ANNE BOUILLON
Avocate. Spécialisée en défense des femmes victimes de violences
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 mars 2020

ANNE BOUILLON
Avocate. Spécialisée en défense des femmes victimes de violences
Abonné·e de Mediapart

Journal de confinement d'une avocate impuissante

À la manière de telle autrice, ou de tel chroniqueur, à mon tour de proposer mon « journal de confinement ». Journal d'une avocate en droit des femmes confinée. Avocates en télétravail, cela ne veut rien dire. La défense virtuelle, ça n'existe pas. Mon journal d'avocate en droit des femmes est celui de ma frustration. De mon impuissance quotidienne.

ANNE BOUILLON
Avocate. Spécialisée en défense des femmes victimes de violences
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A la manière de telle autrice, ou de tel chroniqueur, à mon tour de proposer mon "journal de confinement".

Journal d'une avocate en droit des femmes confinée. Attention il n'y aura ici ni recettes, ni concours de puzzle, pas plus que de yoga matinal.

Depuis le 17 mars dernier mon cabinet est fermé. Le rideau est tiré. Comme tout le monde je suis chez moi...

Avec mes collaboratrices nous "télé travaillons". C'est à dire que nous avons toutes pris de grosses piles de dossiers, celles des urgences, les poussiéreuses, la pile des difficiles, un ordinateur et nos téléphones intelligents, avant de fermer derrière nous la porte du bureau.

Depuis le 17 mars, de chez nous, nous maintenons des horaires, nous trions des documents, nous rédigeons des projets d'actes, nous écrivons des mails, beaucoup de mails, passons des coups de fils... Nous faisons comme tout le monde : Face-Time, Whatsapp, live sur Facebook....

Nous luttons contre la tentation de brasser du vent. 

Nous comblons le vide qui remplit tout. 

Avocates en télétravail, cela ne veut rien dire. La défense virtuelle, ça n'existe pas. 

En tout cas je ne sais pas la pratiquer.

Pour défendre, il faut se rencontrer, se parler, se voir. Il faut se regarder, essayer de se comprendre se rejoindre. Se toucher parfois. Il faut aussi se jauger, se renifler, se sentir ou ne pas se sentir et finalement décider de nouer ce pacte de défense, de confiance et d'engagement. 

Ce métier est nécessairement corporel. Il est physique, incarné et même charnel. Il est fait de voix, de silences, de corps qui se lèvent et qui plaident. Il revêt parfois les atours d'un sport de combat. Il se pratique en robe et dans les Palais. Pas derrière un écran.

Depuis le 17 mars, c'est le vide qui gagne du terrain dans notre quotidien d'avocates: audiences reportées sine-die, expertises médico-légales différées, rendez vous annulés.

En sécurité chez nous, nous ne pouvons plus défendre les victimes de violences conjugales aux cotés desquelles nous intervenons tous les jours; Victimes qui elles se retrouvent confinées là même ou elles souffrent et enfermées avec celui qui les violente. 

Les juges sont devenus quasi inaccessibles, les rares audiences qui se tiennent encore se font par visio-conférence, les palais de justice sont cadenassés.

Alors dans mon journal de confinement, on trouve du vide et du silence. 

Le silence de toutes celles qui s’apprêtaient il y a 10 jours encore à sauter le pas, à partir, fuir,  et avec lesquelles avait été répété et peaufiné le scénario de la mise à l'abri. 

De celles là plus de nouvelles. Que deviennent- elles ? Que vivent- elles ? Leur projet d’exfiltration a t-il été découvert ? EN subissent-elles les conséquences ?

Au silence, additionnons la solitude de celles qui se trouvent désormais prises au piège. Toute sortie du domicile est désormais conditionnée à l'accord de Monsieur ET à une case à cocher !

L'emprise trouve ces jours ci les conditions idéales à son plein épanouissement.

Hier l'une d'elles profite de l'absence éphémère de son mari. Elle m'envoie un mail. Je la rappelle immédiatement. Elle m'explique que cette fois ca y est, il a porté la main sur elle. Il a dépassé le cap des simples insultes et l'a jeté contre le mur, a cassé l'ordinateur et lui a hurlé sa rage au visage sous les yeux ébahis et de leur gamin de 5 ans. Depuis elle est pétrifiée. Elle raccroche précipitamment. 

Une autre a cru pouvoir profiter de l'annonce du confinement pour trouver refuge avec les gosses chez de la famille en Basse Bretagne. Monsieur ne s'est pas laissé berner. Il est venu récupérer tout le monde et depuis règle ses comptes, toutes portes fermées.

Une autre enfin me dit qu'elle a voulu déposer plainte. Mais qu'il lui a été demandé de revenir après le confinement. Pour l'heure les forces de l'ordre sont mobilisées sur d'autres fronts.

Mon journal d'avocate en droit des femmes est celui de ma frustration. De mon impuissance quotidienne.

Finalement pas grand chose en comparaison de ce qu'elles sont en train de vivre.....

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Entre les États-Unis et l’Europe, l’ombre d’une guerre commerciale
L’adoption d’un programme de 369 milliards de dollars par le gouvernement américain, destiné à attirer tous les groupes sur son territoire, fait craindre une désindustrialisation massive en Europe. Les Européens se divisent sur la façon d’y répondre. 
par Martine Orange
Journal — Services publics
« RER régionaux » : une annonce qui masque la débâcle des transports publics
En lançant soudainement l’idée de créer des réseaux de trains express dans dix métropoles françaises, Emmanuel Macron espère détourner l’attention du délabrement déjà bien avancé de la SNCF et de la RATP, et du sous-investissement chronique de l’État.
par Dan Israel et Khedidja Zerouali
Journal — Fiscalité
Le budget de la ville de Paris est-il vraiment une escroquerie ?
Le ministre des comptes publics Gabriel Attal estime que la gestion budgétaire de la mairie de Paris s’apparente à une pyramide de Ponzi. Une vision caricaturale, qui plus est venant d’un gouvernement qui creuse le déficit de l’État à coups de baisses d’impôts.  
par Mathias Thépot
Journal
La ministre Caroline Cayeux démissionne en raison d’un patrimoine « sous-évalué »
Caroline Cayeux a démissionné de son poste de ministre déléguée aux collectivités territoriales. La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique s’apprêtait à statuer sur son cas, lui reprochant des irrégularités dans sa déclaration de patrimoine.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Dieu Arc-en-Ciel
« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.
par moineau persan
Billet de blog
Voix d'Iran : la question du mariage forcé (et du viol) en prison
Ce texte est une réponse à la question que j'ai relayée à plusieurs de mes proches, concernant les rumeurs de mariages forcés (suivis de viols) des jeunes filles condamnées à mort.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma
Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart