Microcrédit, comment se faire des perles avec la sueur des pauvres ? (1)

Femmes marocaines soumises et voilées ? Pas toujours, pas ici à Ouarzazate où elles sont en lutte contre les requins du microcrédit pour abus de confiance, et conditions de crédit insoutenables qui ont entraîné surendettement et paupérisation aggravée. Pourtant, face à la pauvreté, le microcrédit faisait l’unanimité. Son fondateur, Muhammad Yunus, le "banquier des pauvres", prix Nobel 2006, incarnait cette générosité "équitable et durable", base du capitalisme social. Ils seraient 200 millions à travers le monde à "bénéficier" de cette aide. Aide ? Certes on trouve des exemples de réussite. Mais aussi beaucoup d’échecs et de faillites et de colère face aux sociétés prêteuses qui bâtissent des fortunes sur la misère du monde.


----


Diffusion le 28 avril 2014 sur France Inter, dans l'émission de Daniel Mermet "Là-bas si j'y suis"



Reportage à Ouarzazate : Anaëlle Verzaux




Réalisation :             Jérôme Chelius       et        Franck Haderer




Producteur délégué : Daniel Mermet



Attaché de production : Jonathan Duong



----



A écouter ici :


-> http://old.la-bas.org/article.php3?id_article=2988



ou ici :


-> http://www.franceinter.fr/emission-la-bas-si-jy-suis-microcredit-comment-se-faire-des-perles-avec-la-sueur-des-pauvres




----



Programmation musicale :


-  Bienvenue au Maroc, par Kalsha feat. Jalal El Hamdoui
-  Ahiawa (unplugged), par Hindi Zahra


À lire :


La microfinance : entre utilité sociale et rentabilité financière, de Florent Bédécarrats (2013, éditions L’Harmattan)



Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.