ColombAnne
Abonné·e de Mediapart

18 Billets

2 Éditions

Billet de blog 3 févr. 2011

« Pareille au printemps je t'imagine, semblable à Diyarbakir »

ColombAnne
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je ne suis jamais allée en Turquie, mais, comme tout le monde, j'ai une idée assez précise de ce à quoi elle peut ressembler : Istanbul, les coupoles vertes de Sainte-Sophie, la mer de Marmara, les bords de la mer Noire, les grottes de Cappadoce...

Livre de Seyhmus Diken. © Seyhmus Diken - Editions Turquoise

Ce que j'ai vu dans des films, dans des livres. Ce que j'imagine à partir de Nazim Hikmet :

Dans le jardin de Gulhané, voilà que je suis un noyer
Et tout mon feuillage frémit comme au fond de l'eau le poisson
Et comme des mouchoirs de soie, mes feuilles froissent leurs frissons
Arrache-les, ô mon amour, pour essuyer tes pleurs.

"Le Noyer", Il neige dans la nuit et autres poèmes, traduction M. Andrac et G. Dino, NRF, Poésie Gallimard, 1999, p 134.

Ou plus récemment, à partir de mes rêveries sur Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants de Mathias Enard.


Autant dire que j'ai la vue un peu courte ; heureusement, la littérature et les petits éditeurs sont là pour nous ouvrir d'autres pistes...
Voilà comment j'ai "découvert" Diyarbakir : une ville située au Nord de la Mésopotamie, juste au-dessus du Tigre, que les Kurdes considèrent comme leur capitale (ils l'appellent Amêd).
Dès l'Antiquité, Diyarbakir a toujours été une métropole multi-culturelle : elle condense 5000 ans d'histoire commune entre les Kurdes, les chrétiens d'Orient - syriaques et arméniens, les Juifs.

Tour Evlibeden Diyarbakir - Editions Turquoise © Seyhmus Diken - Editions Turquoise


Seyhmus Diken nous guide dans les méandres des légendes populaires et des chansons ancestrales afin de nous immerger dans l'histoire de la ville.
Accompagné de photos actuelles issues de la collection personnelle de l'auteur, mais également de superbes photos d'Albert Gabriel, un voyageur et archéologue des années 1920, on ose alors se perdre dans Diyarbakir.
On découvre par les yeux érudits de Diken la muraille de la ville et la porte de Mardin. On voit la ville se développer, et de capitale araméenne, devenir ottomane au XVIe s. En souvenir du sultan Seyhmus, figure de justice et de puissance, les enfants auxquels on donne son nom se doivent d'avoir une vie conforme à celle de ce grand personnage.


On suit notre Seyhmus rue des Paysans, devant la somptueuse demeure de la famile des Cemiloglu. Un des hôtes de cette maison, pendant la guerre de 1914, fut un certain Mustafa Pacha, qui n'était autre que Mustafa Kemal, plus connu sous le nom d'Atatürk.
On découvre dans les ruelles des personnages sortis de la jeunesse de Seyhmus Diken : ses amis qui jouent à la "course à l'oeuf cru", Fikri, le machiniste du cinéma Dilan qui fut le plus grand du Moyen-Orient...
On voit les vagues d'immigration dans les années 1970, les premiers bidonvilles, les petits garçons qui vendent à la sauvette des pierres à briquet, du tabac de contrebande.
On observe l'évolution du club de foot local, le Diyarbakirspor, qui depuis les années 1970, concentre les critiques du discours médiatique ( " A bas le PKK ! " ) et les espoirs des jeunes Kurdes.
On assiste aux doutes et aux préoccupations de Diken, on le sent angoissé à l'idée que Diyarbakir soit livrée à une nouvelle vague de promoteurs immobiliers, qui causeraient des dommages irréparables.

Ces gens sont arrivés, ont pris la ville en otage. Et c'est aux natifs de Diyarbakir, aussi rares désormais que les cigognes de la vallée du Tigre, de se mobiliser pour leur ville, pour eux-mêmes.
Sinon, bien vite, l'amour se muera en ambition de possession, la fidélité en simple utilité. Et regardant derrière nous, nous n'aurons plus qu'à succomber à cette oublieuse monotonie des seuls souvenirs. (p.119)

On sent surtout que l'histoire de cette ville n'est pas terminée ; on sent par-dessus tout l'envie d'aller y traîner ses yeux, ses pieds, ses oreilles, à la rencontre d'une Turquie qu'on devine à peine.

Photo de Seyhmus Diken - Ed. Turquoise © Seyhmus Diken - Editions Turquoise

Diyarbakir, La ville qui murmure en ses murs, Seyhmus Diken, traduction du turc de François Svor, préfaces d'Ariane Bonzon et Mehmet Uzun, Editions Turquoise, nov. 2010, 20,00 €.

Le titre de ce billet est une citation d'un poème du grand poète diyarbakiriote Ahmet Arif, Diyarbakir Kalesinden Notlar ve Adilos Bebe.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
La commission d’enquête parlementaire ménage Bernard Arnault…
L’audition du patron de LVMH par la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est déroulée de manière aussi calamiteuse que celle de Vincent Bolloré. La plupart des dangers qui pèsent sur l’indépendance et l’honnêteté de la presse ont été passés sous silence.
par Laurent Mauduit
Journal — Médias
… après avoir tenu café du commerce avec Vincent Bolloré
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches nationalistes.
par Laurent Mauduit
Journal
Didier Fassin : « on est dans un basculement qui n'était pas imaginable il y a 5 ans »
Alors que l’état de crise semble être devenu la nouvelle normalité, quelles sont les perspectives pour notre société ? Didier Fassin, directeur d’études à l’EHESS qui publie « La société qui vient », est l’invité d’« À l’air libre ».
par à l’air libre
Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Molière et François Morel m’ont fait pleurer
En novembre 2012, François Morel et ses camarades de scène jouaient Le Bourgeois gentilhomme de Molière au théâtre Odyssud de Blagnac, près de Toulouse. Et j’ai pleuré – à chaudes larmes même.
par Alexandra Sippel
Billet de blog
Molière porte des oripeaux « arabes »
Le 15 janvier 2022, Molière aurait eu 400 ans. Ce grand auteur a conquis le monde, a été traduit et adapté partout. Molière n'est désormais plus français, dans les pays arabes, les auteurs de théâtre en ont fait leur "frère", il est joué partout. Une lecture
par Ahmed Chenikii
Billet de blog
On a mis Molière dans un atlas !
Un auteur de théâtre dans un atlas ? Certes, Molière est génial. Parce qu'il n'a laissé quasiment aucune correspondance, un trio éditorial imagine comment Jean-Baptiste Poquelin a enfanté "Molière" dans un atlas aussi génial que son objet. (Par Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Quoi de neuf ? Molière, insurpassable ! (1/2)
400e anniversaire de la naissance de Molière. La vie sociale est un jeu et il faut prendre le parti d’en rire. « Châtier les mœurs par le rire ». La comédie d’intrigue repose forcément sur le conflit entre la norme et l’aberration, la mesure et la démesure (pas de comique sans exagération), il reste problématique de lire une idéologie précise dans le rire du dramaturge le plus joué dans le monde.
par Ph. Pichon