ColombAnne
Abonné·e de Mediapart

18 Billets

2 Éditions

Billet de blog 9 mars 2011

Hommage au printemps des peuples pour le printemps des poètes

ColombAnne
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Quand on parle de pacifisme, on imagine toujours quelques petits tracts mal imprimés donnés à la sauvette, qu'on ne lira pas tout en sachant pertinemment que ces vieux défenseurs de la paix ont raison, mille fois raison, en montrant du doigt les marchands d'armes, les populations décimées, les instances internationales muettes. Comme si la paix, c'était l'affaire des états en guerre, alors que c'est bien la nôtre en tant qu'individus.

Ma bibliothèque de quartier a mis en vitrine, pour le printemps des poètes, une anthologie de poèmes pacifistes assez particulière : Non à la guerre. La couverture est déjà entièrement blanche, symbolisant la paix, ce qui est assez inhabituel et courageux.

Les à-côtés sont plutôt pédagogiques : on trouve un article expliquant l'origine de la colombe comme symbole de la paix, une histoire du mouvement pacifiste depuis Erasme jusqu'à Alfred Nobel, des biographies des poètes.

Chaque poème est accompagné d'une photographie en lien avec la guerre dont il parle. Nous sommes confrontés à un panorama d'images inédites ou méconnues, parfois violentes, souvent émouvantes, depuis la guerre de Crimée de 1853, qui marque les débuts du journalisme de guerre, jusqu'à la guerre israëlo-libanaise de 2006. Panorama vertigineux, quand on songe au nombre de morts, de blessés, de traumatisés, ou à ce qu'ont pu devenir les personnes photographiées...

1918 - Une femme ramène son époux blessé au foyer. © 

Les poètes choisis par Lionel Ray viennent du monde entier : on retrouve Guillevic, Apollinaire, Césaire, Brecht, Darwich, Hikmet, Miron, Neruda, Dib, Tsvétaiëva,Yourcenar...

Ces voix parlent de la paix, des guerres ressenties dans la chair et jusque dans la mémoire de ceux qui ne les ont pas vécues. C'est une condamnation sans égale de ce qu'est la guerre, et un appel tout aussi fort d'une paix qui tarde à venir.

Demain nous tisserons

les couronnes de la paix

ensemble nous chanterons

l'unité qui se fait.

Nous serons. - Ghjacumu Thiers, inédit, p 195.

Les autres voix, ce sont celles des soldats : des voix connues ou inconnues, de la Première guerre mondiale au conflit israëlo-palestinien. Là aussi, un constat partagé : face à l'horreur et à l'indicible,

reste un devoir sourd planté tel un clou dans le poignet - Krzystof Kamil Baczinsky, « Aux morts au combat », p 258.

Reste aussi le désespoir d'une pureté perdue :

Seuls ceux qui n'ont pas de couleur

seuls les transparents sont bons

qui me laissent dormir la nuit en paix

et apercevoir le ciel

à travers eux. - Yehuda Amichaï, « Quatre poèmes de guerre et de paix », p 265.

Le mot de la fin appartient... Au lecteur ! Un petit chapitre de pages blanches, pour écrire la paix, pour éviter de s'habituer tous les jours aux images de guerre...

A offrir, à parcourir, à regarder, à relire, cette anthologie est un plaidoyer pour la poésie, pour la paix, pour ces deux sources indispensables à la vie, comme l'air, et l'eau.

Nov. 1946 : A Varsovie, un portraitiste tente de masquer les ravages de la guerre sur la capitale polonaise. © 

Non à la guerre, Anthologie, Poésies du monde – Photographies – Histoire, L. Ray, O. Müller, F. Fabbri, éd. Turquoise, 2006, 335 p, 38 €.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
La commission d’enquête parlementaire ménage Bernard Arnault…
L’audition du patron de LVMH par la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est déroulée de manière aussi calamiteuse que celle de Vincent Bolloré. La plupart des dangers qui pèsent sur l’indépendance et l’honnêteté de la presse ont été passés sous silence.
par Laurent Mauduit
Journal — Médias
… après avoir tenu café du commerce avec Vincent Bolloré
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches nationalistes.
par Laurent Mauduit
Journal
Didier Fassin : « on est dans un basculement qui n'était pas imaginable il y a 5 ans »
Alors que l’état de crise semble être devenu la nouvelle normalité, quelles sont les perspectives pour notre société ? Didier Fassin, directeur d’études à l’EHESS qui publie « La société qui vient », est l’invité d’« À l’air libre ».
par à l’air libre
Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
On a mis Molière dans un atlas !
Un auteur de théâtre dans un atlas ? Certes, Molière est génial. Parce qu'il n'a laissé quasiment aucune correspondance, un trio éditorial imagine comment Jean-Baptiste Poquelin a enfanté "Molière" dans un atlas aussi génial que son objet. (Par Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Molière et François Morel m’ont fait pleurer
En novembre 2012, François Morel et ses camarades de scène jouaient Le Bourgeois gentilhomme de Molière au théâtre Odyssud de Blagnac, près de Toulouse. Et j’ai pleuré – à chaudes larmes même.
par Alexandra Sippel
Billet de blog
Quoi de neuf ? Molière, insurpassable ! (1/2)
400e anniversaire de la naissance de Molière. La vie sociale est un jeu et il faut prendre le parti d’en rire. « Châtier les mœurs par le rire ». La comédie d’intrigue repose forcément sur le conflit entre la norme et l’aberration, la mesure et la démesure (pas de comique sans exagération), il reste problématique de lire une idéologie précise dans le rire du dramaturge le plus joué dans le monde.
par Ph. Pichon
Billet de blog
Molière porte des oripeaux « arabes »
Le 15 janvier 2022, Molière aurait eu 400 ans. Ce grand auteur a conquis le monde, a été traduit et adapté partout. Molière n'est désormais plus français, dans les pays arabes, les auteurs de théâtre en ont fait leur "frère", il est joué partout. Une lecture
par Ahmed Chenikii