Anne-Marie PENON
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 janv. 2021

Anne-Marie PENON
Abonné·e de Mediapart

Le ministre et le crocodile

Le masque de la honte

Anne-Marie PENON
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Lundi 18 janvier 2021, France 2, journal de 2O heures . Des journalistes interrogent le ministre de la santé, Olivier Véran, à la sortie de ce qui semble être un centre de vaccination anti-Covid. La téléspectatrice que je suis n'en croit pas ses yeux: le ministre arbore un masque de tissu noir, griffé de la marque au crocodile... Qu'un ministre se convertisse en VRP d'une marque est déjà en soi inadmissible, mais qu'il choisisse Lacoste, entreprise dénoncée pour le profit qu'elle tire du travail forcé des Ouighours réduits en esclavage par la Chine dite populaire, est proprement révoltant.

On est atterré.e en voyant ça, sans savoir à quoi l'attribuer. L'ignorance? Impossible, les médias publics proposent depuis plus d'un an et très régulièrement des documentaires sur la question ouighoure - même moi suis au courant. L'inconscience? De la part d'un ministre de la République, ça fait peur! Peut-il à ce point vivre dans une réalité parallèle? Alors on se prend à penser que ni l'ignorance, ni l'inconscience ne sont à blâmer, mais simplement l'indifférence au sort de ces 11 millions d'êtres humains (11 millions, le nombre des Juifs d'Europe avant 1939) à qui l'on doit, à leur corps défendant, la réapparition de ce terme qu'on espérait réservé désormais aux seuls historiens: les camps de concentration.

Gageons que si l'Union Européenne avait, à l'instar du Royaume Uni, pris à l'égard de la Chine et de son empereur des mesures de rétorsion commerciales pour proclamer à la face du monde son rejet de ce qui se déroule dans le Xingjiang, M. le ministre Véran aurait regardé à deux fois avant de glisser les liens de ce masque de la honte derrière ses oreilles.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.