Quand un président de syndicat patronal est transformé en "pauv' p'tit artisan" par France 2

Le 20 juin au JT de 20h de France 2, une nouvelle charge contre la grève SNCF se met en place.

Après avoir présenté l'état du trafic, Laurent delahousse d'un air attristé fait état du "coût de la grève". S'ensuit un reportage avec interview du patron de la SNCF, d'un directeur d'une usine chimique et enfin "d'un petit artisan couvreur Olivier Boudon" président de la S2iB est-il noté en sous-titre.

Pour faire bonne mesure, Olivier Boudon est juché sur un toit, avec un rapide zoom sur ses chaussures de chantier et sur quelques ouviers qui travaillent le zinc. Une image coupée de mains qui travaillent peut même faire penser que ce sont les siennes.... Bref, un "vrai" artisan, un "travailleur", un "p'tit patron" qui va perdre de l'argent à cause de ces grévistes qui mettent péril la p'tite entreprise. Olivier Boudon fait le calcul d'ailleurs, plusieurs milliers d'euros qui viennent s'ajouter aux centaines de milliers d'euros qui ont valsé aux oreilles des spectateurs précédemment.

Alors convaincant ce reportage à visionner ci-dessous entre 15:47 et 19:27 ????

http://www.francetvinfo.fr/replay-jt/france-2/20-heures/jt-de-20h-du-vendredi-20-juin-2014_622215.html

Problème:

Ce reportage est totalement à charge, pas une interview de gréviste, de responsable syndical.

Il est fait état des "coûts" sans que jamais "les recettes" de cette grève ne soient évoquées: frais de fonctionnement diminués du fait de l'arrêt des trains, salaires et cotisations non versés aux grévistes.

Enfin, il est totalement manipulé car le "p'tit artisan couvreur" Olivier Boudon se révèle en fait être le président de la CGPME, syndicat patronal qui réclame "l'encadrement du droit de grève " en particulier en direction "des nantis" que sont les cheminots.

  • Indignée par ce reportage, je contacte le Mediateur de l'Info le 20 juin par mel:

"Inadmissible de voir dans un journal de grande écoute un reportage à charge sur "le coût de la grève" des personnels de la SNCF. On aurait pu s'attendre à une interview, même courte, d'un personnel, d'un syndicaliste! Rien. Que le point de vue du Medef et des chiffres fantaisistes qui me faisaient penser à la fameuse scène de l'Avare de Molière où "on lui compte pour argent comptant des dépenses non faites" , ici c'était des gains supposés que l'on additionnait à qui mieux, mieux! Ah! ce "petit" couvreur, Olivier Boudon, témoignant de sa perte de salaire!!! On a juste oublié de préciser que ce "petit" artisan est président de la CGPME et que c'est une vraie star de la télé déjà interrogé sur le rapport Gallois "compétitivité" en 2012!!! Mensonges, désinformation,propagande, c'est inadmissible dans une supposée démocratie."

  • Lundi 23 juin, je n'ai aucun accusé de réception du Mediateur, je le contacte à nouveau et voici la réponse:

Bonjour Madame,

Vous avez effectivement raison. Bien qu'involontaire, cette erreur est gênante pour la crédibilité de l'ensemble. J'ai fait une note à la direction de l'information appelant à la plus extrême vigilance en la matière: toute responsabilité syndicale ou politique d'un interviewé doit être mentionnée.

Cordialement

Nicolas Jacobs - Médiateur de l'information -France 2


Et voilà! La démocratie attendra! pas de contre reportage à l'horizon, pas de rectificatif...non, seulement une note à la direction de l'Information pour signaler une "erreur involontaire qui nuit à la crédibilité de l'ensemble"!

Un reportage à charge, présentant des chiffres invérifiables et incomplets, un "faux p'tit artisan" (mais vrai réac!), une désinformation manifeste, nous ne devons pas en rester là! Dénonçons ces manipulations médiatiques insupportables et anti démocratiques!

En 1940, on disait "Radio Paris vous ment, Radio Paris est allemand"

En 2014, nous devons dire "France 2 vous ment, France 2 sert le gouvernement!"

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.