Suite du Voyageur.

Tentative de restitution d’un retable baroque cisaillée au naïf par l’électronique, qu’il ignore.

...et(de mémoire)ses yeux en loto feraient-ils, comme dit Joyce, craquer leurs marges sur seulement deux billets du Club: celui consacré par Edmond Kober à Bénédicte Taurine, MP, Member of Parliament, députée à la Chambre, jetée à terre, par derrière, de la main scélérate et immensément lâche d’un membre des «forces de l’ordre »(un homme armé poussant dans le dos avec violence une femme, représentante du peuple souverain dans une manifestation légale, n’est-il pas infiniment plus abject que le dernier des voyous renversant une adolescente qui fait la quête au bénéfice des paralytiques?) - et celui, admirable de force et de clarté, et remarquable par la hauteur de vue et le sang-froid, où la colère serait normale et légitime, d’Éric Fassin, arbitrairement récusé comme témoin et comme sociologue au procès des « Sept de Briançon », peut-être se dirait-il ceci, le Voyageur: que le principe régulateur, la maxime universelle,  la loi morale, prévalant au lieu dit France, anciennement dit aussi pays des droits de l’homme, serait: deux poids, deux mesures. À ses côtés un interprète, un truchement à la triste figure, lui fournirait les mots d’injustice et d’ignominie; trop abstraits, à l’usage, pour la créature de Mars, Sirius, ou(dans une autre hypothèse, ma préférée, de Mira de la Baleine). Mais, prenant la parole, la créature dirait: j’aurais compris qu’à ce stade de la décomposition de la République, il ne saurait en aller différemment. Ça ne peut fonctionner qu’ainsi: deux poids, deux mesures, injustice maintenant fondamentale. Et c’est pourquoi aussi la répression commence à se montrer aussi crûment: c’est que la manifestation de cet état de chose est intolérable au pouvoir lui-même. Il est inacceptable pour lui que ça se constate et se dise, soit proclamé et partagé. Alors, dirait le TALTF, le truchement à la triste figure, l’expédient classique se nomme fascisme. Le Voyageur serrerait ce mot dans le bulbe de son esprit en dominos faisant craquer leurs marges, et repartirait annoncer la triste nouvelle à ses concitoyens de la planète, ou de l’astre.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.