Préalables en vue d'orienter et de réussir le Grand Débat National au Cameroun

Je rappelle via une brève vidéo quelles étaient mes propositions et ma réflexion pour sortir de la crise dès les premiers mois qui ont suivi le début de la crise anglophone. N'ayant pas été écouté à l'époque, je reviens ici avec la conviction qu'il faut participer à ce dialogue mais avec des préalables politiques clairs et sans ambiguïté.

Prélables pour le Grand Débat National au Cameroun © André Yinda

A propos de la crise anglophone, voici ce que j'en disais il y a près de 2 ans et demi. A l'époque, j'ai écrit, J'ai alerté ... Pour résoudre une crise, il faut des interlocuteurs. Maintenant, nous y voilà !

Entre-temps, que de temps, d'énergies, de vies et d'opportunités gâchés. La confiance et la crédibilité en ont pris un sacré coup.

Que faire maintenant ?

Faire preuve de maturité politique et de sens patriotique :

  • Sortir des exclusives de part et d'autre;

 

  • Accepter la main tendue présidentielle;

 

  • Ecouter les acteurs majeurs sans oublier les minorités crédibles;

 

  • Engager une concertation nationale sincère;

 

  • Saisir cette opportunité pour créer les conditions d'une nouvelle gouvernance nationale inclusive qui respecte désormais l'identité territoriale et culturelle anglophone, qui accélère la décentralisation du reste du pays, qui engage des réformes gouvernementales en profondeur afin de construire ensemble un Etat stable, économiquement performant, socialement juste et respecté à l'extérieur.

Celui ou celle qui refuse cette main tendue commet une faute et se discrédite aux yeux de la communauté nationale et internationale qui a désormais les yeux braqués sur tous les acteurs majeurs.

Celui ou celle qui pense profiter de cette opportunité pour faire diversion ou régler des comptes commet la même faute.

Le destin de cette belle nation est désormais entre les mains de ses fils et filles qui sauront s'en montrer dignes.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.