LETTRE A M. DAVID PUJADAS, Emission Des Paroles et des Actes du 22.10.2015

Concerne : Emission "Des Paroles et des Actes" du jeudi 22 octobre 2015.

 A l'attention de M. David Pujadas, Présentateur de l'émission.

 TORCY, le 23 octobre 2015.

 Monsieur,

De très nombreuses voix se sont fait entendre à travers toute la France pour protester contre la cinquième invitation formulée en quatre ans à votre invitée d'hier soir. En effet, cette cinquième invitation constituait une faute déontologique et politique. Vous avez alors voulu rétablir l'équilibre en ajoutant d'autres contradicteurs. Mais votre invitée, sur un caprice de diva, a préféré renoncer. (Vous auriez pourtant dû vous y préparer : elle vous avait déjà fait le coup...) .

Vous avez alors commis votre seconde erreur déontologique et politique : Vous avez supprimé purement et simplement l'émission.

Or je vous rappelle que M. François Asselineau, Président fondateur de l'UPR, Union Populaire Républicaine, vous a informé, par un communiqué de presse daté 21 octobre, qui vous laissait donc un délai de 24 heures,  se tenir prêt à débattre avec votre invitée. Vous l'avez simplement ignoré. Il aurait très bien pu, après la défection de cette dame, débattre avec les contradicteurs que vous aviez prévus pour elle.

Vous auriez pu, vous auriez dû saisir cette chance pour rétablir le pluralisme des idées sur votre chaine, afin de faire connaître sur la télévision publique les idées que présente le président de l'UPR. Vous devez faire connaître M. François Asselineau et l'UPR aux Français. C'est un devoir d'honnêteté professionnelle, ce n'est pas facultatif. C'est votre ardente obligation d'information.

Lors du journal télévisé de 20h du 22 octobre, vous avez indiqué que votre émission continuerait, et qu'elle favoriserait le débat démocratique. Tous en acceptent l'augure. Mais les téléspectateurs de France 2 ne pourront pas considérer que cette démocratie pluraliste soit advenue tant que vous n'aurez pas invité le président de l'UPR à présenter ses idées aux Français et tant que vous continuerez de lui opposer la censure et l'omertà.

La télévision publique appartient au peuple souverain. J'en suis un des citoyens et à ce titre, votre patron.

Je vous enjoins donc, Monsieur Pujadas, de reconsidérer sérieusement et positivement l'invitation de M. Asselineau à votre prochaine émission "Des Paroles et des Actes".

Et si d'aventure le refus venait non de vous, mais de votre rédacteur en chef, suggérez-lui que le peuple souverain est son patron à lui aussi.

Veuillez croire, Monsieur, à l'expression de mes salutations démocratiques.

 André Marchal, membre adhérent de l'UPR, 77200 TORCY

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.