Pourquoi Gnu Linux ne perce pas ?

Gnu Linux stagne toujours à plus ou moins 1 % dans l’utilisation des systèmes d’exploitation, pour les particuliers. En entreprises, le libre est largement intégré, on le voit dans les dernières études publiées cette année (par Red Hat, par le CNN). Elles en ont bien compris les avantages.

Il existe également de nombreuses SSLL, c’est une importante source d’emploi dans le domaine informatique, et cela rapporte aussi beaucoup d’argent en France.

Mais, pour les particuliers, ce n’est pas la même chose. Pourquoi donc ?

Mis à part les vieux clichés, « Linux c’est pour les pros, pour les geeks », « c’est trop compliqués », qui perdurent encore aujourd’hui, malgré la simplicité d’installation et d’utilisation des distributions actuelles. Il y a d’autres freins à son adoption chez les particuliers, à mon avis.

Un problème pourrait être la publicité faites autour de Gnu Linux. Mageia ou Fedora n’ont pas le budjet publicité de Microsoft ou Apple, c’est déjà un grand frein pour se faire connaître. Beaucoup de gens ne connaissent pas vraiment le libre, il y a un manque d’information, qui tend, petit à petit, à se résorber un peu.

Un autre soucis vient surement des nombreux fork de projets, de distributions, et d’interface graphique. Il y a un manque d’unité et de standard dans les distributions, chacune avec son interface graphique, son système de gestion des paquets. C’est bien d’avoir le choix, mais là, je pense qu’il y a vraiment des améliorations à faire pour rendre tout cela plus cohérent, plus simple, et plus attractif, à mon avis.

Mais je pense qu’il y a un autre soucis qui freine les windosiens dans leur migration. Il y a très peu de SSLL tournées vers les particuliers, et les formations à Gnu Linux coutent cher. Bien sur, il y a de très nombreux forums, chan IRC, mailing sur le libre et les distributions Gnu Linux. Mais un débutant ne va pas forcément les connaîtres, et ne va pas forcément savoir les utiliser comme il faut. Ce n’est pas évident, lorsque l’on débute, de savoir par ou commencer. On est seul, et c’est un peu une jungle.

Alors, il y a des efforts à faire, je crois, envers les particuliers, afin qu’ils migrent plus nombreux vers le libre. Et c’est à la communauté de faire ces efforts. L’enjeu est de taille.

Avez-vous d’autres idées, des propositions pour faire évoluer cela ? « La route est longue, mais la voie est libre » ;-)

 

ANDRE Ani

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.