Amnesty International
Abonné·e de Mediapart

158 Billets

2 Éditions

Billet de blog 27 mars 2014

Amnesty International
Abonné·e de Mediapart

Une militante qui nous inspire – hommage à Cao Shunli

Amnesty International
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Par le responsable de campagne d’Amnesty International pour la Chine*

Fin août 2013, je me suis entretenu avec Cao Shunli au téléphone. Pas un instant je n’ai pensé que ce serait notre dernière conversation.

Nous avions prévu de nous rencontrer quelques semaines plus tard à Hong Kong lorsqu’elle serait en transit pour Genève, en Suisse, où elle devait assister à un programme de formation sur les droits humains.

Nous avions discuté à maintes reprises, mais ce devait être notre première rencontre de visu. Nous n’en avons pas eu l’occasion.

Cao a disparu lorsqu’elle est allée s’enregistrer à l’aéroport international de la capitale Pékin. Les autorités chinoises l’ont arrêtée pour « avoir cherché à provoquer des conflits et troublé l’ordre public ». Elle a été maintenue en détention, où elle est morte vendredi 14 mars.

Ces six derniers mois, les autorités ont empêché à plusieurs reprises Cao de recevoir les soins médicaux dont elle avait clairement besoin.

Une femme courageuse
Lorsque j’ai appris la nouvelle de sa mort, j’ai été envahi par la tristesse et la colère. La tristesse qu’une femme aussi courageuse ait perdu la vie. La colère face au mépris insensible et calculateur dont ont fait preuve les autorités pour sa vie.

Loin de « troubler l’ordre public », la Cao que je connaissais ne recherchait pas la confrontation. Tout ce qu’elle voulait, c’est que le gouvernement reconnaisse les droits légitimes de ses citoyens.

Femme posée, la petite cinquantaine, Cao avait une voix douce, mais s’exprimait avec détermination et vigueur lorsqu’il s’agissait de lutter contre l’injustice.

Elle aurait pu choisir une vie plus facile : elle avait un bon emploi au sein du gouvernement, mais n’a pas pu fermer les yeux sur la corruption dans son service. Ses efforts n’ont pas été appréciés de ses chefs, ce qui lui a valu de perdre son travail en 2002.

Cao a ensuite embrassé la cause des milliers de pétitionnaires chinois, qui sont au mieux perçus comme une nuisance par les autorités. Leurs droits sont fréquemment bafoués, et beaucoup sont détenus pour de courtes périodes dans les prisons secrètes ou envoyés dans des camps de travail.

Ayant étudié le droit à l’université, Cao avait une bonne connaissance des voies légales pour combattre l’injustice. Cette expertise, alliée à un engagement sans faille en faveur du changement, était un outil puissant – que les autorités craignaient parce qu’elle incitait par son exemple de nombreux citoyens en Chine à faire valoir leurs droits.

Dotée d’une énergie inépuisable, Cao voulait toujours débattre de nouvelles idées et initiatives. Elle préparait méticuleusement les documents et les preuves.

90 jours de protestation
Cao s’est battue pour que la population soit autorisée à contribuer à un rapport sur les droits humains que la Chine est tenue de soumettre aux Nations unies. En juin 2013, n’obtenant pas de résultats, elle a organisé une manifestation devant le ministère des Affaires étrangères à Pékin.

Pendant près de 90 jours et 90 nuits, un groupe de femmes d’une cinquantaine d’années et de femmes plus âgées ont campé devant le ministère. Cao a constamment usé de ses talents de négociatrice avec la police pour faire durer la manifestation.

Ce groupe est devenu sa seconde famille. Elle a puisé de la force dans leur amitié et leur solidarité.

Cao accordait aussi une grande importance au soutien international qu’elle recevait d’Amnesty International, entre autres. Elle voulait attirer l’attention des pays étrangers sur cette lutte.

Il peut sembler bizarre que Cao ait été prête à risquer sa vie pour contribuer à rédiger un rapport destiné à l’ONU.

Mais pour Cao, il s’agissait de bien plus que cela, il s’agissait d’amener le gouvernement à respecter les droits légitimes de la population. Pour que les individus soient traités comme des citoyens, jouissant du droit de façonner l’avenir de la Chine.

Prête à assumer les conséquences
Ayant déjà passé du temps à deux reprises dans des camps de travail en raison de ses activités, elle risquait d’être à nouveau arrêtée.

Le gouvernement chinois est particulièrement sensible à la critique sur la scène internationale.

Nous en avons discuté et elle m’a dit qu’elle était consciente des risques et prête à en assumer les conséquences. Pourtant, je pense que personne ne s’attendait à ce que les autorités fassent preuve d’une telle cruauté, et à ce qu’elles aillent jusqu’à lui ôter la vie.

Nous avons fait le maximum pour faire pression sur les autorités afin qu’elle reçoive les soins médicaux dont elle avait besoin. Mais cette fois-ci, nos appels n’ont pas été entendus.

Souvent, je me demande si je serais prêt à risquer ma vie pour les droits humains comme l’a fait Cao, et comme le font et le feront tant d’autres en Chine. Pour être honnête, je n’en sais rien.

Cette femme douce, dont le sens de la justice éclairait chacun de nos entretiens, restera une source d’inspiration dans ma lutte en faveur des droits humains en Chine.

*Son nom n’est pas divulgué pour des raisons de sécurité.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Le jour où le post-fascisme a pris le pouvoir en Italie
Le parti de Giorgia Meloni a largement dominé les élections italiennes du 25 septembre. La coalition de droite devrait obtenir une majorité absolue au Parlement. Le résultat de décennies de confusionnisme et de banalisation du fascisme dans lesquels se sont fourvoyés tous les mouvements politiques de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal
UBS : quand Bercy se refuse à indemniser une lanceuse d’alerte
Sans Stéphanie Gibaud, il n’y aurait pas eu de scandale UBS. Alors que l’État a récupéré des milliards grâce à ses informations permettant de mettre fin à l’évasion fiscale de la banque suisse, le ministère des finances se refuse à l’indemniser. Le tribunal administratif lui a demandé de reconsidérer sa position. Bercy a fait appel.
par Martine Orange
Journal — Santé
En Mayenne : « J’ai arrêté de chercher un médecin traitant »
En Mayenne, des centaines de personnes font la queue pour un médecin traitant. Dans ce désert médical, le nombre de médecins n’est pas suffisant face à une énorme demande. Inciter les médecins à s’installer dans des zones sous-dotées ne suffit peut-être plus. Certaines voix prônent une autre solution : la contrainte. 
par Célia Mebroukine
Journal — Moyen-Orient
Des Russes désertent vers la Turquie pour ne pas « mourir pour Poutine »
Après que le président russe a décrété la mobilisation partielle des réservistes pour faire face à la contre-offensive de l’armée ukrainienne, de nombreux citoyens fuient le pays afin de ne pas être envoyés sur le front. 
par Zafer Sivrikaya

La sélection du Club

Billet de blog
La gauche en France doit sortir de son silence sur la guerre en Ukraine
[Rediffusion] La majorité de la gauche en France condamne cette guerre d'agression de l'impérialisme russe, demande le retrait des troupes russes de l'Ukraine. Mais en même temps reste comme paralysée, aphone, abandonnant le terrain de la défense de l'Ukraine à Macron, à la bourgeoisie.
par Stefan Bekier
Billet de blog
Chéri, je crois qu’on nous a coupé le gaz !
Depuis quelques mois, la discrète Roumanie ravitaille le reste du monde. Le plus grand port de la mer noire s’érige au nom de Constanța. Les affaires battent leur plein. Les céréales sont acheminées dans des wagons sans fin. Aujourd'hui, comment vit-on dans un pays frontalier à l'Ukraine ? Récit de trois semaines d'observation en Roumanie sur fond de crise énergétique et écologique.
par jennifer aujame
Billet de blog
« Avoir 20 ans en Ukraine » : un témoignage plus nuancé
Dans son édition du 12 septembre 2022, l'équipe de « C dans l'air » (France 5) diffusait un reportage de 4 minutes intitulé : Avoir 20 ans à Kiev. Festif, le récit omettait que ces jeunes ukrainiens font face à des impératifs bien plus cruels. M'étant aussi rendu en Ukraine, j'écris à Maximal Productions un email ré-adapté dans le présent billet afin de rappeler une réalité moins télégénique.
par vjerome
Billet de blog
Tenir bon et reprendre l’offensive
Sept mois de guerre et d’atrocités en Ukraine, un peuple héroïque qui ne rompt pas et reprend l’initiative. La perspective, même lointaine, d’une libération de l’Ukraine devrait faire taire ceux qui théorisaient l’inaction devant les chars russes, validant la disparition d’un peuple et de ses libertés.
par Yannick Jadot