Lycée Saint Paul Vannes: sous les résultats, le tri sélectif....

Le palmarès des Lycées ou la grande illusion.

Comme chaque année, les journaux ont publié les résultats au baccalauréat des Lycées Privés et Publics du Morbihan. Comme chaque année, les lycées privés, avec une régularité de métronome, trustent les premières places. Avec la même régularité de métronome, ces mêmes lycées affichent des scores défiant toute concurrence,99%, 100% de réussite au baccalauréat! Tous ces établissements affirment ne pratiquer aucune sélection. Bien au contraire: on peut lire dans leurs projets d'établissement qu'ils ont à coeur "d'accompagner chaque lycéen dans son parcours de réussite ...dans un climat de confiance...où l'élève devient maître de ses choix".

L'article de Ouest France  apporte un éclairage bien différent et plus cynique sur des pratiques qui relèvent davantage du tri sélectif que de l'accompagnement pédagogique!

vannes-les-lycees-prives-sont-ils-plus-selectifs-que-les-autres

Alix DEMAISON Ouest France 1/04/2016

 

Les lycées privés font-ils une sélection à l'entrée et pendant le parcours scolaire ? Si la question est posée depuis des années, la réponse est toujours aussi controversée.

Suite à notre article publiant les indicateurs de taux de réussite au baccalauréat dans les établissements vannetais, une lectrice, qui souhaite rester anonyme, a réagi aux propos d’Olivier Moisan, directeur du lycée privé Saint-Paul.

Sélection à l'entrée et en cours d'année Ce dernier assure, comme plusieurs années, qu'il n'y a pas de sélection dans son lycée. « C’est faux, cet établissement, comme tous les lycées privés, fait une sélection à l’entrée mais aussi en cours d’année, notamment après la seconde », affirme-t-elle, preuve à l’appui.

Deux bulletins au 3e trimestre Avec son courrier, elle a joint plusieurs photocopies de bulletins scolaires datant de l’année 2013-2014. En fin de seconde, la moyenne de cet élève, dont l’identité n’a pas été communiquée, s’élève à 9,8 sur 20, et certains commentaires de professeurs témoignent d’un manque d’investissement et de travail. « Ce n’est pas le problème. On constate clairement que pour le troisième trimestre, deux bulletins ont été émis », insiste cette Vannetaise.

La conclusion du premier bulletin du 3e trimestre, signé par le proviseur, donne un avis favorable pour un passage en première STI2D (sciences et technologiques de l’industrie et du développement durable), une filière non proposée par le lycée.

Mais un second, non signé, autorise cette fois un passage en classe S, « avec réserves et sans garantie », dans un autre établissement. Ce document « a été édité par le directeur du lycée privé pour permettre une inscription dans le public », martèle l’auteur du courrier.

Deux versions Interrogé, Olivier Moisan, à la tête de Saint-Paul, livre une autre interprétation. « Cela arrive qu’à l’issue d’un conseil de classe, la décision ne plaise pas aux parents. Ils peuvent demander à me rencontrer et je peux changer l’avis, et réaliser un autre bulletin. »

Règlement à l'amiable ? Une façon d’exclure, à l’amiable, certains élèves de son propre établissement ? « Non !, repète le directeur. Ce n’est pas de la sélection. Il n’y a pas que la moyenne qui compte pour l’accès à une filière, il faut aussi s’intéresser au profil de l’élève. Il est de notre devoir de leur conseiller une série dans laquelle ils ont les chances de réussir. »

Attitude décisive« L’attitude d’un élève est une raison qui peut remettre en cause un passage », se défend Olivier Moisan.

« Nous signons un ’contrat’ d’un an, rappelle-t-il. Si le comportement de l’élève n’y répond pas, ou plus, nous sommes en droit de ne pas le réinscrire l’année d’après. » Des cas qu’il estime néanmoins « très rares ».

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.