Le Vaccin Contre la Covid 19: Une Histoire Sordide

Mon médecin de campagne français refuse catégoriquement de prescrire l’hydroxychloroquine pour traiter les premiers symptômes de la COVID-19...Il est effrayant de penser qu’un médicament vendu en vente libre comme l’aspirine est soudainement devenu indisponible parce qu’il est bon marché et donc une menace pour les plans de profit de Big Pharma. Sinon, comment peut-on comprendre ce scandale ?

LE VACCIN CONTRE LA COVID-19 : UNE HISTOIRE SORDIDE

Traduit de l’Anglais par Reverso.

Précédemment publié sur mon site https://www.mscureenigmas.net/

Mon médecin de campagne français refuse catégoriquement de prescrire  l’hydroxychloroquine pour traiter les premiers symptômes de la COVID-19. Je ne crois pas qu’elle soit personnellement corrompue par Big Pharma (dans ce cas Gilead, producteur de Remdesivir) ou les lobbies des vaccins liée à l’OMS et Bill Gates. Mais elle vit dans la crainte des autorités médicales françaises qui sont. Comment peut-on comprendre autrement l’interdiction du gouvernement français sur HCQ ? Il est effrayant de penser qu’un médicament vendu en vente libre comme l’aspirine depuis 70 ans est soudainement devenu indisponible parce qu’il est bon marché et donc une menace pour les plans de profit de Big Pharma. Sinon, comment peut-on comprendre ce scandale ?

Ce n’est pas la science. En 2005, des études ont révélé que le HCQ réduisait la charge virale du coronavirus. En janvier 2020, le Dr Raoult a déclaré avec optimisme que le coronavirus COVID-19 pourrait être traité facilement et à peu de frais. À la fin de mars 2020, le Dr Zelenko a écrit une lettre ouverte au président Trump pour lui recommander son traitement du COVID-19 en consultation externe. 28 mai 2020 Le Dr Harvey A. Risch, de Yale, a confirmé l’utilisation efficace du HCQ en consultation externe pendant la première phase de la maladie. Il espère terminer l’étude de Yale sur le HCQ d’ici septembre 2020.

Ces chercheurs comprennent qu’il faut réduire la charge virale dans les premiers jours suivant l’apparition des symptômes, lorsque le virus est encore dans la gorge. Une fois qu’il descend dans les poumons, un autre processus de maladie s’installe dans lequel les vaisseaux sanguins de l’endothélium de tout le corps sont infectés conduisant à une défaillance des organes, des accidents vasculaires cérébraux, des dommages cardiaques. La recherche sur les dommages causés par la COVID-19 indique qu’il s’agit d’une maladie très grave qui devrait à tout prix être évitée AVANT l’hospitalisation. On ne peut avoir que 5 jours avant que des difficultés respiratoires n’en envoient un à l’hôpital.

Les traitements basés sur le soin des patients hospitalisés arrivent déjà trop tard. La moitié des patients « guéris » présentent des lésions cardiaques permanentes. Peut-être des lésions cérébrales. À l’avenir, nous pourrions constater qu’on ne se remet JAMAIS de la COVID-19. Des études révèlent déjà que les deux tiers de ceux qui se rétablissent de la première étape sans hospitalisation ne retrouvent pas leur force antérieure. (Le taux normal de faiblesse post-grippale est de 90 %.) Je crois que les élites qui font obstruction à l’utilisation de l’hydroxychloroquine sont effectivement coupables de crimes contre l’humanité, comme l’a dit le Dr Zelenko.
Je connais 2 protocoles de traitement importants.
1. Dr. Didier Raoult est directeur de l’Unité de Recherche sur les Maladies Infectieuses et Tropicales Émergentes à Marseille (Institut Hospitalo-Universitaire) (IHU), avec 200 employés. Raoult, aujourd’hui presque une célébrité en France, a récemment publié son protocole
https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1477893920302179
« patients traités pendant au moins trois jours avec le régime suivant : HCQ (200 mg trois fois par jour pendant dix jours) + AZ (500 mg le jour 1 suivi de 250 mg par jour pendant les quatre jours suivants). »
L’étude concomitante de Yale conclut : « En tant que première ligne de défense, elle devrait être immédiatement, librement et largement accessible aux patients présentant des symptômes à haut risque, par l’intermédiaire de cabinets de médecins, de cliniques externes et d’hôpitaux partout au pays. »
Pour une bonne discussion, voir (Étude de Yale : Introduction d’Elizabeth Woodsworth dans Global Research, 3 juillet 2020)

  1. Dr Zev Zelenko, États-Unis.

    « Je suggère le schéma de traitement immédiat suivant chez les patients à risque élevé présentant des symptômes :
    Hydroxychloroquine 200mg deux fois par jour pendant 5 jours
    Azithromycine 500mg une fois par jour pendant 5 jours
    Sulfate de zinc 220mg une fois par jour pendant 5 jours »

    Le Dr Zelenko a ajouté du zinc au protocole du Dr Raoult, qui semble raccourcir la durée du traitement.L’hydroxychloroquine agit ainsi non seulement pour supprimer le virus (surtout dans la gorge), mais pour aider le zinc à passer la paroi cellulaire où il peut arrêter la réplication virale. (Un symptôme observé de la COVID-19 est la perte de
    odeur et goût qui indique une carence en zinc. ) L’azithromycine est utilisée pour détruire les germes qui ont été libérés car le virus endommage la muqueuse pulmonaire.

    Alors pourquoi le Dr Fauci, l’OMS, le Président Macron, et les autorités médicales françaises refusent-elles d’approuver ce traitement efficace ? Pourquoi mentent-ils à ce sujet ? Pourquoi mon Docteur français croit-il que l’essai britannique RECOVERY représente une « vraie science » ? Se rend-elle compte qu’au lieu de 400 mg par jour pendant 5 jours, l’essai britannique (parrainé par l’OMS et la Fondation Gates) commence par administrer 2 400 mg les 24 premières heures, une dose toxique?

 

Elizabeth Woodsworth demande également : « Alors pourquoi soudainement le gouvernement américain et les médias ignorent les recommandations de ces spécialistes de haut niveau[5] et attendent plutôt que les gens deviennent très malades et hospitalisés pour les traiter avec le médicament relativement peu testé, Remdesivir, qui est administré par voie intraveineuse? »
La chronologie suivante jette encore plus de doute sur les intentions de nos élites médicales.
CHRONOLOGIE
Octobre 2019 Événement Johns Hopkins 201. Un aperçu ?
« Le Johns Hopkins Center for Health Security, en partenariat avec le Forum économique mondial et la Fondation Bill et Melinda Gates, a organisé l’événement 201, un exercice pandémique de haut niveau, le 18 octobre 2019, à New York, NY. L’exercice a illustré les domaines où des partenariats public/privé seront nécessaires pendant la réponse à une pandémie grave afin de réduire les conséquences économiques et sociétales à grande échelle. »
Décembre 2019 La Chine confirme l’éclosion de coronavirus à Wuhan.
Janvier 2020 La ministre de la Santé française Agnès Buzyn a besoin d’une ordonnance médicale pour l’hydroxychloroquine (HCQ) après avoir été disponible en vente libre depuis 1955 (découverte en 1934).
Janvier 2020 Le Dr Didier Raoult est convaincu que la COVID-19 peut être traitée facilement avec du HCQ, ce qui est très peu coûteux.
À la mi-mars, Mike Pompeo a parlé d’un « exercice ». Que voulait-il dire?
En mars 2020, le gouvernement français interdit aux médecins de prescrire des HCQ pour la COVID-19.
23 mars 2020 Le Dr Zelenko, de New York, envoie une lettre ouverte au Président Trump pour décrire son traitement réussi contre la COVID-19 à l’aide de HCQ, d’azithromycine et de sulfate de zinc.
Le président Trump prend au sérieux le travail du Dr Zelenko qui devient une question politique plutôt que scientifique.
Le Prof. Luc Montagnier déclare que la COVID-19 a été créée dans un laboratoire, les composants d’un virus SIDA ayant été insérés dans un coronavirus.
Le Dr Fauci nie cette affirmation, affirmant que la COVID-19 a évolué naturellement.

Wikipédia : « Anthony Stephen Fauci est un médecin et immunologiste américain qui est directeur du National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAID) depuis 1984. Depuis janvier 2020, il est l’un des principaux membres du Groupe de travail sur le coronavirus de la Maison-Blanche de l’administration Trump qui s’attaque à la pandémie de COVID-19 aux États-Unis.»
Le 5 mai 2020 Le Dr Raoult affiche son étude HCQ en ligne.
22 mai Le Dr Zelenko quitte son groupe médical pour être harcelé après 20 ans.
22 mai 2020 The Lancet : Une étude sur l’hydroxychloroquine (HCQ) administrée à près de 100 000 patients hospitalisés est publiée. Il prouve probablement que le HCQ est à la fois inefficace dans le traitement de la COVID-19 et dangereux.
25 mai Trois jours plus tard, l’OMS cesse toutes les études sur le HCQ.
27 mai À peine cinq jours plus tard, la France interdit la prescription de HCQ pour la COVID-19 et abandonne la recherche
Les Italiens, les Belges, les Suisses suivent.
27 mai Le Dr Didier Raoult publie une étude sur 3 737 patients traités avec succès par HCQ pour la COVID-19.
28 mai (6 jours après la publication de Lancet)) 120 scientifiques, médecins, chercheurs (seulement 2 sont français) envoient une lettre ouverte à The Lancet critiquant leur étude du 22 mai sur le HCQ. (Remarquez une réponse rapide. J’ai l’impression que les scientifiques en ont assez d’être obligés de mentir pour le but lucratif de Big Pharma.)
28 mai Publication de l’étude de Yale sur le HCQ.
2 juin The Lancet publie une « mise en garde » pour l’étude de recherche en milieu hospitalier de la HCQ
3 juin L’OMS reprend la recherche sur le HCQ.
4 juin Trois des quatre auteurs désavouent l’article du Lancet
3 juillet 2020 L’UE autorise Remdesivir pour les patients hospitalisés en raison de la COVID-19
14 juillet 2020 Le gouvernement français interdit toujours la prescription de HCQ pour la COVID-19.
QUE SE PASSE-T-IL?
La déclaration de Bill Gates selon laquelle les choses ne peuvent pas « revenir à la normale » tant que nous n’avons pas un vaccin pour prévenir la COVID-19 est répétée par le Main Stream Media (MSM), le Dr A Fauci et les autorités médicales de partout. Pourquoi l’OMS et divers gouvernements ont-ils agi si précipitamment après la publication de l’article du Lancet ? Pourquoi la France a-t-elle bloqué le traitement HCQ réussi du Dr Raoult?
Je crois que les empreintes de la Fondation Bill et Melinda Gates (BMGF) sont partout dans cette histoire. Je crois que Gates pense qu’il peut sauver le monde grâce aux vaccins. Il a promis 10 milliards de dollars pour ce projet. Par exemple, alors que les États-Unis contribuent 893 millions de dollars au budget de l’OMS, Gates contribue 902 millions de dollars par l’intermédiaire de la BMGF 531 millions de dollars et Gates affiliée à la GAVI Alliance (Vaccines) 371 millions de dollars. Donc, ce que Gates veut, Gates obtient. Gates peut penser qu’il peut héroïquement battre la pandémie de COVID-19 par un vaccin. Problème ? Il n’est pas prêt. Entre-temps, les gens sont malades et meurent de la COVID-19 et la ruine économique détruit des millions de vies. ET, il existe un traitement efficace, HCQ.
Entre-temps, une campagne de diffamation et d’obstruction légale nie l’utilisation de la cure d’hydroxychloroquine HCQ proposée utilisée avec succès par le Dr Raoult en France et le Dr Zelenko à New York.
Je ne pense pas que l’intérêt de Gates soit simplement de l’argent. Sa mère l’a élevé avec l’idée louable que « De ceux à qui on donne beaucoup, on attend beaucoup ». Apparemment, il a choisi Global Health comme cadeau à l’humanité, en particulier les vaccins. Il a peut-être un complexe de héros. Apparemment, il ne se rend pas compte qu’il a fait une erreur.

Toutefois, Gates ne sait peut-être pas que les vaccins ne sont pas un « bien » universel. Menaçant de cesser la fabrication de vaccins comme trop coûteux et pas assez rentable, Big Pharma a disputé une loi américaine limitant leur responsabilité en 1986, sachant que certaines personnes seraient gravement blessées par leurs produits. (Peut-être que le Dr Fauci indemnise Gilead pour l’échec de Remdesivir à traiter Ebola en l’imposant aux victimes de la COVID-19?)
Voir les articles de Robert F. Kennedy, Jr., qui a créé une fondation dédiée à alerter les gens sur les dangers de la vaccination. Le même Dr Buzyn qui a retiré le HCQ pour le vendre en janvier 2020 a imposé une augmentation des vaccinations obligatoires pour les écoliers français, qui sont passées de 3 DTP à 11 DTP supplémentaires (14 au total) comme exigence pour l’inscription à l’école. Nous avons des rapports de parents voyant leurs enfants brillants et alertes transformés en zombies après les tirs.
Pourquoi est-ce que je considère cette suppression de HCQ comme une histoire sordide? Pourquoi le traitement est-il rabaissé, discrédité, ridiculisé par les autorités médicales, les HARSAH et leurs responsables?
Parce que le HCQ est peu coûteux et qu’il agit pour guérir pendant la phase I respiratoire de la COVID-19 et prévient l’hospitalisation de phase 2 et le décès de phase 3. Non seulement il prévient de graves complications de santé après le rétablissement, mais il permet d’économiser des millions de dollars en coûts hospitaliers non dépensés. Pourquoi les gouvernements conscients du budget gaspillent-ils des fortunes? De plus, s’il existe un traitement médicamenteux efficace reconnu, un vaccin serait inutile. ET l’économie n’a pas besoin d’être fermée.
Bien sûr, pour fonctionner, la tri-thérapie HCQ AZ ZINC doit être administrée dans les jours suivant les symptômes. Le système de soins de santé doit être organisé et adapté. Le système médical américain devrait être mobilisé d’une manière sans précédent. Rejeter la solution HCQ est un moyen facile d’éviter de reconnaître le désastre d’un système de soins de santé privatisé. C’est peut-être le cas, mais pourquoi Emmanuel Macron, qui a passé trois heures à discuter de la question avec le Dr Raoult, se livrerait-il à cette sordide mascarade d’interdiction du traitement du HCQ en France?
Comment puis-je respecter le Président Macron et les Hautes Autorités Médicales Françaises pour m’avoir imposé ce désastre ainsi qu’au peuple français ?

Précédemment publié sur mon site https://www.mscureenigmas.net/
Mots clés : COVID-19, hydroxychloroquine, azithromycine, remdesivir, SRAS-CoV-2, zinc, Dr Raoult, Dr Zelenko, Bill Gates, OMS, Pres Macron

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.