André Bernold
Veilleur
Abonné·e de Mediapart

162 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 déc. 2021

André Bernold
Veilleur
Abonné·e de Mediapart

Che sarà sarà che fu

Home Olga.

André Bernold
Veilleur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

J’ai une amie, Olga Dibouk. Nous fîmes connaissance sur le tarmac de l’aéroport de Yakutsk, le 22 décembre 1979. Nous prenions le vol de 21h20, heure locale, pour    Yuzhno-Sakhalinsk. Il faisait moins 47 degrés Celsius. Je parle toujours Celsius, et jamais Fahrenheit; je sais que c’est injuste, mais c’est plus fort que moi. On ne se refait pas. Moins 47, donc, mais sans vent, sauf celui des pales du biréacteur, j’ignore la marque. Trois passagers yakoutes, dont deux femmes; Olga et moi; l’hôtesse de l’air, seule membre de l’équipage, une Tchouktche; et le pilote; russe, je pense. De quelle nationalité était Olga? D’aucune nationalité terrestre. J’avais noté cette chose extrêmement remarquable: Olga ne portait que des pantalons(fort seyants à ses longues jambes et à sa taille mince) dont le pli était toujours INFLEXIBLEMENT DROIT. Qu’elle fût debout, assise, couchée à plat ventre(dans les trous d’air): un fil à plomb(dans le cas 3, un niveau à bulle). Concluez vous-même. Le vol, je viens d’y faire allusion, fut mouvementé, voire agité; presque brownien. La Sibérie, dans l’extrême nord de son Extrême-Orient, n’en était que plus belle. Mais à Yuzhno-Sakhalinsk, mauvaise surprise: la peste. Home Olga, dis-je, foutons le camp d’ici. Nous allâmes à Magadan, où nous passâmes cinquante ans fort paisiblement, moi, forgeant des guimbardes en acier, et elle, assemblant de jolies boîtes pour les contenir. La bonne idée avait été celle de foutre le camp.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Shtar Academy » : sortie sous haute surveillance d’un album de rap enregistré par des détenus
Ce projet musical unique en son genre a permis à quatre détenus de la prison de Fresnes de travailler avec les plus grands noms du rap français. Un projet de réinsertion qui pourrait subir le contrecoup de la polémique déclenchée cet été autour d’une course de karting.
par Yunnes Abzouz
Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon

La sélection du Club

Billet de blog
« Mon pauvre lapin » : le très habile premier roman de César Morgiewicz
En constant déphasage avec ses contemporains, un jeune homme part rejoindre une aieule à Key West, bien décidé à écrire et à tourner ainsi le dos aux échecs successifs qui ont jusqu’ici jalonné sa vie. Amusant, faussement frivole, ce premier roman n’en oublie pas de dresser un inventaire joyeusement cynique des mœurs d’une époque prônant étourdiment la réussite à n’importe quel prix.
par Denys Laboutière
Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze
Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac
Billet de blog
Nazisme – De capitaine des Bleus à lieutenant SS
Le foot mène à tout, y compris au pire. La vie et la mort d’Alexandre Villaplane l’illustrent de la façon la plus radicale. Dans son livre qui vient de sortir « Le Brassard » Luc Briand retrace le parcours de cet ancien footballeur international français devenu Allemand, officier de la Waffen SS et auteur de plusieurs massacres notamment en Dordogne.
par Cuenod