Evacuation d'un bidonville à Saint-Denis Avenue Wilson dans l'indifférence

Les Roms, boucs émissaires des crises françaises

Jeudi 4 août à partir de 7 h 45 la police a fait évacuer un bidonville installé à Saint-Denis au 48 bis Avenue du Président Wilson sur arrêté de la mairie et ordre du préfet de Seine Saint-Denis. Ce bidonville était installé depuis plus d’un an et comptait entre 200 à 250 personnes au moment de son évacuation.

Plus d’une centaine de policiers prirent part à l’opération emmenés sur place par une vingtaine de fourgonnettes. Le préfet Philippe Galli est venu lui-même constater la mise à la rue des familles en grande précarité, jubilant d’avoir de bonnes statistiques d’expulsion de bidonvilles dans son département à présenter à son ministre. Pendant ce temps-là les terroristes courent toujours.

La France traverse deux graves crises majeures, un chômage qui touche cinq millions de personnes et un déficit de deux millions de logements sociaux. Construire des logements sociaux grâce aux chômeurs qui sont prêts à le faire est une évidence. Mais le gouvernement en est incapable.

Alors il faut bien trouver des boucs émissaires de ce qui va mal en France, les Roms, désignés à la vindicte populaire, soutenue par un racisme d’Etat.

Alors il faut bien faire apparaitre comme nombreux ceux qui sont 20.000 à habiter en bidonvilles dans toute la France, quitte à expulser les mêmes personnes plusieurs fois dans l’année pour augmenter les statistiques préfectorales.

 Une politique couteuse et inutile puisqu’aucune politique réelle de résorption des bidonvilles n’est mise en place, malgré les fonds européens disponibles.

Video zoomin.tv :  http://zoomin.tv/video/#!v/751459

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.