André Bernold
Veilleur
Abonné·e de Mediapart

162 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 août 2022

André Bernold
Veilleur
Abonné·e de Mediapart

Revenez, LUCUMONS !

Lettura d’Eprahi, Censorinus Studies, 1

André Bernold
Veilleur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

& in Colchide, uel Boeotia consitis anguis dentibus armati partus, e quibus mutua inter se caede necatis pauci superasse traduntur, qui in conditu Thebarum Cadmo fuerint adiumento. Necnon in agro Tarquiniensi puer dicitur diuinitus• exortus, nomine Tages, qui disciplinam cecinerit extispicii*: QUAM LUCUMONES, Etruriae potentes, exscripserunt**. CENSORINI De die natali Liber ad Q. Caerellium Ab Aldo Mannuccio <sic>, Paulli <sic> F<ilio> Aldi N<epote> emendatus, & notis illustratus Ad Ill.mum & Rever.mum Gvlielmvm Sirlettvm Cardinalem amplissimum Venetiis M D XXCI [1581] Apud Aldum: Cap II p. 9:10-18. - et dans la Colchide ou dans la Béotie, ces hommes armés qui naquirent des dents d’un dragon semées à travers champs, et qui s’entretuèrent, au point qu’il n’en resta qu’un petit nombre pour aider Cadmus à construire la ville de Thèbes. On dit encore que, dans un champ du territoire de Tarquinius, on vit sortir d’un sillon un enfant, nommé Tagès, lequel enseigna et dicta l’art des <h>aruspices aux LUCUMONS, alors maîtres de l’Étrurie. Censorinus, Du jour natal, <de la naissance>, vers 238 après Jésus-Christ, chapitre II, traduction J. Mangeart, numérisée par Marc Szwajcer. Ce passage est immédiatement précédé de celui-ci, d’interprétation délicate: Post hominum memoriam progeneratis iam gentibus, & urbibus conditis, homines e terra diversis modis editos…, que Mangeart traduit ainsi: d’après certaines traditions, la terre était couverte de nations et de villes, quand, de différentes manières, elle fit sortir des hommes de son sein… Ce qui pose problème, c’est « post hominum memoriam », littéralement et très simplement «après la mémoire des hommes », qu’il est aventureux de traduire par « d’après certaines (?) traditions… ». Que veut dire ici APRÈS la mémoire…(ce n’est pas D’après, qui se dit secundum)? - C’est très étrange: au-delà, par-delà (mais pas en-deça) de la mémoire, dans l’après-coup(?)de la mémoire humaine, plus précisément une fois la mémoire « passée », (par pertes et profits?), ou passée comme un jugement, ou dépassée, ou passée à autre chose, DANS UN PASSÉ IMMÉMORIAL, il y aurait D’ABORD eu des nations engendrées (PROgeneratis gentibus, proengendrées) et des VILLES fondées (urbibus conditis), et SEULEMENT ENSUITE les HOMMES auraient été, de diverses manières, produits directement par la terre, jaillis du sol, « édités »(jeu de mots depuis l’usage de l’imprimerie seulement, editere signifiant simplement produire, émettre, quelque chose e, ex, hors de, depuis autre chose). Il y aurait eu des populations et des villes avant les hommes, lesquels seraient issus du sol plus tard, à la manière de ces guerriers nés d’un semis de dents de dragons, cas 1, si bien qu’il ne restait quasiment plus personne pour construire une ville (ce qui pourrait vouloir dire: les premières vraies villes auraient été inventées par des rescapés de massacres interhumains); ou, cas 2, comme ce divin enfant Tagès -Alde le neveu ne commente PAS le mot divinitus•, et Mangeart ne le traduit pas…-, sorti d’un sillon pour instruire les devins/prêtres étrusques dans l’art de lire les présages. Alde le Jeune donne pour archaïques le mot EXTISPICII* pour AUSPICII, auspices; extispicius* doit être très rare, je ne l’ai jamais vu ailleurs (chez votre coiffeur, peut-être ? - Non plus!), est-ce un hapax legomenon? et le mot exscripserunt**, soit! mais il y a surtout insistance sur EX, L’ISSIR, comme on pouvait encore dire en français au XVIe siècle (notamment avec Maurice Scève), « sortir en soi », comme disait Artaud. Bon. Qu’est-ce que ça veut dire, tout ça? Je n’en sais rien. Ça a l’air riche en information, voire lourd. Je retiens avec satisfaction l’hypothèse HYPERBORGESIENNE de villes d’avant le genre humain, Censorinus ne dit pas que c’était des fourmilières, ou des termitières, (en 238 ap. J.-C. il avait dû s’en rencontrer parmi certaines cohortes expatriées). Le roi Juba, protégé d’Auguste, époux de la dernière reine Cléopâtre, et dernière du nom, fille de celle de qui si le nez avoit été plus court…, ce roi de Mauritanie client des Romains avait déjà compilé, deux siècles plus tôt, son HISTOIRE NATURELLE DE L’AFRIQUE, que l’Antiquité égalait à celle de Pline: pas une seule ligne n’en est parvenue jusqu’à nous. Tout cela rappelle furieusement Joseph de Maistre, et son hypothèse d’une préhistoire surpuissante et monstrueuse, dont la préhistoire enregistrée et connue ne serait que la décadence extrême. On entre là dans des eaux très troubles, très noires, pas forcément profondes, mais aussi anciennes que le dit Censorinus. Question subsidiaire: les villes D’APRÈS les hommes…(à suivre…) Total net TTC: LUCUMONS, REVENEZ !

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Iran : l’hymne à la révolte qui galvanise la jeunesse
À l’heure où les affrontements se font de plus en plus violents, comme à l’université Sharif de Téhéran et qu’une autre jeune fille a été battue à mort, la chanson « Pour », qui raconte simplement les désirs de liberté des manifestants, a recueilli plus de 40 millions de vues en deux jours.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Moyen-Orient
« Les foules iraniennes exigent de séparer le gouvernement de la religion »
Pour le philosophe Anoush Ganjipour, les manifestations en Iran exigent que le pouvoir des mollahs abandonne sa mainmise sur l’espace public. Une telle revendication d’une sécularisation, moderne, procède des injustices commises par la République islamique.
par Antoine Perraud
Journal — Extrême droite
« Le RN veut se distinguer du FN, mais il garde le même fond xénophobe »
Le parti lepéniste s’en tient à un colloque à l’Assemblée nationale pour fêter ses 50 ans. Un anniversaire qui sied mal à la dédiabolisation affichée, quand bien même, rappelle l’historienne Valérie Igounet, ses fondamentaux restent inchangés : « immigration, insécurité, priorité nationale ».
par Christophe Gueugneau
Journal — Livres
Dans les bibliothèques de Marseille, le patrimoine est « en grand danger »
Marsactu a consulté le rapport provisoire de l’Inspection générale de la culture, du sport et de la recherche sur les bibliothèques de la cité phocéenne. Celui-ci revient sur la faiblesse de l’offre, le mal-être des agents et souligne la situation de « grand danger » de certains fonds patrimoniaux.
par Benoît Gilles (Marsactu)

La sélection du Club

Billet de blog
Ouvrir les yeux sur le fascisme qui vient
Un peu partout, « la loi et l’ordre » s’imposent, sous une forme directement inspirée des années 40 comme Italie, ou de façon plus insidieuse, comme chez nous. De L’écofascisme au post-fascisme en passant par l’autoritarisme policier ultra-libéral, c’est cinquante nuances de brun. Et il va falloir commencer à sérieusement s’en inquiéter, si on ne veut pas voir nos gosses grandir au son des bottes.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
Après les élections, vers le post-fascisme
Aujourd'hui, en Italie, l'institutionnalisation du fascisme va porter l'agression raciste et patriarcale à un niveau supérieur. Avec cette combinaison du fascisme et de la technocratie, le gouvernement Meloni ne sera probablement pas simplement un gouvernement Draghi plus raciste. Nous verrons dans quelle mesure les alliances internationales, l'Union européenne et la Présidence de la République pourront limiter et contenir les dégâts. 
par Bruno Montesano
Billet de blog
La grande nostalgie
Les nostalgiques de l'ère fasciste s'en donnent à cœur joie pour ressortir les reliques de l'époque. Dimanche matin à Porta Portese, le plus grand marché aux puces de la capitale, j'ai trouvé un choix impressionnant de memorabilia de l'ère Mussolini.
par D Magada
Billet de blog
L'Italie post-fasciste : en marche vers le passé
La victoire du post-fascisme, déflagration annoncée, menace nos systèmes démocratiques imparfaits et l'Europe qui subit une guerre de conquête et un bouleversement interne avec ces extrêmes-droites qui accèdent au pouvoir. Faut-il attendre les catastrophes pour crier ? La remise en cause de vieux réflexes ne demandent-elles pas une actualisation pour agir sur notre époque sans se renier ?
par Georges-André