alccol1

Je voudrais écrire en serpentine
Pour
Balancer des mots dans le vent
Ou
Calligraphie en état terminal sous la pluie
Je voudrais vivre
Comme une âme
Dansante
Pour
Crier
Des propos
Incongrus

Je ne sais pas écrire
Je ne sais pas danser
Ma voix est muette
Il faut
L’entendre
chanter

Je voudrais
Le courage
De Danton
De Jaurès
J’ai les foids
Ou plutôt une fois

Je
Voudrais
Etre
Comme un être
Comme tous humains
Mais les humains finissent à la mer
Ou sur un trottoir

Millions d’imbéciles
Prône une vie sacrée
Sans donner
Une pièce
Au mourrant

L’animal est sage
Comme la pierre

L’homme est commerçant
Négrier
Il hait le serpent
C’est l’honneur des serpents

Peu de photos
Ais mise sur mon parc
De bry sur marne
Qui partiras dans une fumée d’interets

Mon parc est beau
Comme un chant de solitude
Et moi
Je suis don quichotte

C’ pas changé
Don quichotte
Est un fou
Emplit
De noblesses
Et de l’université de cette noblesse

En vérité
Don quichotte est mort dans le vent
Le vent emporte nos sagesses

Les villes mortes
Sont mortes
Par
Abandon

La folie
Est un espoir
Il vit des moulins
Je vis des bouteilles

Chaque mot
Est douleur
Comment
Donner juste force
Chaque mot est douleur
Pour celui qui écrit
Qui voit
Lune
Et marée
Tout emportés

 

Aux dernières nouvelles
La folie est un luxe
Soyez fous
C’est gratuit
Après c’est plus cher
Mais qui se soucis de l’après
Le fou
Comme le chevalier
Ont de grandes causes
Et
Nourris un charnier
De corbeaux

Là-bas
Deux tombent
Couvertes de lierre
N’en peuvent plus
De démontrer
Que la mort nourrit la vie
Comme le lierre prend racine
Pour envahir
Chevalier chevelue
Les murs de pierres
Des pauvres vivants

Nous morts
Nous ne sommes pas morts
Nous sommes des lettres dans le vent
Qui gonfle le cœur
Des errants

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.