Auxerre : La mobilisation ne faiblit pas

Duel plus que serré au second tour à Auxerre, après l’élimination de la liste FN. Les équipes de Guy Ferez et Guillaume Larrivé ratissent le terrain pour convaincre les abstentionnistes de venir voter dimanche.

© DR © DR

Duel plus que serré au second tour à Auxerre, après l’élimination de la liste FN. Les équipes de Guy Ferez et Guillaume Larrivé ratissent le terrain pour convaincre les abstentionnistes de venir voter dimanche.

Nouveau rebondissement dans une campagne qui s’est accélérée depuis la publication d’un sondage très favorable au maire sortant (1) : si Guy Ferez (PS), à la tête d’une liste élargie, est bien arrivé en tête dimanche soir, (42,75 %), il est talonné par l’UMP Guillaume Larrivé (40,55%). Surtout, le FN n’a pas franchi la barre des 10 % qui lui auraient permis de se maintenir (9,77 %). Contrairement à ce qui s’était passé aux législatives, son leader n’a pas appelé à voter Larrivé au second tour mais préconise le bulletin blanc.
Le Front de gauche, crédité de 9 % des voix atteint juste 5,55 % et Alain Raymont renvoie dos à dos le candidat « de la droite dite décomplexée » dont « [les] propos, dans sa propagande, sur le droit du sol par exemple rappellent beaucoup ceux du FN » et « le candidat d’une fausse gauche, qui a fait alliance avec une partie de la droite, UDI, MoDem (…) qui confirme la dérive libérale d’une majorité des socialistes. »
Lutte Ouvrière a pour sa part engrangé 1,38 %.

Mathématiquement donc, avec un report des voix maximal dans chaque camp, Guillaume Larrivé peut battre Guy Ferez dimanche prochain.

En fait, rien n’est joué. Il existe encore pour le maire une réserve de voix parmi les 40,08 % d’abstentionnistes ; particulièrement dans les quartiers populaires sur lesquels ce pionnier du renouvellement urbain et son équipe ont fait porter leurs efforts durant deux mandats.
On peut aussi penser que le sondage qui laissait présager une large victoire de Guy Ferez, s’appuyant sur un bilan positif que lui reconnaît même Jean-Pierre Soisson, a démobilisé certains électeurs, convaincus que le scrutin ne réserverait pas de surprise.
Enfin, ici comme ailleurs, quelle sera l’attitude de tous ceux qui ont émis un vote protestataire au premier tour, mêlant ressentiment contre la politique de François Hollande et enjeux locaux ? Voudront-ils vraiment contribuer à livrer leur ville au FN et à la droite, avec toutes les conséquences prévisibles dans les domaines sociaux, culturels…
À Auxerre, on ajoute parfois un argument « générationnel ». Guy Ferez, aîné de quelque vingt ans de Guillaume Larrivé, serait de ce fait, « usé ». À considérer l’activité habituelle du maire et son rythme de campagne actuel, la remarque prête à sourire.
Quoi qu’en disent ceux – de tous horizons - qui refusent de se prononcer, le choix auquel sont appelés les Auxerrois ne porte pas tant entre deux hommes que sur une vision radicalement différente de la ville et du vivre-ensemble.


(1) Voir notre article : La gauche résiste à Auxerre, http://blogs.mediapart.fr/blog/anne-duvivier/170314/municipales-la-gauche-resiste-auxerre

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.