Merci pour ce moment la critique de Lana Morphose

Bonjour, je suis tombée sur la critique de ce livre et j'aimerais bien connaitre votre point de vue?
Ainsi cette bloggeuse pense que Mme Trierweiler a été victime d'un "Bashing" qui tient davantage d'un effet corporatiste de classe sociale que d'une réelle critique d'un bouquin... 

 

Merci pour ce moment

Publié le 7 septembre 2014 par Lana Morphose

Merci pour ce moment

Cet ouvrage qui retrace les quelques mois de la vie à l’Elysée de Mme Valérie Trierweiler avec François Hollande a été décrié unanimement par l’ensemble de la classe politique française ainsi que par l’ensemble des journalistes, en chœur, à l’unisson.
Cette unanimité m’a encouragée à acheter le livre afin de comprendre en quoi il était une « atteinte à la démocratie »ou dénoncé comme « vulgarité insoutenable », selonBHL, « insoutenable légèreté » selon Michèle Delaunay, « indécent » selon Thierry Marianni, « consternant » selon Jean-Vincent Placé, « Tout le monde n’a pas la chance de pouvoir écrire un bouquin » selon Claude Bartolone, « N’importe quoi » selon Ségolène Royal, pour Marine Le Pen, le livre et son contenu sont un "déshonneur pour la France" et Manuel Valls dénonce des attaques "outrancières"… ect…

Je n’avais pas l’intention d’acheter ce livre, je n’avais pas de sympathie particulière pour Mme Trierweiler mais cette unanimité me semblait vraiment suspecte… si ce livre est si consternant, si vulgaire pourquoi prendre la peine de le commenter ?

Au fil des pages qui se lisent très vite (oui ! nous sommes d’accord ce n’est pas de la littérature), on découvre simplement un récit, un témoignage ! La presse l'a présenté comme particulièrement vengeur mais ce n’est pas mon ressenti à la lecture de cet ouvrage. J’ai même lu sur un site de presse qu’il laissait mal à l’aise après sa fermeture… mais quelle mauvaise foi ! un ouvrage sur la pédophilie ou faisant l’apologie du tourisme sexuel en Thaïlande auprès de jeunes très jeunes éphèbes par certains de nos ministres aurait eu de quoi mettre mal à l’aise…. Mais là ?

Vu la façon dont il avait été présenté dans la presse, je m’attendais à un portrait de François Hollande dressé au vitriol mais en fait, je découvre un simple témoignage, d’amour principalement, mais qui se durcit à la fin.

A sa manière cet ouvrage écrit la « comédie humaine » de 2014 et ses personnages sont très balzaciens malgré la fronde des libraires à son encontre…

On y découvre une femme dévorée par une passion pour un homme et dont le fossé des origines sociales a été la cause de tous les débordements.

Son Illégitimité réelle et ressentie sera la cause d’un état de souffrance permanent que son compagnon ne fera rien pour soulager.
Sentiment niché très profond dans les recoins de son enfance, Mme Trierweler nous livre les explications de son comportement à l’apparence excessif.
Qd elle nous raconte l’histoire de cette camarade de classe qui lui confie que ses parents ne veulent plus qu’elle vienne la voir chez elle car elle n’est pas de la bonne classe sociale… c’est cette blessure sans cesse réactivée par sa relation avec François Hollande qui l’a renvoyée encore et encore à cette illégitimité dont elle parle longuement dans ce livre.

Le problème français du conservatisme et du fossé à ne pas traverser… Tu es née de ce côté de la barrière tu dois y rester… Jamais François Hollande ne l’aurait épousée et dans son fond intérieur elle devait le savoir. Son niveau social lui interdisait un tel mariage. Mme Trierweler était condamnée à n’être qu’une maîtresse, une illégitime même pas une Montespan comme le fut Ségolène Royal...
C’est ainsi qu’elle rentrait à l’Elysée par la porte de derrière, jamais la porte principale, les journalistes, les amis, François Hollande lui-même, et même Elle ! Tout le monde dans cette histoire a toujours considéré Valérie Trierweler comme une illégitime… Moquée à l’étranger cette situation lui a même valu le surnom de « First Girlfriend of France »…

Ce livre n’est pas une atteinte à la démocratie mais la dénonciation du poison des français, de l’immobilisme et de la grangrène : le conservatisme, le sexisme, le machisme !
Ce livre nous montre que le pouvoir en France est encore, et malgré la république, très « monarchique » et que les apparences sont bien trompeuses.

Ce que ce livre nous apprend sur notre république c’est qu’il est temps de la réformer de la moderniser.


Lana Morphose

Merci pour ce moment

source:  http://leregarddelana.over-blog.com/2014/09/merci-pour-ce-moment.html

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.