Poètes, hors des ondes de France Culture !

De quel droit France Culture abandonne-t-elle la poésie ? Après la disparition du Panorama, de Poésie sur parole, Du jour au lendemain, c’est maintenant au tour de l’émission de Sophie Nauleau, A quoi ça rime, de passer à la trappe. Oui, ça rime à quoi ?

De quel droit France Culture abandonne-t-elle la poésie ? Après la disparition du Panorama, de Poésie sur paroleDu jour au lendemain, c’est maintenant au tour de l’émission de Sophie Nauleau, A quoi ça rime, de passer à la trappe. Oui, ça rime à quoi ?

On annonce comme placebo des « bulles » de Jacques Bonnaffé. Mais un comédien, si concerné et talentueux soit-il – et c’est le cas de Jacques Bonnaffé –, peut-il à lui seul prétendre représenter la richesse contemporaine de la poésie ?

Il s’agit évidemment d’une démarche démagogique, pilotée par des décideurs que seul l’audimat captive et dont on peut se demander si leur choix (leur grille) n’est pas le reflet de leur consternante paresse intellectuelle autant que de leur asservissement à la tyrannie de l’actualité. Et la présence programmée d’un humoriste aux Matins dit assez la tendance de la station à singer les radios commerciales.

On n’exige tout de même pas le retour du Club d’essai du poète Jean Tardieu (ses 6h hebdomadaires de poésie !), mais la poésie étant constitutive de la culture, il est inadmissible de ne pas lui octroyer la place qui lui revient naturellement. Une émission d'une heure par semaine nous paraît la moindre des exigences. 

C’est pourquoi, à l’initiative du Comité de la revue Secousse, a été lancée une pétition qui a dépassé 2000 signatures en peu de jours.

Ce n’est pas la promesse tardive d’Olivier Poivre d’Arvor de rétablir une émission sur la poésie qui peut rassurer : que vaut-elle de la part d’un président limogé ? Le peu qu’il en a laissé filtrer, sans doute dans l’urgence, alimente au contraire les craintes : reléguée à une heure tardive, confiée à une spécialiste d’art contemporain, qui nous assure qu’elle donnerait à entendre la voix des poètes d’aujourd’hui dans leur diversité ?

Elle sera adressée ensuite à Fleur Pellerin, Mathieu Gallet et au successeur d'Olivier Poivre d'Arvor. 

Avis aux auditeurs ! 

Lien vers la pétition 

Premiers signataires :
Membres du comité de rédaction de la revue Secousse : François Boddaert, Christine Bonduelle, Jean-Claude Caër, Gérard Cartier, Pascal Commère, Bruno Grégoire, Karim Haouadeg, Patrick Maury, Nimrod, Gérard Noiret, Anne Segal, Catherine Soullard, Vincent Wackenheim

parmi les poètes signataires : 
Claude Adelen, Jean-Christophe Bailly, Marie-Claire Bancquart, Philippe Beck - président de la commission de poésie du CNL, Yves Bonnefoy, Jean-Louis Giovannoni, Paol Keineg, Alain Lance, Jean-Michel Maulpoix, Bernard Noël, Serge Pey, Lionel Ray, Paul Louis Rossi, Jacques Roubaud, James Sacré

et aussi :
Avoine, Pierre Bergounioux, Christian Bonnefoi, Jean-Marie Blas de Roblès, Michel Crépu, Jean-Philippe Domecq, Hélène Grimaud, Patrick Kéchichian, Nine Moati-Cariès, Bernard Plossu, Michel Surya, Gérard Titus-Carmel 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.