Amnesty International
Abonné·e de Mediapart

158 Billets

2 Éditions

Billet de blog 24 avr. 2013

Amnesty International
Abonné·e de Mediapart

Femmes lesbiennes en Afrique du Sud : premières victimes de l’homophobie

24 avril 2011 à Kwa Thema, township à l’est de Johannesburg. Noxolo Nogwaza rentre d’une soirée passée avec ses amis, une soirée de fête, d’amitié, de joie. Elle rentre chez elle retrouver ses deux enfants mais elle n’y arrivera jamais.

Amnesty International
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

24 avril 2011 à Kwa Thema, township à l’est de Johannesburg. Noxolo Nogwaza rentre d’une soirée passée avec ses amis, une soirée de fête, d’amitié, de joie. Elle rentre chez elle retrouver ses deux enfants mais elle n’y arrivera jamais.

Violée, battue et poignardée avant d’être jetée dans un fossé, elle sera retrouvée sans vie le lendemain. Elle allait avoir 24 ans. Elle aimait lire, elle aimait danser et jouer au football. Elle était femme, lesbienne, elle l’assumait, c’en était trop.  

Noxolo Nogwaza

Noxolo militait au sein du Comité d’organisation de la marche des fiertés d’Ekurhuleni (EPOC) organisation d’information auprès des personnes LGBTI (lesbiennes, gays, bisexuelles, trans et intersexuées).

24 avril 213. Deux ans après, l’absence de Noxolo est toujours aussi douloureuse, l’absence de justice toujours aussi révoltante. L’enquête est au point mort. L’indifférence des autorités face à ce crime odieux est une deuxième atteinte à la dignité de Noxolo et à celle de toutes les lesbiennes victimes de violence.

L’indifférence de  la police est révélatrice d’un climat d’homophobie persistant dans la société sud-africaine malgré la reconnaissance de l’égalité en droits, et l’adoption du mariage pour tous depuis 2006. Le chemin est encore long. Combien d’autres crimes avant que la justice et la police ne se saisissent de leurs responsabilités ?

Des membres de l’EPOC protestent. KwaThema, juin 2011 ©EPOC

Parce que les discours de haine n’apportent que la violence, parce que l’ignorance alimente les préjugés, nous devons rappeler et clamer haut et fort, fièrement que « toutes les personnes sont égales devant la loi et ont droit sans discrimination à une égale protection de la loi ».

Noxolo était consciente des dangers mais refusait de laisser le climat de peur l’empêcher de vivre comme elle l’entendait. Elle en est morte.

Ce 24 avril, nous nous souvenons de Noxolo mais aussi d’Eudy Simelane, Girlie Nkosi, Xolani Dlomo et toutes celles, anonymes, qui sont tombées victimes de la haine et de l’ignorance. Assassinées parce que non conformes au modèle dominant, ignorées par la justice.

Partout dans le monde des rassemblements honoreront sa mémoire et son courage, et exigeront justice pour elle et toutes les lesbiennes qui, à travers le monde, sont victimes de la haine.

Nous enverrons des messages de solidarité et d’espoir aux militantes d’EPOC et à toutes celles et ceux qui luttent pour que, à Kwa Thema et ailleurs une femme puisse vivre, sortir et aimer sans peur.

A Paris, Amnesty International France et "Lesbiennes of color" se rassembleront donc ce soir, 18h, à la fontaine des Innocents, métro Saint-michel.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Le jour où le post-fascisme a pris le pouvoir en Italie
Le parti de Giorgia Meloni a largement dominé les élections italiennes du 25 septembre. La coalition de droite devrait obtenir une majorité absolue au Parlement. Le résultat de décennies de confusionnisme et de banalisation du fascisme dans lesquels se sont fourvoyés tous les mouvements politiques de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Europe
« La droite fasciste n’a jamais disparu de la société italienne »
L’historienne Stéfanie Prezioso explique ce qui a rendu probable l’accès d’une post-fasciste à la tête du gouvernement italien. De Berlusconi en « docteur Frankenstein » au confusionnisme propagé par le Mouvement Cinq Étoiles, en passant par le drame des gauches, elle revient sur plusieurs décennies qui ont préparé le pire.
par Fabien Escalona
Journal — Santé
En Mayenne : « J’ai arrêté de chercher un médecin traitant »
En Mayenne, des centaines de personnes font la queue pour un médecin traitant. Dans ce désert médical, le nombre de médecins n’est pas suffisant face à une énorme demande. Inciter les médecins à s’installer dans des zones sous-dotées ne suffit peut-être plus. Certaines voix prônent une autre solution : la contrainte. 
par Célia Mebroukine
Journal — Politique
La justice dit avoir les preuves d’un « complot » politique à Toulouse
L’ancienne députée LR Laurence Arribagé et un représentant du fisc seront jugés pour avoir tenté de faire tomber une concurrente LREM à Toulouse. Au terme de son enquête, le juge saisi de cette affaire a réuni toutes les pièces d’un « complot » politique, selon les informations de Mediapart.
par Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Chéri, je crois qu’on nous a coupé le gaz !
Depuis quelques mois, la discrète Roumanie ravitaille le reste du monde. Le plus grand port de la mer noire s’érige au nom de Constanța. Les affaires battent leur plein. Les céréales sont acheminées dans des wagons sans fin. Aujourd'hui, comment vit-on dans un pays frontalier à l'Ukraine ? Récit de trois semaines d'observation en Roumanie sur fond de crise énergétique et écologique.
par jennifer aujame
Billet de blog
Tenir bon et reprendre l’offensive
Sept mois de guerre et d’atrocités en Ukraine, un peuple héroïque qui ne rompt pas et reprend l’initiative. La perspective, même lointaine, d’une libération de l’Ukraine devrait faire taire ceux qui théorisaient l’inaction devant les chars russes, validant la disparition d’un peuple et de ses libertés.
par Yannick Jadot
Billet de blog
La gauche en France doit sortir de son silence sur la guerre en Ukraine
[Rediffusion] La majorité de la gauche en France condamne cette guerre d'agression de l'impérialisme russe, demande le retrait des troupes russes de l'Ukraine. Mais en même temps reste comme paralysée, aphone, abandonnant le terrain de la défense de l'Ukraine à Macron, à la bourgeoisie.
par Stefan Bekier
Billet de blog
Ukraine : non à la guerre de Poutine
Face à la guerre, la gauche au sens large a pris des positions divergentes, divergences largement marquées par des considérations géopolitiques. Le mot d'ordre « non à la guerre de Poutine » permet d'articuler trois plans : la résistance des Ukrainiens contre l'agression russe, les mobilisations contre la guerre en Russie, la course aux armements.
par denis Paillard