera le point culminant d'une semaine d'actions qui s'ouvre à l'échelle mondiale avec le Sommet des peuples pour le climat, les droits et la survie de l’humanité qui se tiendra à New York, les 18 et 19 septembre, en amont du Sommet spécial des Nations unies sur le climat, le 23 septembre prochain. Jusqu'au 27 septembre 2019, les jeunes se mobiliseront pour la justice climatique dans plus de 1 000 villes dans le monde.

Alerte, climat hostile aux droits humains !
de Cécile Coudriou, présidente d’Amnesty International France

Cécile Coudriou, présidente d'Amnesty International France © Pierre Morel & Cyril Marcilhacy

L’Amazonie est menacée depuis des années. L'arrivée au pouvoir de Jair Bolsonaro a décuplé les ambitions d'industriels sans scrupule et a amplifié la déforestation. Des projets gigantesques tels que l’exploitation de minerais, dont ceux de la France en Guyane, mettent également et plus que jamais en péril la forêt amazonienne, poumon de l'humanité. Dans un combat inégal contre la destruction de leur environnement, contre la confiscation de leurs terres et l’exploitation forestière illégale, les populations autochtones se battent, désespérément, et lancent des appels au secours au reste du monde.

La crise climatique est une crise des droits humains
Le drame de l’Amazonie est symptomatique d’un phénomène global pour lequel Amnesty International appelle à une prise de conscience collective : les dégradations de l’environnement et les changements climatiques sont des questions indissociables de la défense des droits humains. En effet, les catastrophes écologiques telles que les sécheresses, les cyclones, les inondations et les pollutions industrielles menacent le droit à la vie même, ainsi que les droits à la santé, à l’accès à l’eau potable, à la nourriture et au logement.  Les personnes déjà marginalisées et discriminées en sont les premières victimes. Il est crucial d’apporter aide et protection à celles et ceux qui défendent l’environnement et les droits des peuples autochtones. Exposés à de graves dangers, ces défenseurs sont parmi les plus menacés dans le monde. En Équateur, Amnesty International a recensé une série de menaces et d’attaques au cours de l’année 2018. Patricia Gualinga, Nema Grefa, Salomé Aranda et Margoth Escobar, toutes membres du collectif des Femmes amazoniennes, font partie des victimes. En août 2017, en Argentine, Santiago Maldonado a disparu alors qu'il manifestait pour les droits du peuple Mapuche. Son corps ne fut retrouvé que quelques mois plus tard. Le 20 février dernier, au Mexique, Samir Flores Soberanes a été tué par balle. Il dénonçait haut et fort un projet énergétique de deux centrales thermiques et d’un gazoduc. Dans son rapport 2018, l’ONG Global Witness indiquait que chaque semaine quatre défenseurs du droit à l’environnement étaient assassinés. L’urgence est donc plus que jamais à la solidarité internationale !

Mobilisons-nous pour les générations futures
Amnesty International appelle à une mobilisation massive pour demander des comptes aux gouvernements et aux entreprises qui violent ces droits. Premiers concernés, les jeunes sont souvent aux premières lignes de ce combat car ce sont eux qui connaîtront les effets les plus terrifiants du changement climatique. Ils comprennent qu’il s’agit d’une violation intergénérationnelle des droits humains. Face à l’urgence, la jeunesse est ainsi source d’espoir, plus que jamais déterminée à nous faire entendre raison. Fin mai 2018, dans une centaine de pays, plus d’un million de jeunes répondaient à l’appel de Greta Thunberg à faire la grève de l’école le vendredi, mettant au défi les États de sortir de l’apathie et de prendre des mesures radicales pour lutter contre le dérèglement climatique.

Greta Thunberg lors d'une manifestation Friday for Future © © Eric de Mildt. All rights reserved

Amnesty International a soutenu cette première vague de mobilisation et remet ce lundi, 16 septembre 2019, son prix d’Ambassadeur de la conscience à Greta Thunberg et au mouvement « Fridays for future ». Vendredi prochain, 20 septembre 2019, nous répondrons présents à leur appel à une nouvelle journée d’actions à laquelle toutes les générations sont conviées. Ce sera pour nous le lancement d’une semaine de mobilisation mondiale. Plus de 2 400 événements sont prévus dans plus de 1 000 villes à travers le monde.

Les solutions seront collectives
Parce que le problème est mondial, les solutions doivent être trouvées collectivement. C’est pourquoi Amnesty International organise, en amont du sommet spécial des Nations unies sur le climat, le Sommet des peuples pour le climat, les droits et la survie de l’humanité.

Les 18 et 19 septembre prochains, à New-York, près de 150 membres de la société civile de premier plan et le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme seront réunis autour d’un objectif commun : appeler fermement les États à prendre enfin des mesures ambitieuses avant qu’il ne soit trop tard. Ces défenseurs des droits humains et de l’environnement sonneront la fin des discours et des promesses faites depuis tant d’années, la main sur le cœur, à Paris, Genève, New York ou Biarritz. Les États ne peuvent plus se contenter de jeter des gouttes d’eau sur les flammes, ils doivent élaborer un plan d’action à la hauteur de l’un des plus grands défis de ce siècle. Il est encore temps d’agir et pour cela nous devons faire front commun, unir nos forces et nos voix pour appeler à la justice climatique. Comme le disait Winston Churchill, « Mieux vaut prendre le changement par la main avant qu’il ne nous prenne par la gorge ».

Pour prendre part à la marche

https://www.facebook.com/events/2313486598914611/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis