le jardin partagé

Le jardin

Je l’ai surveillé du coin de l’œil en arrosant
La pomme
Non
Pas celle
Ni de la tentation
Ni de la discorde
Ni la bicolore bourrée d’arsenic des contes d’enfants
Ni la glacée, gourmande dans son plastique rose
Ni ma pomme c’est moi……………………….

Na
Ma pomme de la parcelle collective du jardin des sens de bry sur Marne
Elle a à peine trois mois, l’âge du jardin, et les enfants c’est de la responsabilité …
Terrain prêté par la mairie
Géré par une association du même nom, qui a monté techniquement le projet, merci aux membres du bureau
Les jours précédents l’inauguration
J’ai vu trotté framboisiers et pots de cassis
Tomates et basilic
Plus une ribambelle d’épouvantails, très coquets pour ce jour de fête
Sans compter : l’hôtel à insectes
-C’est facile pour l’insecte, c’est écrit « hôtel » (les prix des chambres sont à l’intérieur) et le petit abreuvoir ou la grande piscine ? ils décideront-

La pomme
Je n’aimerai pas qu’elle se casse la gueule avant l’heure
Au minimum elle doit tenir sept jours, temps de vacances de N.
Ce jardin c’est l’addition d’un groupe
Chacun apportant sa pierre en fonction de ses talents
De connaissances, de matériels, d’idées…etc.
Et donc N.
Qui forte de l’expérience de son ancien travail en horticulture, nous coache
Et du cadeau de sa société : des pommiers taillés en palmette, un petit chef d’œuvre.
Nous avons reçu beaucoup de cadeaux, dont je ne peux malheureusement pas établir une liste exhaustive (je suis plus douée pour regarder, raconter, voir inventer, photographier que pour la gestion quotidienne de tâches), mais un jour ne pourrais, peut être, présenter cette liste.

Aparté :
Hyper sensible, J’ai du mal à être en groupe, il m’a fallu beaucoup de soutien pour que je suive l’aventure dans sa construction

Revenons aux dons !
Les pommiers, les iris, les bégonias, les courgettes, les aubergines etc..etc.…

J’ai pu voir une fleure d’aubergine pour la première fois, c’est mignon, petit et violet
Bref, la nèfle des villes devant sa fleur de potiron
La pomme
N. a beaucoup donné de son temps, de sa vaillance (d’autres aussi)
Nous y sommes allés de bon cœur, l’occupation du lot reflétant naturellement la nature de l’occupant.
Mi, c’est une petite jungle de fleurs, de tomates, de tournesols (ou c’est encore une fleur mais une grosse fleur), j’ai jeté à tous va, des fleurs de prairies et des gueules de loups, ça pousse comme ça viens…La borderlique boderligne
Nous y sommes allées comme des possédés
Comme des êtres en manques retrouvant leurs doses : de goûts, d’odeurs, de toucher, de beauté, de poésie…
Mais N .
Mais N est en vacances, encore à ce jour
Je balise pour que les pommes restent en place
Que les pucerons nous oublient
Brandir un insecticide, c’est risquer la lapidation avec les graviers des allées.
De plus, lors de notre dernière soirée, les insectes étaient sur la liste du menu, nous n’allons pas leur balancer n’importe quoi
Je suis à deux doigts du bouddhisme devant une petite abeille butinant ma parcelle (en fait, je suis déjà bouddhiste)
Nous sommes bio, tofu, animaliste, vegan et nageons dans le thé glacé aromatisé utopie
Rêver c’est déjà ça…
Le rêve sans alcool existe ! Je l’ai vu, même si je n’ai pas encore la pratique (mon foie demande une conversion rapide au cerveau qui fait l’imbécile)

Revenons à ma pomme
Je veux qu’elle tienne encore 48 h, après N.est là
Notre mission de surveillance du terrain collectif sera nettement diminuée
Merci tout le monde !

Moi, je pourrais apparaitre fièrement, contente de cette garde partagée à haut risque. En effet, nous avons balisé et arrosé en commun
Je n’aurais pas à montrer un bac converti en piscine à mouches mortes ou un gazon jaune d’or.
La mission sera terminée, le soldat Ryan préservé.

Apres cette petite pomme
Quand son heure sera venue
Je compte bien la croquer
Sept jours de surveillance, les crocs sont montés et je salive ferme.
Malheureusement, j’ai peur qu’il y ait plus de méritants que de pommes=
Apprentissage de l’abnégation

Bis
Merci tout le monde !

PS :
1) Dans l’histoire, il n’y a pas que du rose
Dans un précédent épisode, j’ai conté la destruction d’un grands parc, celui des maisons rouges , pour le « grand paris » « le grand est », surtout, le grand n’importe quoi ou chacun bétonne les derniers mètres carré d’herbes possibles, en osant parler d’urbanisme et d’écologie…ce petit jardin doit faire passer la pilule)

2) Le 14 et 15 septembre, c’est la fête des jardins, j’ignore si nous sommes sur les rangs, mais vérifiez si des animations peuvent être prévues prés de chez vous…

3) Merci à mon mari qui a corrigé mes fautes d’orthographe pour ce texte, mon écriture ressemblant à un maquis corse, il en a grand mérite.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.