André Versaille
Ecrivain et éditeur
Abonné·e de Mediapart

54 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 juil. 2017

La colonisation et l’esclavage, des pratiques spécifiquement occidentales ?

Je suis écrivain et éditeur. Je publie un blog sur le site du Monde : Les musulmans ne sont pas des bébés phoques – De notre déni considéré comme l’un des beaux-arts http://andreversaille.blog.lemonde.fr, et dédié aux muslmans qui luttent contre la barbarie islamiste.

André Versaille
Ecrivain et éditeur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mon blog sur le site du Monde : Les musulmans ne sont pas des bébés phoques – De notre déni considéré comme l’un des beaux-arts  recueille des commentaires pratiquement tous positifs. 

Mais ce qui m’intéresse, c’est le débat, or celui-ci n’est intéressant que s’il confronte des opinions divergentes. C’est pourquoi j’ai décidé de rejoindre Médiapart qui me paraît le site idéal car il réunit des blogueurs de qualité dont la majorité devrait être en désaccord avec mes analyses. 

Je serais content de débattre avec eux.

 Je terminais mon précédant billet par ces mots : 

De manière lapidaire et univoque, le tiers-monde était et resterait ontologiquement la terre des damnés victimes de la colonisation. Ce fut notre dogme le plus indiscutable. Et parce qu’il fut dominant pendant des siècles, l’Occident resterait (ontologiquement, lui aussi) responsable du malheur de ces damnés. Les tyrans exotiques avaient beau opprimer leurs peuples, la plupart d’entre nous continuaient de fermer les yeux. Je les entends encore, ces indignés : « Après les avoir colonisés pendant plus d’un siècle, on ne va tout de même pas leur faire des leçons de démocratie ! Ce serait indécent ! » 
Un demi-siècle plus tard, nous voyons les fruits de notre décence…

Notre décence et notre sens de la retenue ont été jusqu’à nous interdire, pendant longtemps, de considérer la question de l’esclavage de manière globale. Bien sûr, nous avons condamné, et avec la plus grande détermination, l’esclavage « transatlantique », celui pratiqué par les Européens entre le XVIe et la première moitié du XIXe siècle et que la loi Taubira a défini comme un crime contre l’humanité[1]. C’est bien. Quoique, comme l’a dit Mona Ozouf, c’est-là « pendre des squelettes ».

Cependant, lorsqu’un scientifique comme Olivier Pétré-Grenouilleau, qui a consacré des années de recherches à l’esclavage, publie en 2004 une somme sur la question, Les Traites négrières. Essai d’histoire globale[2], il est qualifié de négationniste et traîné dans la boue. Et pourquoi ? Parce qu’il a parlé des traites négrières : la traite transatlantique, mais également celle conduite par les Africains eux-mêmes, et celle organisée par les Arabes. Puis, propos aggravants, pour avoir déclaré que la logique et le but de l’esclavage n’étaient pas l’extermination mais l’exploitation. Le fait d’avoir analysé la question dans sa globalité et de l’avoir définie, aura suffi à le disqualifier. Du crime imprescriptible de l’esclavage, il ne pouvait y avoir qu’un seul coupable : l’Occident. Quant aux responsabilités des autres populations esclavagistes, la question ne sera pas posée : « Il ne faut pas trop évoquer la traite négrière arabe pour que les jeunes Arabes ne portent pas sur leur dos tout le poids des méfaits des Arabes », a déclaré Christiane Taubira[3]. Comment comprendre cette étrange déclaration, sinon que Taubira tombe à son tour dans l’amalgame : elle juge que, de même que les Occidentaux sont comptables de la traite transatlantique, les jeunes arabes le sont de la traite négrière arabe. Prise dans cette idée de culpabilité collective héréditaire, elle l’applique également aux descendants des esclavagistes arabes. Une situation perdants/perdants, en quelque sorte…

Une dizaine années après l’affaire Pétré-Grenouilleau, une nouvelle polémique s’engagera en 2015 autour de l’analyse historique du Code Noir faite par Jean-François Niort[4].

C'est ce dont je vous parlerai demain.

Je vous invite à me suivre sur mon blog : 

Les musulmans ne sont pas des bébés phoques - De notre déni considéré comme l'un des beaux-arts 

[1] La loi nº 2001-434 du 21 mai 2001 tendant à la reconnaissance de la traite et de l’esclavage en tant que crime contre l’humanité, dite « Loi Taubira », stipule que :

Article 1er : La République française reconnaît que la traite négrière transatlantique ainsi que la traite dans l’océan Indien d'une part, et l'esclavage d'autre part, perpétrés à partir du XVe siècle, aux Amériques et aux Caraïbes, dans l’océan Indien et en Europe contre les populations africaines, amérindiennes, malgaches et indiennes constituent un crime contre l'humanité.

Article 3 : Une requête en reconnaissance de la traite négrière transatlantique ainsi que de la traite dans l’océan Indien et de l’esclavage comme crime contre l'humanité sera introduite auprès du Conseil de l'Europe, des organisations internationales et de l’Organisation des Nations unies.

On remarquera que cette loi Taubira reste en deçà du décret d’abolition de l’esclavage du 27 avril 1848, qui condamne et interdit tout esclavage, et non seulement l’esclavage transatlantique et dans l’océan indien.

[2] Paris, Gallimard, 2004.

[3] L'Express, 4 mai 2006.

[4] Jean-François Niort, Le Code Noir: idées reçues sur un texte symbolique, Paris, Le Cavalier bleu, 2015.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Personnel et notes de frais : les dossiers de la députée macroniste Claire Pitollat
Dix-neuf collaborateurs en cinq ans, des accusations de harcèlement et des dépenses personnelles facturées à l’Assemblée : le mandat de la députée du sud de Marseille, candidate à sa réélection, n’a pas été sans accrocs. Notre partenaire Marsactu a mené l’enquête.
par Jean-Marie Leforestier et Violette Artaud (Marsactu)
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon
Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet