Hello les mots

Hello les mots

Qui sortent du dodo

Des pages blanches occupent mes nuits

 

Des pages blanches

Comme les voiles maritimes

Ont quitté le port

Mon sommeil a lâché mon corps

 

Ce désastre d’heures inutiles

Défilent à la queuleuleu

A l’instar des fourmis friandes de miel

Sur le sol rouge aride des déserts aborigènes

 

Je me tourne et retourne

Comme un tournesol

Cherche la lune

Des mots courent comme des chiens perdus

Entre les filles de ma cervelle

J’ai la pensée abrutie à coup d’heures creuses

 

Les mots font farandoles

Des nuits aux bruits d’odeurs océanes

Des aubes d’oiseaux gazouillards

Annoncent le retour de l’ordre des jours calendriers

La dernière étoile

Au premier nuage à ma nuance claire

D’une œuvre de chair

Je suis à part de cette terre

Qui m’exclut de ses aires de repos

 

Mes rêves

Mes mondes oubliés

Mes iles aux trésors

Mes peuples perdus

Mes cannibales

Mes amazones

Gisent éparpillés

A coté

Du coffre à jouets

Il y a quelque chose de cassé

Dans la crécelle de l’automate

 

Ce serait chouette

De retrouver le lasso

Pour rattraper mes moutons enragés

J’aimerai

A force de compter jusqu’à cent

Récupérer

Le fil de mes secondes

Mes ficelles d’Ariane

Que chacun trouve sa place

Dans mon labyrinthe

Des Minotaures

 Aux jeunes héros

En passant par les pleureuses

Aux larmes sucrées

 

Oui j’aimerai qu’enfin

Le monde crache ses bonbons

Et garde

Même de façon très elliptique

Ses noyaux

Fussent-ils

De cerisiers

Fussent-ils

Nos vertiges

D’insurgés clandestins

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.