Le hijab et l'hypocrisie française

Dans le pays de la liberté, l'égalité et la fraternité pourquoi avons-nous tellement de problèmes avec le hijab? L’hypocrisie est palpable, mais passe bien au-dessus de la tête de certains. Parce que n’est-ce-pas, au fond, une forme d’oppression de dire aux femmes ce qu’elles peuvent ou non porter ?

Femme portant le Hijab © Photo by Ambar Simpang from Pexels Femme portant le Hijab © Photo by Ambar Simpang from Pexels
Le voile islamique fait trembler la France. Pour les uns, ce bout de tissu est un affront à la laïcité, pour les autres, il est le symbole de l’oppression des femmes.

L’hypocrisie est palpable, mais passe bien au-dessus de la tête de certains. Parce que n’est-ce-pas, au fond, une forme d’oppression de dire aux femmes ce qu’elles peuvent ou non porter ?

Prenez la polémique du hijab sportif à Décathlon, par exemple. La marque de vêtements de sport a dû revenir sur sa décision de vendre des hijab sportif le mois dernier après que nos cow-boys de la République française ont appelé au boycott de l’enseigne sportive sur les réseaux sociaux ainsi que dans la presse. Une polémique qui a d’ailleurs fait de la France une risée dans la presse internationale avec un édito dans le Washington Post intitulé : "Un hijab pour les coureuses musulmanes? En France, c'est un scandale".

En parlant d’oppression de la femme, je ne vois pas nos champions des droits des femmes musulmanes dire quoi que ce soit sur le harcèlement des femmes dans les rues. Ou sur la taxe des tampons et la précarité menstruelle. Comme quoi, le droit des femmes est seulement important dans le cas du hijab.

Pourtant Jacinda Arden, première ministre de la Nouvelle-Zélande, a effectivement montré dans les jours après le massacre de 50 musulmans dans une mosquée que le hijab n’est pas un outil d’oppression de la femme dans les pays libres.

Pour soutenir la communauté musulmane, Jacinda Arden a en effet porté le voile dans une mosquée. Un symbole de soutien face à une violence extrême et islamophobe.

Beaucoup d’autres femmes puissantes portent également le voile. Malala Yousafzai, l’activiste Pakistanaise qui rend l’éducation accessible aux femmes et la plus jeune personne à recevoir le prix Nobel de la Paix, le porte aussi.

Comme quoi, le voile n’empêche pas d’être une femme puissante et respectée à travers le monde.

Le voile prend des formes diverses et variées dans presque toutes les religions. Les nonnes, les Juives orthodoxes ainsi que les femmes Hindous le portent aussi. Alors pourquoi est-ce que l’on ne parle que du voile islamique ? Peut-être est-ce une peur de l’Islam attisée par les paroles de personnes comme Marine Le Pen qui ne cesse de vouloir protéger une France qui n’en a pas besoin. En effet, dans un tweet du 16 mars, Marine Le Pen a dit "Dans notre Europe, on n'acceptera pas la charia ! On n'acceptera pas ce code de loi particulièrement contraire à nos valeurs de civilisation ! On n'acceptera pas que l'on voile des petites filles !".

Tesneem Ayoub, une amie à moi que j’ai rencontrée pendant mes études en Angleterre et qui porte la jilbab, m’a dit que son choix à été fait pour être, avant tout, plus proche de Dieu.

Un accoutrement modeste lui a aussi permis une croissance personnelle : “Pour moi, ça apporte un équilibre. Donc les gens qui ne me connaissent pas voient qui je suis en tant que personne avant tout. C’est-à-dire mon intelligence”. Porter le voile lui permet de se concentrer sur ses valeurs personnelles, sa religion et son intelligence au lieu de sa beauté physique. Tesneem m’a aussi dit que porter le voile lui permet de se sentir plus proche des femmes historiques musulmanes qui ont transformées l’histoire par leurs actions et leurs intelligences - non pas leur beauté physique.

Tesneem m’a ouvert les yeux par rapport au port du voile. Chaque femme à des raisons très différentes pour le porter et pourtant en France, on ne leur demande pas leur avis. Le voile islamique est automatiquement vu comme un outil d’oppression.

Il n’y a qu’à regarder les débats autour du voile : les femmes musulmanes ne sont pas incluses dans la conversation. Les minorités en France sont ignorées et c’est le comble de voir les débats qui les concernent directement être conduits par des hommes blancs. Est-ce trop demander aux médias et politiciens de demander l’avis d’une femme concernée ? On parle d’un bout de tissu qui oppresse la femme, mais les médias et les politiciens ne pensent même pas à donner une voix aux Françaises voilées.

L’islamophobie est en hausse en France. À Bergerac, dans la Dordogne, une mosquée a été vandalisée la semaine dernière. En effet, les casseurs ont mis une tête de porc à l’entrée et renversé du sang d’animal. La guerre contre le hijab n’a rien à voir avec le droit des femmes et tout à voir avec l’islamophobie.

C’est une honte que l’islamophobie se cache derrière un faux-féminisme qui se dit vouloir protéger les femmes. Les protéger de qui ? D’elles-mêmes ? Les femmes sont-elles trop stupides pour faire un choix vestimentaire? Apparemment.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.