Le 7 mai c'est sans moi

Aux donneurs de leçons super antifa

Je n'ai jamais jamais cessé de combattre le racisme tonitruant des ignorants et des haineux, et aussi le bien pensant, celui de l'entre-soi des goûters d'anniversaire des quartiers gentrifiés, je n'ai jamais cessé de me révolter contre la maltraitance des enfants d'immigrés pauvres et de leur famille jusque dans nos écoles dites républicaines. 
Vous ne devez pas être nombreux à avoir reçu un coup de téléphone à 8 heures du matin d'une maman en pleurs (elle a trouvé mon numéro sur le site d'une association de parents d'élèves) qui m'explique qu'en l'attente d'une régularisation, elle vit dans un foyer provisoire à 1h30 de l'école de son fils et que tous les matins la directrice de l'école lui fait des remarques sur la fatigue de son enfant et la pousse à le déscolariser. Beaucoup d'entre vous pensaient que j'exagérais quand je transmettais des témoignages de ces maltraitances, beaucoup me regardaient avec la distance réservée aux idéalistes révoltés du dimanche.
Pendant que vous lisiez des livres qui ne vous servent à rien, j'ai combattu mes propres a priori misérabilistes et je les ai vaincus, ce qui m'a appris à ne pas me comporter en donneuse de leçons et m'écarte de tout eugénisme social.
La haine du peuple est là, il réclame du travail et des droits, pas des compassions. le peuple est citoyen autant que les autres.
Le néo-libéralisme est un anti humanisme fondamental. 
Drapée sous des airs libertariens et progressistes la société libérale condamne les fumeurs pauvres à choisir entre manger ou fumer pour leur bien.
Elle veut sans arrêt réformer le peuple au prétexte que ses révoltes sont malséantes ou qu'il serait fondamentalement mal éduqué, errant, sujet aux mystifications, mais son but est de lui faire intérioriser l'inégalité sociale et admirer les gagnants, les millionnaires, les dopés et cocaïnés mondains de sa société sportive et spectaculaire, et tous les dépravés, escrocs, profiteurs, égoïstes, oligarques décadents ou sachants pontifiants qui justifient la misère par l'ignorance ou le "manque de culture" des pauvres en faisant semblant d'ignorer que le chômage de masse est le meilleur instrument de la domination.
Elle divise le peuple entre ceux qui s'aliènent à son délire de modernisme cupide et destructeur de ressources naturelles et humaines et ceux qui "ne jouent pas le jeu" : les syndicalistes "arriérés", les gens qui ne savent pas se vendre, ceux qui n'ont pas les dents qui rayent le parquet, les modestes qui jugent de leur vie et pas de la compétitivité européenne.
Elle détruit l'Etat mais réprime ou affame les auto-gestionnaires.
Elle laisse pénétrer les idées xénophobes dans la société et dans ses institutions les plus sensibles comme la police, l'école ou l'armée. 
Elle pousse des cris, pleure des larmes de crocodile et ment honteusement sur l'histoire des fascismes européens, la vérité c'est que les peuples n'ont jamais mis de fasciste au pouvoir et que ce pouvoir a toujours été remis de plein gré par ses dirigeants institués à des psychopathes pour garantir l'ordre et préserver les intérêts des financiers et des bourgeois..
Vous qui prétendez vous salir les mains ou vous boucher le nez à ma place et qui vous apprêtez à donner sans condition votre vote à Macron, souffrez que d'autres quittent cette partie infâme, respectez-les autant que je vous respecte.

Anne Coret

L’image contient peut-être : 1 personne

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.