Des projets de tramway sans projets de villes

Article publié le 28/02/2017 sur le HuffPost Algérie (site fermé depuis 2019).

Après Alger, Constantine et Oran, d’autres villes comme Annaba, Batna, Mostaganem, Ouargla, Sétif et Sidi Bel Abbès auront prochainement leurs tramways. Cette multiplication des projets à travers l’ensemble du territoire national algérien est le résultat d’une politique volontariste venant des plus hautes instances de l’État et non d’une décision des villes. Il s’agit avant tout de projets de transport pilotés au niveau national par le Ministère des Transports et l’Entreprise du Métro d’Alger (EMA) et au niveau « local » par la direction des transports de chaque Wilaya et les Wilayas elles-mêmes. Les études, quant à elles, sont faites dans une logique d’ingénieurs, souvent par des entreprises étrangères ou mixtes, à travers un calcul des flux de circulation et une localisation des densités de logement. 

Les premières lignes réalisées à Alger, Constantine et Oran, semblent d’après les premiers résultats répondre à la demande de transport des habitants. Elles sembleraient avoir atteint leurs objectifs, malgré le faible taux de fréquentation calculé avec la vente des billets. La fraude est importante  (pour reprendre les mots du directeur de l’EMA) et les observations de terrain semblent montrer malgré tout une forte fréquentation. Cependant, est-ce suffisant ? Est-ce qu’un tramway peut être un simple projet de transport ?

Cela fait déjà plus de cinq ans que le tramway d’Alger est en service et l’heure du bilan semble avoir sonné. C’est du moins ce que tente de faire le séminaire qui s’est tenu à Alger les 19 et 20 février 2017, sous le thème « Le tramway en Algérie, un instrument de développement durable : mythe ou réalité ? ». Si je devais répondre directement à cette question, je crierais haut et fort qu’il s’agit d’un mythe, non pas parce que l’objet tramway lui-même ne peut pas répondre aux enjeux environnementaux, sociaux et économiques du développement durable, mais parce que cette notion doit être approchée de manière globale. Le tramway ne peut répondre à un quelconque développement, qu’il soit durable ou non, s’il s’inscrit uniquement dans une approche sectorielle de transport. De même s’il ne contribue pas à construire un projet de ville ou s’il n’est pas accompagné d’une vision de développement de cette dernière. 

Les projets de tramways en Algérie semblent donc avoir en commun une vision sectorielle centralisée qui se soucie peu des préoccupations locales. Les tramways n’adhérent que très peu au territoire et sont conçus comme des lignes où l’espace public n’est réaménagé que dans l’épaisseur de la voirie qu’ils traversent. L’espace se situant de part et d’autre n’est pas pris en considération, si ce n’est dans les cas d’expropriations foncières. Au lieu de tisser des liens entre les parties fragmentées des territoires, ils contribuent souvent à accentuer les fragmentations existantes ou à en créer de nouvelles. De plus, le développement des bords n’a pas fait l’objet d’études préalables ou de stratégies urbanistiques. Ils sont voués de ce fait aux stratégies des acteurs individuels ou des acteurs économiques privés qui agissent au détriment du bien commun. 

La question du décalage entre une approche métropolitaine - qui porte, certes, ses fruits en terme de transport, et la réalité locale de la ville, m’a particulièrement intéressée dans le cadre de mes travaux de recherche, menés à l’Université catholique de Louvain (Belgique). En partant d’une analyse fine des formes urbaines, des pratiques et des jeux d’acteurs, j’y propose des outils et des approches nouvelles qui permettraient, en se basant sur le projet actuel du tramway d’Alger et sur la réalité des pratiques qui gravitent autour, de passer d’un projet de transport à un projet de ville. L’espace public est ici compris comme objet de médiation entre les acteurs et comme fabricant de lien entre les différentes parties du territoire.

L'in-adhérence du tramway d'Alger © Aniss Mezoued - EPFLausanne

La vidéo est tirée du cours en ligne « Mobilité et Urbanisme » développé à l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) par Prof. Vincent Kaufmann (EPFL), Dr. Aniss M. Mezoued et Prof. Bernard Declève (UCL).

Pour aller plus loin sur le sujet, je vous invite à consulter la thèse de doctorat « La mise en récit de l’urbanisme algérois, passé, présent, futur. À la recherche des conditions d’institution de l’espace public comme médiation et comme projet. Cas du tramway d’Alger ». Elle est disponible en ligne et publiée aux presses universitaires de Louvain. 

C’est en tout cas ce que met en avant ma thèse de doctorat soutenue en 2015 à l’Université catholique de Louvain, sous le titre «  La mise en récit de l’urbanisme algérois, passé, présent, futur. À la recherche des conditions d’institution de l’espace public comme médiation et comme projet. Cas du tramway d’Alger » (disponible en ligne gratuitement ou en vente en version papier). Elle démontre le décalage entre une approche métropolitaine - qui porte, certes, ses fruits en terme de transport, et la réalité locale de la ville. En partant d’une analyse fine des formes urbaines, des pratiques et des jeux d’acteurs, la thèse propose des outils et des approches nouvelles qui permettraient, en se basant sur le projet actuel du tramway d’Alger et sur la réalité des pratiques qui gravitent autour, de passer d’un projet de transport à un projet de ville. Elle prend pour support l’espace public comme objet de médiation entre les acteurs et comme fabricant de lien entre les différentes parties du territoire.

Pour aller plus loin sur le sujet, je vous invite à consulter la thèse de doctorat « La mise en récit de l'urbanisme algérois, passé, présent, futur. À la recherche des conditions d'institution de l'espace public comme médiation et comme projet. Cas du tramway d'Alger ». Elle est disponible en ligne et publiée aux Presses universitaires de Louvain.

La mise en récit de l'urbanisme algérois, passé, présent, futur. À la recherche des conditions d'institution de l'espace public comme médiation et comme projet. Cas du tramway d'Alger © Aniss Mezoued La mise en récit de l'urbanisme algérois, passé, présent, futur. À la recherche des conditions d'institution de l'espace public comme médiation et comme projet. Cas du tramway d'Alger © Aniss Mezoued

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.