Quand souffle le vent rose

 

Rose est le vent

Quand le peuple mord.

Quand le peuple gronde

On ne se méfie pas de la couleur du ciel,

Et les grands festoient là où le ciel est bleu.

On ne se méfie pas assez de la couleur du ciel.

 

La pluie nous abreuve et le soleil nous réchauffe,

La nuit nous endort et nous rassemble,

Les étoiles nous font rêver et nous émerveillent.

Mais qui connait toutes les nuances du noir.

 

Il arrive que le peuple et les grands, sur le même territoire, ne sentent pas le vent.

Et le ciel devient gris acier.

Qui se méfie de la couleur du ciel.

 

Mais quand la terre devient rouge,

Qui regarde encore le ciel ?

Les robocops armés par les grands frappent,

Et frappent encore quand le ciel est noir,

Et les cris rouges sang tâchent la terre.

A l’aube le ciel se confond avec le sol

Et le peuple se tait car le rouge est muet.

 

Quand rose est le vent

Les grands devraient  l’écouter.

 

Antipulsar

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.