Plus d'informations sur les expulsions imminentes des bidonvilles parisiens

Plus d'informations sur les expulsions imminentes des bidonvilles parisiens : https://www.facebook.com/batisseursdecabanes/?fref=ts

Concernant la solution envisagée des hébergements provisoires en hôtels

Police, BAPSA, Plateforme AOIS, Services de la Mairie se succèdent sur le bidonville de la Porte de la Chapelle – Pont des Poissonniers afin de préparer, semble-t-il, une évacuation sans délai. La seule solution envisagée semble être, de nouveau, des hébergements provisoires en hôtels.

Pour rappel, les hôtels ne sont pas adaptés aux familles puisqu’aucune possibilité de cuisiner n’est possible, puisque certaines activités (par exemple ferraillage, récupération et ventes de tissus) nécessitent un endroit de stockage. Cette solution n’en est une que pour une petite minorité des familles, comme le constat peut en être fait à chaque évacuation.

En conclusion cette solution éphémère coûte cher pour un mince résultat au final.

Après l’évacuation, certains habitants du bidonville dormiront dans les rues, la plupart iront grossir les bidonvilles actuellement existants, puis en créeront d’autres. C’est bien à la suite de l’évacuation des bidonvilles de Saint-Denis, de Saint-Ouen, etc… que les bidonvilles parisiens ont beaucoup grossi. Les municipalités se livrent au jeu atroce et sans fin du « Passe à ton voisin » qui fragilise terriblement les familles.

Un énième démantèlement dans ces conditions ne fera qu’aggraver la situation actuelle dénoncée par toutes les associations intervenantes de la société civile depuis de si nombreuses années. Il semble clair qu’à ce niveau le dialogue ne passe pas.

Il en est de même de la demande de stabilisation des bidonvilles pour une durée limitée de quelques mois. C’est pourtant possible puisque que la Préfecture n’a pas fait exécuter l’ordonnance de quitter les lieux « au plus tard le 26 septembre 2016 » concernant le bidonville de la Porte de La Chapelle Est, ce qui n’a provoqué, à notre connaissance, d’incidents ni avec les riverains, ni avec les migrants.

 Concernant les solutions plus durables

Des solutions immédiates, transitoires ou pérennes, sont possibles. 

Le projet des partenaires des « Bâtisseurs de cabanes » comprend en première partie la construction d’abris aux normes humanitaires. Des terrains de la Ville de Paris conviendrait à ce type de projet, par exemple l’emplacement du Fort de Bercy.

Le projet global peut être rapidement finalisé. Les partenaires des « Bâtisseurs de cabanes » avaient présenté en mars 2016 un projet complet dans le cadre de l’appel à projets sur financement européen, pièces jointes au présent courriel.

 

Depuis le projet a été travaillé davantage, à fonds perdus, et nous disposons maintenant de plans ainsi que de devis d’entreprise. Nous sommes porteurs de solutions que nous pouvons mettre en œuvre dans les semaines qui viennent.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.